Tibet: j’ai retrouvé les "enfants" du dalaï-lama

Présentée par PR-22196

L'envers du récit, une chronique La Croix

samedi 8 août à 7h52

Durée émission : 3 min

Tibet: j’ai retrouvé les "enfants" du dalaï-lama

© La Croix

En 1962, dans le plus grand secret, le dalaï-lama a envoyé 20 enfants en France pour être formés et devenir l'élite d'un Tibet libre. Près de 60 ans après, Marianne Meunier les a retrouvés.

PODCAST L'ENVERS DU RÉCIT - Pendant tout l'été, chaque week-end sur RCF, nous découvrons un épisode de la troisième du saison 3 du podcast "L'envers du récit", un podcast du quotidien La Croix
> En savoir plus sur la saison 3 de L'envers du récit

 

"L'envers du récit", un podcast La Croix

Chaque week-end sur RCF, nous découvrons un épisode de L'envers du récit, un podcast du quotidien La Croix. Une série dans laquelle les journalistes racontent les coulisses d'un reportage ou d'une enquête. 

 

les "enfants" du dalaï lama

C'est une histoire incroyable ! Le 19 octobre 1962, ils sont une vingtaine d'enfants - 10 garçons et 10 filles - à se trouver sans leurs parents sur le tarmac de l'aéroport de Paris. Âgés de cinq à 10 ans, ils ont été choisis dans le plus grand secret par le dalaï-lama pour être envoyés en France, y recevoir une éducation à l'occidentale et revenir ensuite en Inde, pour devenir plus tard l'élite d'un Tibet libre.

Près de 60 années après, ils ne sont plus que 18 puisque deux d'entre eux sont morts. La plupart vivent en Europe, en France et en Suisse. "Quand bien même le Tibet libre n'a pas vu le jour, le projet du dalaï-lama n'a pas totalement échoué, révèle Marianne Meunier, qui a enquêté pour La Croix L'Hebdo, puisqu'ils sont en quelque sorte des ambassadeurs de la culture tibétaine aujourd'hui à Paris."

 

Invités

  • Marianne Meunier, journaliste au service Monde de La Croix

Sur le même thème :

Les dernières émissions

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.