L'écologie est-elle seulement une histoire de fin du monde?

Présentée par UA-103973

S'abonner à l'émission

Commune Planète

samedi 11 juillet à 10h03

Durée émission : 12 min

L'écologie est-elle seulement une histoire de fin du monde?

© RCF

Pour ne pas se laisser gagner par le désespoir et la peur, pour chercher les chemins d'un monde meilleur, Commune planète propose des clés pour un futur possible. Avec Lucile Schmid.

L’écologie est-elle seulement une histoire de fin du monde ? Les préoccupations environnementales et sociales sont-elles incompatibles ou peuvent-elles au contraire se conjuguer ? Quelle espérance à l’heure de la collapsologie et de la thèse de l’effondrement de la civilisation industrielle ? On en parle dans ce premier numéro de Commune Planète avec Lucile Schmid, co-fondatrice du think thank "La Fabrique écologique"..

Au programme, également, dans cette émission, des chroniques qui nous invitent à prendre le temps de la contemplation, à découvrir des clés concrètes pour agir, à se laisser éclairer par la Bible qui parle abondamment d’écologie. Dans la chronique "Génération écolo", Mathilde, lycéenne de Terminale, fait part de ses questionnements sur son orientation : comment choisir un avenir compatible avec le monde dont elle rêve, un monde où le respect de la planète, des humains, de la fragilité soient au centre ? 

Une émission placée sous le signe d'un extrait du roman posthume d'Albert Camus, "Le Premier homme" choisi par Lucile Schmid : "Ils couraient et les martinets avec des cris rapides commençaient de voler plus bas au-dessus des fabriques et de la plage. Le ciel, vidé de la touffeur du jour, devenait plus pur puis verdissait, la lumière se détendait et, de l’autre côté du golfe, la courbe des maisons et de la ville, noyée jusque-là dans une sorte de brume devenait plus distincte. Il faisait encore jour mais des lampes s’allumaient déjà en prévision du rapide crépuscule d’Afrique".
 

"Lorsqu’on parle d’écologie, il faut rendre les choses assez palpables" - Lucile Schmid

"L’écologie est politique. Pas au sens politicien du terme. Pour nous, l’écologie est un projet de société, elle porte des valeurs, et une question de responsabilité vis-à-vis de la nature et des êtres humains. Elle implique un respect, des modalités d’action qui nous obligent à repenser les politiques économiques et sociale, ainsi que la pratique du pouvoir" explique Lucile Schmid.

Pour cette dernière, la jeunesse est inquiète, mais déterminée à agir. A la différence des adultes autour d’elle. "Ils sont frappés de nos incohérences à nous. Ils sont frappés de ce que les institutions disent une chose, et ne font pas ce qui est important. Ils disent que le fossé entre ce que nous disons et ce que nous faisons, est un véritable problème. Toute la question qui nous est posée, c’est comment faire en sorte que l’écologie ne soit pas hors des institutions, mais trouve le moyen d’être là où les décisions se prennent" ajoute Lucile Schmid.
 

"De petites interdictions pour retrouver de grands plaisirs"

"La collapsologie revient donner au catastrophisme une tournure écologique. On peut utiliser l’inquiétude pour agir. C’est cela qui est posé avec la collapsologie. Je ne me sens pas catastrophiste. Ce qui me dérange avec la collapsologie, c’est que quoi je fasse, je ne pourrai rien à cet effondrement. Mais je crois à l’intelligence collective, et j’ai peur qu’avec la collapsologie, on arrive à défendre très vite une sorte d’autoritarisme vert. En revanche, reconnaître la catastrophe qui est là, ne doit pas nous dispenser de nous interroger sur la bonne manière de faire en sorte que cette société écologique qui émerge, fasse advenir un projet collectif dans lequel on ne renonce pas à la force de notre démocratie" lance-t-elle.

Et la joie dans tout cela ? "C’est hyper intéressant. C’est peut-être la bonne manière de répondre à tous ceux qui nous bassinent avec l’écologie punitive. Le sujet, c’est qu’un certain nombre de petites interdictions sont nécessaires pour retrouver des grands plaisirs. Il ne faut pas voir l’écologie comme quelque chose de très restreint. Il y a aussi un mode de vie, une humanité, à retrouver autour de cela" estime la cofondatrice de "La Fabrique écologique".

Émission d'archive diffusée en janvier 2020

 

 

Invités

  • Lucile Schmid, co-fondatrice du think thank La Fabrique écologique

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le samedi à 22h45 et le dimanche à 20h45

Commune Planète, c'est le magazine de l'écologie sur RCF. Une émission joyeuse et pleine d'espérance, qui apporte un regard lucide sur les questions humaines et environnementales. Bref, une émission d'écologie intégrale dans la lignée de l'encyclique Laudato Si'.

Le présentateur

Anne Kerléo

Journaliste de formation, Anne est passionnée de reportage, au coin de la rue ou à l'autre bout du monde. Rédactrice en chef "opérations spéciales" RCF, elle a pour mission de préparer et de coordonner la couverture d'événements grands ou petits et l'organisation d'émission hors des studios. Lyonnaise d'adoption, elle ne s'éloigne jamais longtemps de la Bretagne de ses origines.