Quelles relations entre l'histoire et le pouvoir?

Présentée par

S'abonner à l'émission

Les Racines du présent

lundi 2 septembre à 22h00

Durée émission : 25 min

Les Racines du présent

© ETIENNE LAURENT / POOL / AFP - Le 09/11/2018, Emmanuel Macron avec des historiens à Péronne à l'occasion du centenaire de l'Armistice

Les politiques entretiennent avec l'histoire "une relation aussi intense que problématique". Ancien conseiller de François Hollande à l'Élysée, Christophe Prochasson raconte son expérience.

Ancien conseiller du président François Hollande, Christophe Prochasson vient de publier "Voyage d'un historien à l'intérieur de l'État" (éd. Fayard), où il raconte et analyse son expérience au plus haut niveau de l'État. Dans son ouvrage, il aborde des grandes questions contemporaines, comme la situation des historiens, leur rapport à l'action, la réforme de l'école et la relation de la gauche au pouvoir.
 

le parcours de Christophe Prochasson

Enseignant chercheur à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Christophe Prochasson ne se destinait pas à devenir recteur d'académie. Quand il a répondu favorablement à la demande de Vincent Peillon (ministre de l'Éducation nationale de 2012 à 2014), il s'est retrouvé à la tête de l'académie de Caen, soit 26.000 fonctionnaires, avec un budget de 1,3 milliard d'euros. Normalien, reçu premier à l'agrégation d'histoire en 1983, Christophe Prochasson est issu d'une famille de gauche, de parents enseignants. Il a été membre du parti socialiste dans les années 70 et 80. 

Plus inattendue encore, sa nomination en tant que conseiller du président de la République pour l'éducation, l'enseignement supérieur et la recherche, en septembre 2015. Spécialiste de l'histoire politique de la France au XIXe et XXe siècles, l'historien s'est trouvé très ému de se trouver là. "Pour un historien c'est un monde extraordinaire parce que c'est un monde peuplé de fantômes !" Il décrit "quelque chose de la grandeur républicaine qui m'a intimidé du début jusqu'à la fin".
 

La réforme de l'école

Parmi les sujets qu'il a eu à traiter, le remaniement des programmes d'histoire, qu'il décrit comme l'un des sujets polémiques les plus vifs qu'ils soient. Débat qui porte sur : faut-il privilégier le roman national ou l'histoire monde ? "Désormais nous vivons dans un monde mondialisé, il serait fou de refermer l'horizon historique des jeunes sur le seul pays." D'autre part, "les savoirs ont progressé", il est donc "important de ne pas s'en tenir aux grandes figures politiques : l'histoire c'est aussi le mouvement des sociétés, la culture... c'est tout un ensemble de choses".
 

Nos hommes politiques et l'histoire

Durant ces années aux côtés des hauts responsables de l'État, Christophe Prochasson a pu noter qu'ils "entretiennent avec l'histoire une relation aussi intense que problématique". Que les hommes politiques aient, comme il le dit "besoin de l'histoire" pour "défendre leur thèse", voilà qui ne choque pas l'historien. "Ça arme leur discours, parfois ils ont raison, parfois ils sont un peu excessifs", mais chacun son rôle et celui de l'historien n'est pas celui du politique, dit-il.

En revanche, certaines "pratiques commémoratives qui relèvent du politique, le mettent parfois "mal à l'aise". "La commémoration comme spectacle est forcément réductrice et toujours un peu dérangeante pour l'historien qui trouve que les choses sont toujours un tout petit peu plus compliquées qu'on le dit." Mais là où l'historien se dit "assez inquiet" c'est quand il évoque cet "empire des émotions sur notre vie sociale, politique, qui se fait au détriment des savoirs, de la raison". Selon lui, "il y a une vraie menace" notamment "sur les savoirs historiques."

 

Invités

  • Christophe Prochasson, historien, spécialiste de l'histoire politique et culturelle de la France aux XIXe et XXe siècles, président de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS)

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le lundi à 22h, le mercredi à 16h et le dimanche à 18h30

L’actualité, nationale et internationale, s’enracine dans notre histoire. Chaque événement peut être relié au passé pour en trouver des clés de compréhension. Relire l’histoire, c’est ainsi mieux connaître et comprendre le présent. Chaque semaine, Frédéric Mounier, journaliste à La Croix, invite des historiens à croiser leurs regards sur un sujet contemporain pour mieux appréhender notre présent et envisager l’avenir. > Les Racines du présent, le blog de Frédéric Mounier

Le présentateur

Frédéric Mounier

Ancien correspondant de "La Croix" au Vatican, Frédéric a toujours été passionné par la vie politique… et la radio. Il a grandi à Paris à l'ombre de la Maison de la Radio. Les jeudis, il hantait les Studios, notamment ceux des « Radioscopie » de Jacques Chancel. Peut-être en reste-t-il quelque chose dans "Face aux Chrétiens" ?