Les batailles du 6 juin 44

Présentée par

S'abonner à l'émission

Les Racines du présent

lundi 26 août à 19h30

Durée émission : 25 min

Les batailles du 6 juin 44

© Wikimédia Commons - Un LCVP à Omaha Beach, Normandie, France le 6 juin 1944.

À partir du 6 juin 1944, les armées alliées percent vers l'Ouest, libérant le territoire français. À quel prix? Selon quelle stratégie? Des historiens expliquent les hommes et les batailles.

Alors que la France a célèbré le 75e anniversaire du débarquement de Normandie, Frédéric Mounier et ses invités évoquent les hommes hors du commun qui ont participé à ces combats. Quelle a été la stratégie de cette opération militaire de la Seconde Guerre mondiale lancée dans la nuit du 5 au 6 juin 1944 ?
 

Ils ont débarqué en Normandie : 176 français

Les premiers à avoir débarqué en Normandie sont des Français, les hommes du commando Kieffer. 176 jeunes volontaires qui ont été les seuls Français parmi les hommes du Débarquement car "les stratèges alliés n'ont pas prévu d'engager des forces gaullistes", explique Stéphane Simonnet. Pour la première fois, les hommes du commando Kieffer ont accepté de témoigner. 

L'ouvrage "Nous, les hommes du commando Kieffer" (éd. Tallandier) dévoile les souvenirs de ces hommes, âgés de 20 ans en moyenne au moment du débarquement. "La plupart n'ont jamais quitté leur foyer, la grande aventure commence en ralliant l'Angleterre et puis après en devenant commando chez les Britanniques, c'est vraiment un déracinement et un engagement total." 

Des "étudiants, ouvriers, manœuvres, employés, marins, célibataires ou pères de famille", placés sous la responsabilité de Philippe Kieffer (1899-1962), officier de la Marine nationale et Compagnon de la Libération. Et parmi eux, Augustin Hubert, lieutenant de vaisseau (qui donnera son nom au commando d'élite français) et qui fait partie des 10 tués ce jour-là le 6 juin 1944 sur dans les rues de Ouistreham et de Colleville-Montgomery.
 

ancrer les forces alliées sur le sol français

Enjeu crucial pour les Alliés, puisqu'il s'agit de s'ancrer sur le sol français, la Bataille du Cotentin se déroule de juin à août 1944. Deux mois d'âpres combats dans le bocage normand, où chaque haie, chaque bosquet, est un nid de réssitance. Une véritable guerre d'usure qui met un point final au Débarquement.

Un sergent américain, correspondant pour un magazine à Saint-Lô, raconte : "Les haies constituent des parapets hauts et épais qui longent presque toutes les routes et tous les champs... Le poids des siècles les a tassés, les rendant durs comme du béton. Parfois, lorsque des obus de 88 et 205 tombent directement sur ces haies, ils y font un trou à peine assez grand pour laisser passer deux hommes. Les combats se poursuivent d'un champ à l'autre, on ne sait pas si le champ voisin est occupé par un ami ou par un ennemi, parfois on monte la garde sur les autre haies qui entourent un champ..." Il est cité par Christophe Prime dans son dans son livre "La Bataille du Cotentin - L'enfer des haies" (éd. Tallandier).
 

du côté des généraux, l'art du commandement

Commander et diriger des dizaines de milliers de soldats face aux armées allemandes, en quoi ça consiste ? George Patton et Jean de Lattre de Tassigny, pour les plus célèbres, mais aussi Harry Crerar, Alexander Patch et Courtney Hodges : Daniel Feldmann dresse le portrait des grands généraux alliés. Dans "Ils ont conduit les Alliés à la victoire - Patton, de Lattre et leurs pairs" (éd. Perrin / Ministère des Armées) il étudie l'art du commandement allié depuis les plages du débarquement jusqu'au cœur de l'Allemagne.

 

Émission diffusée en mai 2019

 

Invités

  • Stéphane Simonnet, historien, chercheur à l’Université de Caen, ancien directeur scientifique du Mémorial de Caen

  • Christophe Prime, historien, spécialiste de la Seconde Guerre mondiale, responsable des collections au Mémorial de Caen

  • Daniel Feldmann, spécialiste d'histoire militaire de la Seconde Guerre mondiale, collaborateur à la revue Guerres & Histoire

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le lundi à 22h, le mercredi à 16h et le dimanche à 18h30

L’actualité, nationale et internationale, s’enracine dans notre histoire. Chaque événement peut être relié au passé pour en trouver des clés de compréhension. Relire l’histoire, c’est ainsi mieux connaître et comprendre le présent. Chaque semaine, Frédéric Mounier, journaliste à La Croix, invite des historiens à croiser leurs regards sur un sujet contemporain pour mieux appréhender notre présent et envisager l’avenir. > Les Racines du présent, le blog de Frédéric Mounier

Le présentateur

Frédéric Mounier

Ancien correspondant de "La Croix" au Vatican, Frédéric a toujours été passionné par la vie politique… et la radio. Il a grandi à Paris à l'ombre de la Maison de la Radio. Les jeudis, il hantait les Studios, notamment ceux des « Radioscopie » de Jacques Chancel. Peut-être en reste-t-il quelque chose dans "Face aux Chrétiens" ?