Le cardinal Lavigerie et la fondation des Pères Blancs 1/5

Présentée par

S'abonner à l'émission

La suite de l'Histoire

lundi 27 mai à 13h15

Durée émission : 12 min

Le cardinal Lavigerie et la fondation des Pères Blancs 1/5

© Wikimédia Commons - Léon Bonnat, Le Cardinal Lavigerie (1888), château de Versailles

En 1869 le cardinal Lavigerie fondait les Missionnaires d’Afrique et les sœurs Missionnaires de ND d’Afrique.

Plus connus sous le nom de Pères Blancs, et de Sœurs Blanches, ces congrégations ont eu pour but d’évangéliser le continent africain. Mais ce qui est à souligner, pour l’époque, c’est que cette évangélisation se faisait en prenant en compte la culture et les modes de vie, et en ayant le souci de développer un clergé local.

Ces Pères Blancs sont au fil du temps devenus le stéréotype du missionnaire. "Il y a quelques particularités qui peuvent expliquer cela. Nous sommes la seule congrégation missionnaire fondée en terre d’islam. Très tôt, nous avons été typés par notre habit. Lavigerie l’a fait intentionnellement" explique Jean-Claude Cellier, membre de la société des missions africaines, père blanc, en charge du service historique des Pères Blancs.

A l’époque, le contexte est assez contrasté. Sur le plan de la vie politique en France, énormément d’idées nouvelles circulent. La Troisième République arrive vite. Le socialisme monte. Les libertés sont plus marquées. Tout cela s’est vécu dans un climat assez anticlérical, ce qui n’a pas facilité l’évolution de l’Eglise. D’un côté, l’Eglise connait une vitalité très forte, il y a beaucoup de fondations missionnaires, un renouveau de spiritualité. D’un autre côté, l’Eglise se sent critiquée. Elle a du mal à s’ouvrir aux idées nouvelles. Il y a des tensions internes.

Dans ce contexte, la France est présente en Algérie. L’Eglise y est arrivée très tôt, sous la forme d’une présence d’évêques, pour les migrants européens partis s’installer en Algérie. La première idée était de s’occuper des européens chrétiens. Il y avait un clergé local essentiellement d’origine française. Parmi eux, on ne peut pas passer à côté du cardinal Lavigerie, né à Bayonne, originaire d’un milieu pas très fervent sur le plan chrétien.

Le cardinal Lavigerie entre au petit séminaire. Il a été remarqué pour ses dons intellectuels. On lui a proposé de partir à Paris, à St Nicolas du Chardonnet, où il a vécu une formation plus approfondie sur le plan spirituel. C’est un homme brillant. Il est ordonné prêtre en 1949. Il a écrit trois doctorats. C’était un intellectuel, mais qui a toujours eu un goût pour l’action. Il a été rapidement professeur à la Sorbonne, et il accepte dans le même temps d’être l’aumônier de l’œuvre des écoles d’Orient. C’est son premier contact avec la mission.
 

Invités

  • Jean-Claude Ceillier, père missionnaire d'Afrique, historien de la congrégation

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 13h15 et 22h45

Véronique Alzieu propose aux auditeurs de découvrir l’Histoire sous la forme d’un feuilleton quotidien. Des origines de l’Homme à la période contemporaine, elle dévoile et décrypte tous les jours en début d’après-midi, avec enthousiasme et curiosité, un nouveau chapitre. Une émission à retrouver en format long chaque dimanche.

Le présentateur

Véronique Alzieu

Journaliste à RCF depuis 1993, Véronique s'est spécialisée au fil des ans dans le domaine de la foi, de la vie spirituelle et de la recherche de sens. Elle a choisi la radio parce que c'est un média de proximité, chaleureux sans être intrusif. Son léger accent trahit ses origines pyrénéennes qu'elle revendique avec joie!