Découvrir Alain-Fournier à travers ses lettres d'amour

Présentée par UAB-4329

S'abonner à l'émission

Dialogue

samedi 29 août à 6h00

Durée émission : 25 min

Découvrir Alain-Fournier à travers ses lettres d'amour

© Wikimédia commons - Alain-Fournier, 1905

L'auteur du "Grand Meaulnes" a eu une vie aussi brève qu'intense. Mort à 27 ans, Alain-Fournier a tenu une correspondance amoureuse qui montre combien cet homme a aimé.

Comme Charles Péguy ou Guillaume Apollinaire, Alain-Fournier - de son vrai nom Henri-Alban Fournier (1886-1914) -  est de ces écrivains emportés par la Première Guerre mondiale. Il n'avait que 27 ans et une trajectoire déjà fulgurante. Un écrivain mort dans la fleur de l'âge, dont Jean-Pierre Guéno restitue les plus belles lettres d'amour dans "Les plus belles lettres d'amour d'Alain-Fournier" (éd. Le Passeur). Pour montrer à quel point cet homme a su "aimer".

 

"Alain-Fournier fait partie de ces archanges, de ces anges blancs, qui sont tellement incandescents, tellement étincellants que, très curieusement, une partie de la postérité a voulu les salir"

 

L'auteur du "Grand Meaulnes"

"Le Grand Meaulnes", sa seule œuvre mais ô combien célèbre - et encore aujourd'hui l'un des livres de langue française les plus traduits dans le monde - a accompagné la jeunesse de beaucoup de lecteurs. Un roman délicieusement obsolète, que l'on a classé à tort dans la catégorie des histoires mièvres. Jean-Pierre Guéno défend l'image d'un ouvrage qui est tout sauf à l'eau de rose, il parle même d'une "descente aux enfer", d'une "initiation à l'âge d'homme" qui n'est autre que la "chute du pays de l'enfance". Un "crash dans ce qu'Alain-Fournier appelait la dure vie basse".

 

Qui était Alain-Fournier ? 

Pour Jean-Pierre Guéno, Alain-Fournier "ne correspond pas à l'image d'Épinal qui le caractérise". Fils d'instituteur aux origines modestes, il se définissait comme "une sorte de petit paysan" (il a grandi dans le Berry, qui lui est toujours resté cher). Et surtout c'était "un personnage de son temps". Critique de théâtre, critique littéraire, grand sportif, il était "tout à fait en phase avec les grandes problématiques de son temps". 

"Il fait partie de ces archanges, de ces anges blancs, qui sont tellement incandescents, tellement étincelants, que, très curieusement, une partie de la posérité a voulu les salir." Comme on a pu le faire, selon Jean-Piere Guéno pour Saint-Exupéry, Jean Moulin ou Jean Zay. "Tous partagent un point commun : une partie de la postérité au voulu les salir pour diminuer la force de leur trajectoire."

 

les Lettres d'amour d'Alain-Fournier

Dans son ouvrage, "Les Plus belles lettres d'amour d'Alain-Fournier", Jean-Pierre Guéno montre "à quel point" Alain-Fournier a aimé, successivement trois femmes : Yvonne, Jeanne et Pauline. Yvonne de Quièvrecourt, pour qui l'écrivain a eu un véritable coup de foudre : c'est elle qui inspira le personnage d'Yvonne de Galais dans "Le Grand Meaulnes". Des amours platoniques qui ont laissé la place à une passion tumultueuse avec Jeanne, une jeune modiste berrichonne. Puis Pauline Benda, enfin, la troisième femme que l'artiste a aimée, était une femme mariée plus connue sous le nom de Madame Simone.

 

Émission d'archive diffusée en mai 2016

 

Invités

  • Jean-Pierre Guéno, écrivain, historien

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le lundi à 22h et le samedi à 15h

Mieux comprendre le monde, dans lequel nous sommes invités à vivre en chrétiens, grâce aux travaux des historiens, des sociologues et des artistes ainsi qu’à travers la réflexion philosophique. C'est ce que vous proposent Monserrata Vidal et Sarah Brunel.  

Le présentateur

Monserrata Vidal

Professeure agrégée de Lettres, Monserrata a longtemps œuvré auprès de lycéens qui  croyaient parfois la culture ennuyeuse. Aujourd’hui sur RCF, elle partage avec les auditeurs histoire, sciences humaines, spiritualité, littérature, dans un questionnement avec les auteurs et les œuvres, de manière sérieuse, mais aussi joyeuse.