Les harkis, une identité blessée

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Temps de le dire

mercredi 5 octobre 2016 à 9h03

Durée émission : 55 min

Le Temps de le dire

© AFP / Des Harkis manifestent dans les rues de Manosque, le 22 septembre 1975, pour attirer l'attention de l'opinion publique sur les conditions des Harkis

Cela faisait plusieurs années que beaucoup l'attendaient: la reconnaissance officielle de la responsabilité de la France dans le sort qui a été réservé aux harkis. Par Stéphanie Gallet.

"Je l'affirme ici clairement au nom de la République, je reconnais les responsabilités des gouvernements français dans l'abandon des harkis, les massacres de ceux restés en Algérie et les conditions d'accueil inhumaines de ceux transférés en France, telle est la position de la France."

 

Dimanche 25 septembre 2016, à huit mois de la présidentielle, François Hollande s'est souvenu des harkis - et de l'une de ses promesses de campagne. La déclaration du président de la République arrive plus de 50 ans après la fin des combats et l'indépendance de l'ancien département français. Une reconnaissance que l'association Harkis et Droits de l'Homme "demandait depuis plusieurs années", exprime sa fondatrice Fatima Besnaci-Lancou.
 

Une identité blessée

Entre 1954 et 1962, le terme "harki" désignait une catégorie d'auxiliaires de l'armée française. Les harkis sont des supplétifs algériens de l'armée française abandonnés à un sort terrible lors de l'indépendance ou acueills en France dans des conditions indignes. Ces "Français musulmans", comme le disait à l'époque, ont été recrutés entre 1954 et 1962 pour mater les velléités d'indépendance algérienne et gagner ce que l'on se refusait d'appeler une guerre. Aujourd'hui, la loi française considère comme "harkis" des personnes originaires d'Algérie venues s'installer en France à partir de 1962 à cause de menaces.
 

"Etre harki, c'est une identité: on la ressent ou on ne la ressent pas."

 

Qui sont les harkis en Fance?

Impossible aujourd'hui de savoir aujourd'hui combien il y a de harkis en France. Car être harki, c'est une identité, selon l'historien: "On la ressent ou on ne la ressent pas". Si les intéressés se sont "appropriée" cette "appelation", comme le précise François-Xavier Hautreux, "le terme avait disparu du langage public" entre entre 1962 et 1975. On parlait alors "Français Musulmans rapatriés", les FMR. L'année 1975 marque les premiers mouvements de revendication.
 

Un sujet instrumentalisé

Le sort des harkis représente bien plus qu'une page d'histoire. C'est une identitié blessée, transmise sur plusieurs générations, marquée par l'abandon du général De Gaulle et la détestation des Algériens pour qui les harkis portent le sceau de la trahison. Le sujet n'est plus tabou mais "extrêmement instrumentalisé quelle que soit la personne qui en parle", observe François-Xavier Hautreux.

 

Invités

  • Fatima Besnaci-Lancou , historienne, fondatrice de l'association Harkis et Droits de l'Homme

  • François-Xavier Hautreux , historien

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours du lundi au vendredi à 9h03

La grande émission interactive pour aborder tous les sujets de société, qui font l'actualité. Antoine Bellier reçoit ses invités pour réfléchir, approfondir, apprendre et donner du sens à tous les sujets du moment. Posez vos questions ou témoignez en direct pendant l’émission 04 72 38 20 23 ou par mail à l'adresse letempsdeledire[arobase]rcf.fr.

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.