L'économie collaborative, entre utopie solidaire et hyper financiarisation

Présentée par UAB-5052

S'abonner à l'émission

Le Temps de le dire

mardi 14 juin 2016 à 9h03

Durée émission : 55 min

L'économie collaborative, entre utopie solidaire et hyper financiarisation

© OuiShare via Flickr CC License By

Portée par Internet, l'économie collaborative est synonyme de partage, de redéfinition du lien social, mais aussi de libéralisation poussée à l'extrême. On en parle avec Stéphanie Gallet.

Se cultiver sur Wikipedia, consommer local grâce au réseau La Ruche qui dit Oui, se loger moins cher en passant par Airbnb, vendre ou acheter de tout et d'occasion sur leboncoin, se former par MOOC interposé... Autant de pratiques entrées pour beaucoup dans les habitudes. De plus en plus de plateformes numériques apparaissent, qui participent à une nouvelle économie mais qui bouleversent notre façon d'échanger, de communiquer et de consommer. Beaucoup se félicitent de cette nouvelle économie, dans un contexte de pénurie d'emplois et de difficultés d'insertion. Mais c'est aussi une nouvelle culture qui émerge, jugée par ailleurs "extrêmement intéressante" à observer par la sociologue Monique Dagnaud.

Jeudi 9 juin 2016, la filiale française de la société américaine Uber a été condamnée à 800.000 euros d'amende (dont la moitié avec sursis) pour sa promotion d'UberPop, le fameux service - controversé - de transports entre particuliers. La société a annoncé son intention de faire appel. Figure de proue de cette nouvelle économie, Uber, le géant californien, continue de fructifier en France, sans UberPop mais en proposant ses services avec des chauffeurs professionnels. Une affaire qui montre toute la difficulté pour l'Etat de réguler ce marché en pleine expansion.

"Un mouvement culturel qui s'incarne dans des plateformes technologiques ; Internet, c'est développer une autre culture du lien et réinventer les rôles sociaux auxquels on joue" Nathan Stern

 

L'économie collaborative ne se résume toutefois pas à Uber, bien au contraire - la société ne serait même selon certains qu'un de ses multiples visages, voire son côté obscur. Bien des services sont basés sur le don, la convivialité, la gratuité et le partage. En ce sens l'économie collaborative a tous les aspects d'une organisation sociale. Monique Dagnaud précise qu'elle est fondée sur trois principes: le "free", c'est-à-dire la liberté de l''individu ; le "free speech", c'est-à-dire l'idée d'une libre expression et la liberté des flux d'information ; le "free of charge" soitla gratuité.

Cet imaginaire politique qui émerge depuis environ 10 à 15 ans, est en réalité un héritage du mouvement hippie des années 60 / 70 et de la contre-culture américaine. Parmi ses "valeurs" fondamentales, l'idée de recréer des liens de solidarité. Mais Aurélien Acquier, qui a étudié l'économie collborative au sein du projet PICO (pour "Pionniers du collaboratif") observe "un phénomène extrêmement divers". A côté de cette utopie sociétale idéalisant une société du partage, il observe un "supercapitalisme" qui relève d'une "financiarisation de tout, de soi et de ses actifs".

Invités

  • Aurélien Acquier, docteur ès Sciences de gestion, professeur associé au département Stratégie, hommes et organisation au sein du Campus Paris de ESCP Europe

  • Monique Dagnaud, sociologue, spécialiste des médias et de la jeunesse, directrice de recherche au CNRS, à l’Institut Marcel-Mauss (CNRS-EHESS)

  • Nathan Stern, consultant, entrepreneur social, fondateur de plateformes collaboratives (Peuplade, Voisin-Age)

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 09h03

La grande émission interactive pour aborder tous les sujets de société, qui font l'actualité. Antoine Bellier reçoit ses invités pour réfléchir, approfondir, apprendre et donner du sens à tous les sujets du moment. Posez vos questions ou témoignez en direct pendant l’émission 04 72 38 20 23 ou par mail à l'adresse letempsdeledire[arobase]rcf.fr.

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.