Le Clos Lucé, dernière demeure de Léonard de Vinci

Présentée par

S'abonner à l'émission

La suite de l'Histoire, l'intégrale

samedi 11 mai à 16h00

Durée émission : 55 min

Le Clos Lucé, dernière demeure de Léonard de Vinci

© Wikimédia Commons - Château du Clos Lucé Amboise

Léonard de Vinci a fini sa vie au château du Clos Lucé à Amboise. La ville et le Val-de-Loire restent marqués par le séjour de cet hôte prestigieux et génial mort il y a tout juste 500 ans.

Le 2 mai 1519, il y a 500 ans, prenait fin la vie d'un homme hors norme. À lui seul, le nom de Léonard de Vinci évoque le génie. Ce peintre, architecte, sculpteur et inventeur est mort au château du Clos Lucé, à Amboise (Indre-et-Loire), marquant à jamais de son empreinte la résidence de plaisance des rois de France. C'est là que Véronique Alzieu rencontre François Saint Bris, le directeur du château du Clos Lucé.
 

Léonard de Vinci, un "exil doré" au Clos Lucé

"Léonard de Vinci est vraiment incarné dans cette maison où il a été certainement très heureux, dans son exil doré, dans cette ville où on parlait italien", raconte François Saint Bris. Le roi avait en effet offert à Léonard de Vinci la jouissance du château, ainsi qu'une pension de "2000 écus soleil". En plus de conditions de vie avantageuses, l'artiste nommé "Premier peintre, ingénieur et architecte du Roi", pouvait à Amboise côtoyer François Ier mais aussi sa sœur Marguerite de Navarre et leur mère Louise de Savoie.

"À l'âge de 63 ans son ultime voyage a été une récompense car enfin, il se retrouvait dans une véritable famille." François Ier et Léonard de Vinci étaient unis par un profond lien d'amitié. François Saint Bris raconte que "François Ier avait perdu son père à l'âge de deux ans et dans Léonard il voyait une figure paternelle, d'ailleurs il appelait Léonard mon père".
 

Le Clos Lucé, Résidence de La famille Saint Bris

Situé à quelques mètres du château d'Amboise, le Clos Lucé est depuis 165 ans une demeure de la famille Saint Bris. Autrefois résidence de plaisance des rois de France, elle abritait les proches de la cour. "C'est une maison qui vit, c'est une maison qui inspire, pour François Saint Bris, cette maison nous ne l'habitons pas, elle nous habite c'est ce que ressentent les visiteurs lorsqu'ils viennent ici, ils sentent que l'esprit de Léonard est toujours là."

 


©Château du Clos Lucé - Célébration du 500ème anniversaire de la mort de Léonard de Vinci

 

Léonard de Vinci, un autodidacte

Léonard de Vinci est né le 15 avril 1452 à Anchiano, un hameau situé sur la commune de Vinci en Toscane. Enfant illégitime, il est le fruit des amours de son père, notaire reconnu et de Caterina, une humble fille de paysans. Élevé par son grand-père, il a été "un autodidacte complet". Son génie, "il le doit à l'observation de la nature".

"En observant la nature, il a tout inventé, il a tout imaginé, cette nature a été sa colonne vertébrale", explique François Saint Bris, pour qui Léonard de Vinci peut être considéré comme "le père de l'écologie profonde parce que dans chaque représentation de la nature, Léonard trouvait que la nature avait son sens et que chaque élément de la nature apportait quelque chose à l'univers". Son don exceptionnel pour le dessin et la peinture est rapidement repéré lorsqu'il intègre l'atelier d'Andrea del Verrocchio à Florence. Et quand plus tard, en 1516, il s'installe au Clos Lucé, l'artiste apporte en France l'un de ses chefs-d’œuvre, La Joconde.

 

Invités

  • François Saint Bris, directeur du château du Clos Lucé

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le samedi à 14h

Des grands événements qui ont façonné les civilisations aux personnalités qui ont marqué les consciences, Véronique Alzieu se tourne vers notre histoire. Une émission pour mieux comprendre le monde dans lequel on vit. Le week-end, elle vous offre l'intégrale du feuilleton proposé du lundi au vendredi. 

Le présentateur

Véronique Alzieu

Journaliste à RCF depuis 1993, Véronique s'est spécialisée au fil des ans dans le domaine de la foi, de la vie spirituelle et de la recherche de sens. Elle a choisi la radio parce que c'est un média de proximité, chaleureux sans être intrusif. Son léger accent trahit ses origines pyrénéennes qu'elle revendique avec joie!