Et le miroir brûla, de Charlotte Jousseaume

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le livre du jour

mardi 6 mars à 8h53

Durée émission : 2 min

Et le miroir brûla, de Charlotte Jousseaume

Auteure de Le Silence est ma joie ou de Quatuor mystique, Charlotte Jousseaume est passionnée par l’art, la psyché et la spiritualité. Son dernier ouvrage explore l'abandon au divin.

En juin 1310, Philippe le Bel règne sur le royaume de France, les premiers templiers vont bien être mis à mort mais c’est aussi le jour de la mort de Marguerite Porete, qui a été condamnée à mort par le tribunal de l’Inquisition. Elle est brulée avec l’ouvrage de sa vie : Le miroir des âmes simples et anéanties. Marguerite Porete est une béguine originaire de Valenciennes. Je vous ai déjà parlé des béguines en septembre à propos du roman La nuit des Béguines d’Aline Kinner. Les béguines sont des femmes laïques qui vivent, travaillent et prient ensemble au cœur des villes médiévales. Cette tradition des béguinages s’est poursuivi longtemps, surtout dans le nord de l’Europe. Il y a de nombreux points communs entre le roman d’Aline Liner et ce portrait conté écrit par Charlotte Jousseaume : dans les deux cas c’est le livre de Marguerite Porete qui est l’élément central. Ce livre mystérieux a été considéré comme hérétique et a conduit son auteur au bûcher.

Ce livre, disparu pendant 700 ans, a été redécouvert vers 1950 par une historienne italienne. Au tournant des années 1980 le texte est traduit en français contemporain. Un miroir, c’est un style littéraire du moyen âge. Dans ce livre Marguerite fait dialoguer l’Amour et la Raison, elle parle principalement de l’amour pour Dieu. Elle développe les notions de rien-vouloir et de rien-savoir. Comme maître Eckhart et Hadewijch d'Anvers, Marguerite fait partie du courant des mystiques rhénans.

On ne sait rien de Marguerite Porete, mis à part son livre et les minutes de son procès. Charlotte Jousseaume fait donc œuvre d’imagination quand elle nous raconte la jeunesse et la vie de Marguerite, sa relation avec son père et son apprentissage de la Bible et de l’histoire sainte. Marguerite rejoint, sans doute, le béguinage à la fin de l’adolescence. Sa vie dans le béguinage c’est le travail mais surtout l’abandon à Dieu. Elle a un lien direct avec le Christ qu’elle nomme parfois son amant ou encore le Loin-près (« Dieu celui qui se fait plus proche à mesure qu’il s’éloigne, et Celui qui s’éloigne à mesure qu’il se fait plus proche. Celui qui se laisse prendre que dans la déprise. Celui qui se fait passage dans le dépassement »).

Elle s’abandonne à une puissance d’amour qui la dépasse : « Marguerite vivait simplement en-Dieu. Elle avait plongé de toute sa chair, son cœur, et son esprit dans ce Royaume du Vivant. Elle s’était perdue dans l’océan débordant de lumière ».  Elle finit par quitter le béguinage pour prêcher et enseigner en arpentant les Flandres. Les circonstances de la rédaction de son livre et de son procès sont également peu connues, mais on sait qu’elle a refusé à plusieurs reprises d’obéir au tribunal de l’Inquisition, de lui prêter un serment de loyauté. Elle a même refusé de recevoir l’absolution puisqu’elle considérait n’avoir fait aucune faute. Marguerite Porete est une porte d’entrée encore méconnue vers la mystique rhénane.

Entre le roman et la biographie, ce texte nous permet de découvrir une figure de femme forte et complexe qui explore dès le 14e siècle ce que nous appelons aujourd’hui le lâcher-prise et l’abandon total au divin. Ce livre nous encourage à la confiance totale en Dieu.

Ecoutez aussi l'interview de Charlotte Jousseaume sur Vatican News en cliquant ici
 

Les dernières émissions

L'émission

Les lundis et mardis à 8h53 et 15h15

Vous aimez lire ? Chaque jour, notre club de lecteurs vous donne une idée de lecture. Découvrez quels sont les derniers ouvrages parus et ayant un rapport avec la foi chrétienne. Chroniqueurs : Nennecy du Chaffaut, Bénédicte Draillard, Christophe Henning, Loïc Joncheray, Corinne Masoëro, Noémie Marijon  

Le présentateur

Noémie Marijon

Noémie Marijon est responsable de bibliothèque et doctorante en histoire médiévale (Université Grenoble Alpes)