L'envers d'Internet, faut-il avoir peur du "big data"?

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Temps de le dire

mercredi 17 février 2016 à 9h03

Durée émission : 55 min

L'envers d'Internet, faut-il avoir peur du "big data"?

© Pixabay

Si on se réjouit de la croissance exponentielle d'Internet, on déplore en même temps la part de vie privée, et de liberté, qu'on y laisse. On en parle avec Stéphanie Gallet.

Aujourd'hui, avouons-le, on ne comprend pas grand chose à Internet et à ce qui se passe dans nos ordinateurs. Comme si à la pensée technologique avait succédé une pensée magique. Magique de pouvoir envoyer instantanément des photos à l'autre bout de son open space comme à l'autre du bout du monde, de stocker de façon quasiment illimitée des photos de vacances, un mémoire d'étude, ou ses musiques favorites? Il n'y a pas plus rationnel que le numérique: des kilomètres de câbles, de l'énergie (pas toujours propre), des chiffres à n'en plus finir, des algorithmes et beaucoup, beaucoup, d'argent.

Ce qu'on apprécie dans Internet c'est le partage, la démocratie participative, de nouvelles formes de solidarité... En même temps l'idée d'un oeil espion n'est jamais bien loin. Pourtant, Coline Tison le précise d'emblée: "pas de Big Brother" dans le réseau des réseau, qui n'est pas centralisé. Mais pour que s'établisse une communication réelle il a fallu définir des standards - certains ont pris le dessus et ont permis à des entreprises de devenir des géants. Par exemple, les applications, des standards imaginés par Apple, que "tous les téléphones ont copiés". Ce qui est montré du doigt ce sont surtout les identifiants qui permettent le traçage et la géolocalisation, et qui nécessitent l'intervention d'algorithmes: "On délègue un peu de notre pouvoir à des robots à des algorithmes et potientiellemet un danger apparaît", énonce Coline Tison.

Internet, un réseau de communication qui se déploie de façon exponentielle. Depuis les années 70, "avec la puissance de calcul des processeurs qui est multipliée par deux tous les six mois, avec la puissance de stockage multipliée par 20 tous les 12 mois, la data produite par Internet est énorme", explique Thierry Vallaud. Une quantité de données telle que l'on parle de "Big Data" pour désigner cette croissance exponentielle. A chaque fois que l'on va sur Internet, on dépose des "logs": chaque connexion produit des datas. Comme le signale Coline Tison, les internautes sont en réalité demandeurs de datas, il suffit de numériser ses photos, ou n'importe quel document pour pouvoir travailler dessus.

Invités

  • Coline Tison, journaliste audiovisuel

  • Thierry Vallaud, statisticien, expert du traitement des données

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 09h03

La grande émission interactive pour aborder tous les sujets de société, qui font l'actualité. Antoine Bellier reçoit ses invités pour réfléchir, approfondir, apprendre et donner du sens à tous les sujets du moment. Posez vos questions ou témoignez en direct pendant l’émission 04 72 38 20 23 ou par mail à l'adresse letempsdeledire[arobase]rcf.fr.

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.