Les Tudors, une dynastie royale, une saga familiale

Présentée par

S'abonner à l'émission

La suite de l'Histoire, l'intégrale

samedi 12 octobre à 16h00

Durée émission : 55 min

Les Tudors, une dynastie royale, une saga familiale

© Wikimédia Commons - La famille d’Henri VIII : Allégorie de la succession des Tudors - Sudeley Castle, Gloucestershire

La dynastie Tudor règne sur l’Angleterre de 1485 à 1603. À peine plus d’un siècle, au cours duquel Henri VII et ses descendants entrent dans l’histoire et la marquent durablement.

"Tout commence avec Henri VII, avec cet aventurier talentueux qui a su, à force de persévérance, de fourberie et d'actions douteuses, conquérir un royaume, s'inventer une légitimité et la transmettre à ses ayants droits." Ainsi Bernard Cottret résume-t-il la trajectoire des Tudors, cette dynastie anglaise qui n'est pas qu'une série à succès ! 
 

Les Tudors

Henri VIII ou Élisabeth Ire sont des noms qui fascinent. En réalité, les Tudors "sont tous marquants, tous ces rois et reines sont extraordinaires", si l'on en croit l'historien. Avant eux, s'affrontaient deux dynasties rivales, la maison de Lancastre (arrivés au pouvoir par un coup d'État) et la maison d'York. Leur rivalité sanglante a duré un siècle : une période que l'on a appelé, selon la formule du grand écrivain romantique Walter Scott (1771-1832) : guerre des Deux-Roses. Car chacun des deux camps avait sa rose, la blanche pour les York et la rouge pour les Lancastre.

​Henri VII (1457-1509) est donc le fondateur absolu de la dynastie des Tudors. Il conquiert son royaume au fil de l'épée. Le 22 août 1485, il gagne la bataille décisive de Bosworth, dans les Midlands, qui lui permet d'accéder au pouvoir. On fait généralement ici la césure entre le Moyen Âge et la Renaissance pour l'Angleterre : pour les uns, le règne d'Henri VII clôt le Moyen Âge, pour d'autre il inaugure l'époque moderne.
 

Henri VII le fondateur

"La question de la légitimité est toujours une question douteuse, surtout dans des périodes troublées." Néanmoins, en épousant Élisabeth d'York, Henri VII "assoit sa légitimité". "Roi intelligent" et même "rusé", il est aussi, et surtout, un homme d'argent, qui a la réputation "malheureusement en grande partie justifiée" d'être pingre. "Quand vous prenez Henri VII et son fils Henri VIII, vous avez un contraste étonnant entre le père qui accumule l'argent et le fils qui est là pour le dépenser !" 

Sur le plan politique, Henri VII a introduit un bouleversement majeur en établissant une puissance royale dans un pays "politiquement gravement malade". Malade des luttes intestines entre familles nobles rivales - "ça a été absolument terrible au XVe siècle." La réconciliation nationale est la "grande réussite" d'Henri VII, doublée d'une "réussite financière".

 


©Wikimédia Commons - Portrait du roi Henri VIII par Hans Holbein le Jeune, 1540

 

Quand Henri VIII devient roi

Si on connaît surtout son fils Henri VIII, on sait moins que le premier fils d'Henri VII s'appelait Arthur - une référence évidente aux chevaliers de la Table ronde. "Si le roi Henri VII appelle son premier fils Arthur, c'est parce qu'il veut s'inscrire dans la lignée la plus prestigieuse pour la chevalerie anglaise." Mais Arthur Tudor (1486-1502) meurt vers l'âge de 15 ans.

Celui qui lui succède alors, c'est Henri VIII, en 1509. Et "quand on voit arriver ce jeune roi c'est l'enthousiasme général", raconte l'historien. Même Érasme, le grand humaniste, formule alors les vœux les plus fervents de paix, de belles lettres et de foi chrétienne authentique. Il est suivi en cela notamment par Thomas More, auteur de la célèbre "Utopie", et qui finira décapité comme traître. Henri VIII restera dans l'histoire comme "le roi de tous les excès".

 

Invités

  • Bernard Cottret, historien, spécialiste d'histoire de l'Angleterre et de la Réforme protestante, professeur émérite à l’université de Versailles-Saint-Quentin

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le samedi à 14h

Des grands événements qui ont façonné les civilisations aux personnalités qui ont marqué les consciences, Véronique Alzieu se tourne vers notre histoire. Une émission pour mieux comprendre le monde dans lequel on vit. Le week-end, elle vous offre l'intégrale du feuilleton proposé du lundi au vendredi. 

Le présentateur

Véronique Alzieu

Journaliste à RCF depuis 1993, Véronique s'est spécialisée au fil des ans dans le domaine de la foi, de la vie spirituelle et de la recherche de sens. Elle a choisi la radio parce que c'est un média de proximité, chaleureux sans être intrusif. Son léger accent trahit ses origines pyrénéennes qu'elle revendique avec joie!