Luther et la naissance du protestantisme

Présentée par

S'abonner à l'émission

La suite de l'Histoire, l'intégrale

samedi 28 octobre 2017 à 14h00

Durée émission : 55 min

La suite de l'Histoire, l'intégrale

© Pascal BASTIEN/CIRIC - Peinture représentant Luther (détail), église luthérienne Saint-Guillaume, Strasbourg, France.

De toutes les tentatives de réforme de l'époque, aucune n'a abouti à un tel bouleversement. Le 31 octobre 1517, Martin Luther ne se doutait pas que quelque chose de fondamental se passait.

31 octobre 1517. Comment et pourquoi cette date est-elle devenue si marquante? Que Luther ait publié ce jour-là ses 95 thèses contre les indulgences sur la porte de l'église du château de Wittemberg, cela aurait pu rester lettre morte. Or, le retentissement a été phénoménal. Des tentatives de réforme, il y en a eu plusieurs à l'époque, mais aucune n'a abouti à un bouleversement de cette ampleur comme le remarque Yves Krumenacker, auteur de la biographie "Luther" (éd. Ellipses).
 

Contrairement aux grands auteurs humanistes, dont le message était complexe, Luther a su parler aux savants comme au peuple

 

L'ampleur de La réforme, une prise de conscience progressive

Le 31 octobre 1517, est même "une date qui pose problème", selon Yves Krumenacker "puisque Luther ne s'est sans doute pas rendu compte - et personne ne s'est rendu compte - que quelque chose de fondamental se passait." La prise de conscience d'une rupture dans la chrétienté est venue "plus tard" et "progressivement". Même si son disciple et tout premier biographe Philippe Mélanchthon (1497-1560) donne cette date comme début de la réforme.

 

OCTOBRE, LE MOIS DU PROTESTANTISME SUR RCF - À l'occasion des 500 ans de la Réforme, RCF, radio œcuménique, consacre le mois d'octobre au protestantisme et vous propose une programmation spéciale. Qui sont les protestants aujourd'hui? Comment le protestantisme a-t-il évolué depuis la Réforme?
> En savoir plus

 

Le Saint-Empire romain germanique, pays de Luther

Début du XVIè siècle, fin du Moyen Âge. C'est la période des grandes découvertes pour les Européens, "on passe d'une économie essentiellement agricole à une économie d'échanges, de commerce". Ce qui aura pour effet d'accélérer la circulation des idées, et notamment de celles de Luther, grâce à l'imprimerie née au milieu du XVè siècle. Notons que contrairement aux grands auteurs humanistes, dont le message est complexe, Luther a su parler aux savants comme au peuple.

C'est à Charles Quint que Luther aura affaire. Le Saint-Empire romain germanique est alors un empire puissant mais morcellé, où l'empereur ne peut faire respecter ses lois sans l'accord de ses différents princes. "Le prince-électeur de Saxe, qui est le seigneur de Luther, est quelqu'un de très important, qui exerce une sorte de régence en cas de la mort de l'empereur."

 



 

L'Église à la fin du Moyen Âge

Pendant longtemps on a parlé des crises de l'Église et critiqué les abus du pape. Si les abus sont réels, tout dépend de ce que l'on entend par abus. Certains "comportements ne choquent pas toujours les paroissiens", note l'historien.

Les transformations économiques de l'époque ne permettent plus aux clercs de vivre uniquement du produit de la terre. "Beaucoup vont chercher à cumuler les offices et les charges" et à confier leurs charges à des remplaçants.

 

Invités

  • Yves Krumenacker , historien, spécialiste du protestantisme et des religions, professeur d'histoire moderne à l'université Lyon-III

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Tous les samedis à 14h00

Des grands événements qui ont façonné les civilisations aux personnalités qui ont marqué les consciences, Véronique Alzieu se tourne vers notre histoire. Une émission pour mieux comprendre le monde dans lequel on vit. Le week-end, elle vous offre l'intégrale du feuilleton proposé du lundi au vendredi. 

Le présentateur

Véronique Alzieu

Journaliste à RCF depuis 1993, Véronique s'est spécialisée au fil des ans dans le domaine de la foi, de la vie spirituelle et de la recherche de sens. Elle a choisi la radio parce que c'est un média de proximité, chaleureux sans être intrusif. Son léger accent trahit ses origines pyrénéennes qu'elle revendique avec joie!