Éric-Emmanuel Schmitt, romancier captivé par les religions

Présentée par UA-40071

S'abonner à l'émission

L'entretien de la semaine

lundi 10 août à 6h30

Durée émission : 12 min

Éric-Emmanuel Schmitt, romancier captivé par les religions

© Pascal Ito / éditions Albin Michel

Il a publié huit romans sur les grandes religions du monde, regroupés en un "cycle de l'invisible". D'où vient la fascination d'Éric-Emmanuel Schmitt pour les spiritualités?

Il y a un peu plus de 20 ans, Éric-Emmanuel Schmitt inaugurait sans le savoir un "cycle de l'invisible" : c'était avec avec "Milarepa" (éd. Albin Michel, 1997), un roman sur le bouddhisme tibétain. Puis il y a eu "Monsieur Ibrahim et les Fleurs du Coran" (2001) sur l'islam, et "Oscar et la Dame rose (2002)" sur le christianisme. Auxquels se sont ajoutés d'autres romans encore, sur le judaïsme, le zen, le confucianisme... et même la musique, qu'il élève au rang de spiritualité. En 2019, il a publié le dernier ouvrage du cycle de l'invisible, consacré cette fois à l'animisme africain, "Félix et la source invisible".

 

L'animisme et l'imagination

"J'ai eu un mal à fou à comprendre l'animisme, parce que j'ai essayé de le comprendre avec ma raison et j'ai échoué... Et puis tout d'un coup j'ai saisi qu'on percevait l'animisme non pas par la raison mais par l'imagination", confie l'écrivain, qui fait dire à l'un de ses personnages : "L'Afrique c'est l'imagination sur terre, l'Europe c'est la raison sur terre. Tu ne connaîtras le bonheur qu'en apportant les qualités de l'un dans l'autre."

L'imagination, dont on a peur Occident, Éric-Emmanuel Schmitt est allé en Afrique pour la célébrer : "L'Afrique a doublé notre expérience du monde d'un monde invisible et donné une fonction symbolique au monde. L'homme a besoin de ça : il ne peut pas se contenter de vivre ce qu'il vit." Imagination et spiritualité, quel rapport ? "Je crois que l'Afrique connaît les pouvoirs de l'imagination, plus que l'Occident qui la prend pour la folle du logis."

 

Éric-Emmanuel Schmitt, écrivain mystique ?

D'où lui vient son attrait pour les spiritualités ? En 2015, dans "La nuit de feu", Éric-Emmanuel Schmitt racontait son "expérience mystique" dans le désert, qui a fait du jeune philosophe agnostique qu'il était un croyant. Par "expérience mystique", l'écrivain décrit : "la rencontre de l'absolu, être inondé de confiance et de lumière, percevoir qu'on doit faire crédit à la condition humaine et que tout a un sens... à la fois un sentiment d'infini et un sentiment de sa propre solitude..." Pour Éric-Emmanuel Schmitt il y a, à l'origine de toutes les religions, un "cœur chaud" que parfois les religions, à force de dogmes et de rites "refroidissent".

Les religions ne sont pas semblables mais toutes parlent de la même chose. Et "toutes sont humanisantes". "Aujourd'hui, si la société veut se penser de manière horizontale et sans transcendance c'est parce qu'il y a eu cette fonction humanisante de toutes les religions, qui ont finalement créé des valeurs et créé des liens, et créé cette idée d'humanité à part. Donc moi je milite pour un respect des spiritualités."

 

Émission d'archive diffusée en décembre 2018

 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le samedi à 13h15 et 20h45 et le dimanche à 8h30

Chaque semaine, Thierry Lyonnet donne la parole à un acteur de l'actualité culturelle. Ecrivains, metteurs en scènes, peintres, etc, parlent de leur travail et de leurs oeuvres. 

Le présentateur

Thierry Lyonnet

Rédacteur en chef du Service « Foi et Culture », Thierry met son insatiable curiosité au service de RCF depuis 1990. Spiritualité, art, voyages, solidarité et surtout rencontres, qu’il aime partager avec les auditeurs. Depuis l’enfance, il est fasciné par la richesse de la différence…et cette fascination ne cesse de croître!