Le Viêt-Nam contemporain entre ruptures et constructions

Présentée par

S'abonner à l'émission

La suite de l'Histoire, l'intégrale

samedi 10 février à 14h00

Durée émission : 55 min

Le Viêt-Nam contemporain entre ruptures et constructions

© Lukasz Saczek / Unsplash - Scène de rue à Hanoï

L’histoire contemporaine du Viêt-Nam est marquée par de profondes fractures. L’État-nation réunifié d’aujourd’hui doit faire face à de nouveaux défis dans le contexte de mondialisation.

Le Viêt-Nam est souvent associé pour nous Français à des guerres particulièrement marquantes de la moitié du XXè siècle, la guerre d'Indochine (1946-1954) puis celle du Viêt-Nam (1955-1975). Épisodes dramatiques dont la lecture a contribué à "mythifier" l'histoire récente du pays. Avec "Viêt-Nam, fractures d'une nation" (éd. La Découverte), l'historien François Guillemot, offre un autre regard sur l'histoire du Viêt-Nam depuis la colonisation française.
 

"On a longtemps validé l'idée d'un parti communiste viêtnamien" comme "seul acteur légitime d'une histoire" qui en réalité est plus "complexe"

 

l'histoire du Viêt-Nam de l'intérieur

"Pour comprendre histoire d'un pays, il est difficile de ne se baser que sur l'histoire des vainqueurs, il faut regarder du côté des vaincus", estime l'historien. Et les vaincus ce sont "tous ceux qui ont été éliminés par le processus révolutionnaire". À noter qu'il reste "compliqué" aujourd'hui pour un historien d'accéder à certaines archives officielles. "Nous sommes dans un processus de construction nationale, un État-Parti, hérité de la guerre", explique François Guillemot.

Toujours est-il que "l'on a longtemps validé l'idée d'un parti communiste viêtnamien" comme "seul acteur légitime d'une histoire" qui en réalité est plus "complexe". Ce que l'historien propose, c'est de mettre en évidence ce qu'il nomme "la phénoménologie révolutionnaire du Viêt-Nam" et de "plonger dans cette intériorité nationale".
 

 

La Colonisation, une première rupture

C'est à partir de 1858, que les Français interviennent avec l'attaque de Da Nang. En 1862 est signé le premier traité qui instaure ce qu'on appelera plus tard la Cochinchine. "Tout ceci se fait tout de même dans la douleur." Sur la prise de Hué en 1883, on pourra relire "Trois journées de guerre en Annam" de Pierre Loti (éd. du Sonneur, 2014). "On parle déjà de guerre à cette époque", rappelle l'historien, "il y a une diplomatie armée et une véritable guerre de conquête".
 

L'Indochine française

En 1887, l'Union indochinoise réunit cinq pays. Et le Viêt-Nam impérial est démantelé en trois tronçons, le Tonkin au Nord, l'Annam au centre et la Cochinchine au sud - elle seule est une colonie. L'Annam, Tonkin, et aussi le Cambodge et le Laos restent des protectorats. "La problématique qui apparaît très vite aux yeux de tous c'est que cette administration semi directe ou ce protectorat va déboucher sur une neutralisation de l'espace impérial viêtnamien."

Avec l'Indochine française, la rupture est institutionnelle. "Le rôle symbolique de l'empereur est balayé", comme l'a montré Nguyên Thê Anh dans "Monarchie et fait colonial au Viët-Nam" (éd. L'Harmattan, 1992). Le bouleversement est également culturel, et c'est principalement par la langue et l'écriture que les Français "coupent" l'ancien empire de sa "matrice chinoise".
 

Invités

  • François Guillemot , historien, spécialiste du Viêt-Nam contemporain, ingénieur de recherche au CNRS en charge de la documentation sur le Viêt-Nam et la péninsule indochinoise à l'Institut d'Asie orientale (IAO) à Lyon

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Tous les samedis à 14h00

Des grands événements qui ont façonné les civilisations aux personnalités qui ont marqué les consciences, Véronique Alzieu se tourne vers notre histoire. Une émission pour mieux comprendre le monde dans lequel on vit. Le week-end, elle vous offre l'intégrale du feuilleton proposé du lundi au vendredi. 

Le présentateur

Véronique Alzieu

Journaliste à RCF depuis 1993, Véronique s'est spécialisée au fil des ans dans le domaine de la foi, de la vie spirituelle et de la recherche de sens. Elle a choisi la radio parce que c'est un média de proximité, chaleureux sans être intrusif. Son léger accent trahit ses origines pyrénéennes qu'elle revendique avec joie!