Louis IX et la dernière croisade, l'échec militaire d'un roi sanctifié

Présentée par

S'abonner à l'émission

La suite de l'Histoire, l'intégrale

vendredi 26 août 2016 à 17h03

Durée émission : 55 min

Louis IX et la dernière croisade, l'échec militaire d'un roi sanctifié

© Wikimédia commons / Le siège de Tunis

La huitième et dernière croisade a été un échec complet mais elle a élevé au rang de personnage sacré le roi saint, Louis IX. Xavier Hélary répond à Véronique Alzieu.

La mort de saint Louis à Tunis, le 25 août 1270 a été un événement suffisamment marquant pour nous faire presque oublier la catastrophe que fut la VIIIè et dernière croisade. Cette numérotation qui nous aide à y voir plus clair dans cette histoire longue et complexe est le fait des historiens du XIXè siècle, précise Xavier Hélary. Qui ajoute que les gens du XIIIè siècle n'envisageaient pas les choses ainsi! Et pour cause, ces expéditions militaires d'envergure exigeaient de longues années de préparation. Par exemple, il s'est passé quatre ans entre la première cérémonie de prise de croix, en 1244 - cérémonie au cours de laquelle le souverain a fait le voeu de partir - et son départ effectif en 1248.

Qu'elles nous fascinent ou nous révoltent, les croisades nous échappent surtout.

 

Avec l'inquisition, elles appartiennent même au passé qui fâche, elles sont de ces épisodes de l'histoire de l'Eglise souvent montrés du doigt. Or "l'Eglise n'est pas seule responsable", comme dit l'historien. Il convient de souligner que ces échecs militaires ont donné lieu à des préparatifs de grande envergure, par ailleurs "très bien menés", précise Xavier Hélary. Les croisades ont aussi eu le mérite d'habituer l'Occident "à un renforcement de l'autorité royale". Certes, ces contacts guerriers et belliqueux ont été "assortis de massacres", mais ils furent aussi l'occasion de contacts pacifiques. On sait que saint Louis, prisonnier des mamelouks, "a beaucoup impressionné ses geôliers par sa force d'âme".

Le principe des croisades: permettre aux chrétiens d'aller là où le Christ est passé.

 

L'origine des croisades, on la trouve dans l'appel lancé par Urbain II en novembre 1095, au concile de Clermont. Ce pape, que l'Eglise a déclaré bienheureux, enjoignait les fidèles à venir au secours de l'Empire de Constantinople, contre les Turcs, et à libérer les lieux saints. Le principe des croisades est donc de permettre aux chrétiens de se rendre sur ces lieux marqués, selon les Evangiles, par le passage du Christ. Or, bien avant l'appel du pape, les musulmans arabes occupaient ces hauts lieux de pèlerinage. Mais en prenant leur contrôle, les Turcs en ont interdit l'accès.

 

Invités

  • Xavier Hélary , historien, spécialiste du Moyen Age, enseignant à l'université Jean-Moulin Lyon-III

Les dernières émissions

L'émission

Le samedi à 16h et le dimanche à 21h

Des grands événements qui ont façonné les civilisations aux personnalités qui ont marqué les consciences, Véronique Alzieu se tourne vers notre histoire. Une émission pour mieux comprendre le monde dans lequel on vit. Le week-end, elle vous offre l'intégrale du feuilleton proposé du lundi au vendredi. 

Le présentateur

Véronique Alzieu

Journaliste à RCF depuis 1993, Véronique s'est spécialisée au fil des ans dans le domaine de la foi, de la vie spirituelle et de la recherche de sens. Elle a choisi la radio parce que c'est un média de proximité, chaleureux sans être intrusif. Son léger accent trahit ses origines pyrénéennes qu'elle revendique avec joie!