Le roman historique (r)éécrit-il l'histoire ?

Présentée par

S'abonner à l'émission

Les Racines du présent

lundi 1 janvier à 21h00

Durée émission : 55 min

Le roman historique (r)éécrit-il l'histoire ?

© Photo by Kiwihug on Unsplash - Les amateurs de romans historiques ont leur salon à Versailles

Le terme "réécrire" pourrait laisser entendre qu'ils la falsifient. Or bien souvent les auteurs de romans historiques "comblent des zones d'ombres".

Les romans historiques réécrivent-ils l'histoire? Le terme "réécrire" pourrait laisser entendre qu'ils la falsifient. Or bien souvent les auteurs de romans historiques "comblent des zones d'ombres", comme le dit Stéphanie Janicot. Du 25 au 26 novembre 2017, se tient le salon du livre d'histoire de Versailles. Alexandra de Broca, Alice Ferney ou Theresa Révay, figurent au nombre des auteurs invités.
 

Entre la petite et la grande histoire

Sait-on ce qu'est un événement quand le vit ? Comme disait Kundera : qui est le plus aveugle ? "Maïakovski qui en écrivant son poème sur Lénine ne savait pas où mènerait le léninisme ? Ou nous qui jugeons avec le recul des décennies et ne voyons pas le brouillard qui l'enveloppait ?" Des romans comme celui d'Alice Ferney, "Les Bourgois" (éd. Actes Sud) montrent toute l'ambivalence du temps et de la construction de l'histoire.

"La vie se vit au jour le jour." Et quand un événement, parfois un drame, est en train d'avoir lieu, on ne devine pas nécessairement qu'il se joue là quelque chose d'historique. Il faudra le travail des historiens, des analystes. En voulant "refaire la traversée du siècle", et en racontant le quotidien de ces générations qui ont vécu les deux Guerres mondiales, les décolonisations, l'extermination des juifs ou encore la bombe atomique, Alice Ferney dit cette ambivalence.

 



 

Pourquoi des romans historiques ?

Par passion pour l'histoire, pour se dépayser... Pour dire aussi qui est l'homme. "La nature humaine ne change pas", affirme Stéphanie Janicot. L'auteur de la trilogie "La mémoire du monde" (éd. Albin Michel - Prix Renaudot Poche 2016) est remontée jusqu'à 3.500 ans en arrière, à Aménophis III, pour découvrir "ce qu'il y a de collectif dans [sa] pensée". Ses romans montrent comment notre esprit est héritier de "strates solidifiées depuis l'enfance" et qui trouvent leurs origines dans celles de notre civilisation judéo-chrétienne.

 

Invités

  • Theresa Révay , écrivain

  • Alexandra de Broca , historienne, productrice, écrivain

  • Alice Ferney , écrivain

  • Stéphanie Janicot , écrivain, journaliste, rédactrice en chef chez Bayard Presse

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Tous les lundis à 21h00

L’actualité, nationale et internationale, s’enracine dans notre histoire. Chaque événement peut être relié au passé pour en trouver des clés de compréhension. Relire l’histoire, c’est ainsi mieux connaître et comprendre le présent. Chaque semaine, Frédéric Mounier, journaliste à La Croix, invite des historiens à croiser leurs regards sur un sujet contemporain pour mieux appréhender notre présent et envisager l’avenir. > Les Racines du présent, le blog de Frédéric Mounier

Le présentateur

Frédéric Mounier

Ancien correspondant de "La Croix" au Vatican, Frédéric a toujours été passionné par la vie politique… et la radio. Il a grandi à Paris à l'ombre de la Maison de la Radio. Les jeudis, il hantait les Studios, notamment ceux des « Radioscopie » de Jacques Chancel. Peut-être en reste-t-il quelque chose dans "Face aux Chrétiens" ?