L'histoire de la guerre froide

Présentée par

S'abonner à l'émission

La suite de l'Histoire, l'intégrale

lundi 8 août 2016 à 17h03

Durée émission : 55 min

L'histoire de la guerre froide

© Wikimédia commons / Janvier 1989, des Allemands sur le Mur de Berlin

De 1945 à 1990 le bloc communiste et le bloc occidental se sont affrontés en une guerre froide, sur fond de menace d'attaque nucléaire.

De 1945 à 1989 le monde a vécu coupé en deux. D'un côté, le bloc communiste à l'ombre du grand frère soviétique. De l'autre, le bloc occidental dominé par les Etats-unis. Si l'expression "guerre froide" date de cette époque, cela signifie bien la prise de conscience d'un danger réel à ce moment-là. La situation est, en réalité, inédite pour les historiens. Pour la première fois, deux puissances opposées pouvaient s'auto-détruire en utilisant l'arme nucléaire. Dans ce monde séparé en deux par un rideau de fer, selon l'expression de Winston Chrurchill en 1946, "pas de troisième voie possible", explique Catherine Durandin. "Il fallait que l'un détruise l'autre, et il se trouve que ce sont les Etats-Unis qui ont poussé à bout l'Union soviétique".

Cette guerre étrange, où l'on ne s'est pas battu à coup d'arme nucléaire, mais où les alliés des deux blocs se sont affrontés à "arme chaude", est l'héritage direct de la Seconde Guerre mondiale. Un affrontement idéologique qui couvait dès 1941. Au sein de l'alliance avec l'URSS contre l'Allemagne nazie et l'Italie fasciste, on sait bien que les positions des uns et des autres ne seront ni négociables ni négociées. On se méfie aussi des velléités expansionnistes de chacun. Pour l'historienne. "La suspicion a toujours été là".

Aujourd'hui, alors que l'on accède de plus en plus aux archives, on explique de différentes manières l'issue de la guerre froide. Certains considèrent surtout les failles internes au bloc soviétique. L'idéologie communiste et son caractère messianique et révolutionnaire semble perdre de ses adeptes dès 1956. Quand par exemple, en février de cette même année, Nikita Khrouchtchev dévoile les crimes de Staline, il en ébranle plus d'un. Et toujours en 1956, quand la Hongrie demande à sortir du pacte militaire et idéologique pour entrer dans la neutralité, Moscou répond par une invasion de Budapest.

Mais au lieu d'un bloc soviétique qui se serait effondré sur lui-même, on peut considérer une réelle victoire  de l'Occident. Victoire que l'on a, pour certains, volontairement pas étalée en 1991, par mesure de prudence. Et qui serait le triomphe pur et simple de la démocratie libérale et de l'économie de marché.

Emission diffusée en mars 2016.

Invités

  • Catherine Durandin, historienne, spécialiste des relations internationales et des questions de sécurité

Les dernières émissions

L'émission

Le samedi à 14h

Des grands événements qui ont façonné les civilisations aux personnalités qui ont marqué les consciences, Véronique Alzieu se tourne vers notre histoire. Une émission pour mieux comprendre le monde dans lequel on vit. Le week-end, elle vous offre l'intégrale du feuilleton proposé du lundi au vendredi. 

Le présentateur

Véronique Alzieu

Journaliste à RCF depuis 1993, Véronique s'est spécialisée au fil des ans dans le domaine de la foi, de la vie spirituelle et de la recherche de sens. Elle a choisi la radio parce que c'est un média de proximité, chaleureux sans être intrusif. Son léger accent trahit ses origines pyrénéennes qu'elle revendique avec joie!