Comment notre monde a cessé d'être chrétien, de Guillaume Cuchet

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le livre du jour

mardi 27 mars à 8h53

Durée émission : 2 min

Comment notre monde a cessé d'être chrétien, de Guillaume Cuchet

Guilllaume Cuchet est professeur d'histoire contemporaine à l'université Paris-Est Créteil. Son ouvrage s'interroge sur le déclin du christianisme en France.

En 1960, 94% de la population est baptisée dans les trois mois après la naissance (30 à 35% aujourd'hui dans les 7 ans). Plus de 80% des enfants font leur communion solennelle, 25% vont à la messe tous les dimanches (probablement 2% aujourd'hui). Et seulement 3% des Français en 1960 sont complètement sortis de l'espace catholique. Le caractère minoritaire voire marginal du catholicisme est donné aujourd'hui comme acquis. La question : Comment en est-on arrivé là ?
 
L'auteur cible une période, celle où semble s'amorcer ce déclin, de 1960 à 1970. Il s'appuie sur les travaux sociologiques de l'abbé Boulard, prêtre sociologue, et sur ceux de Gabriel Le Bras, sociologue. Il va analyser cette masse d'informations considérables collectée par Boulard sur la pratique religieuse des années 1945-1965. Son livre est une analyse sociologique et historique.
 
Il distingue trois causes principales de déclin : le rôle d'événement déclencheur du concile Vatican II, les mutations massives sociétales et culturelles (la plus importante) qui se traduisent par un décrochage des jeunes, amplifiées par mai 1968 et l'encyclique Humanae vitae, avec une pyramide des âges négative pour l'Eglise. Il cite enfin le rôle des nappes de chariages sociologiques, pour le dire plus simplement, les effets de l'exode rural et l'impact des nouvelles vagues d'immigration, d'origine musulmane.
 
Le concile Vatican II a été un évènement déclencheur, dans la mesure où les nouvelles orientations post conciliaires (pastorales et théologiques) ont bouleversé, détabilisé la piété populaire et les croyances. Avec entre autres la fin de la pratique obligatoire. Vatican II semble avoir été en définitive cette réforme nécessaire qui a déclenché la révolution qu'elle prétendait éviter. L'auteur s'interroge : Est-ce la conséquence d'une réforme trop tardive qui aurait fragilisé une institution conservatrice ? Ou la sortie de la route imprévue d'un processus de modernisation bien mené mais qui a eu le malheur de coïncider avec une mutation sociale et économique massive ayant soudainement gonflé ses voiles de vents contraires, surtout à partir de 1968 ? Vous l'imaginez, les raisons sont complexes et multiples...
 
Ailleurs, ce fut moins violent qu'en France même si le monde occidental a été globalement touché. Mais contrairement aux prédictions pessimistes de beaucoup d'analystes, le christianisme est toujours là. Comme le levain dans la pâte. Dans l'espérance de Pâques...

Les dernières émissions

L'émission

Les lundis et mardis à 8h53 et 15h15

Vous aimez lire ? Chaque jour, notre club de lecteurs vous donne une idée de lecture. Découvrez quels sont les derniers ouvrages parus et ayant un rapport avec la foi chrétienne. Chroniqueurs : Nennecy du Chaffaut, Bénédicte Draillard, Christophe Henning, Loïc Joncheray, Corinne Masoëro, Noémie Marijon  

Le présentateur

Loïc Joncheray