Les Indiens d'Amérique et la nature, du stéréotype au mythe fondateur de la terre mère

Présentée par

S'abonner à l'émission

L'entretien de la semaine

samedi 24 février à 13h15

Durée émission : 12 min

Les Indiens d'Amérique et la nature, du stéréotype au mythe fondateur de la terre mère

© Françoise Perriot / Éditions du Rocher - Ces cultures "ont réussi à s'adapter alors qu'elles étants vouées à disparaître"

De quoi est fait ce lien qui unit les Indiens à la nature? Même aujourd'hui, alors 75% d'entre eux n'y vivent plus, ils parlent de leurs racines comme "profondément liés à leur terre".

Cinéma, bande dessinée, romans,... Les Indiens d'Amérique du Nord ont peuplé nos imaginaires. Mais que sait-on vraiment des tribus navajo, sioux, crow ou tlingit ? Dans certains milieux New Age ils sont idéalisés, comme un exemple de l'harmonie entre l'homme et la nature. D'autres reportages nous les décrivent comme des peuples touchés par l'alcool et la drogue. Qui étaient ces Amérindiens confontés si violemment à l'arrivée des Occidentaux ? Comment vivent-ils aujourd'hjui ? Françoise Perriot nous aide à mieux comprendre leur histoire, leurs liens avec la nature, et leur spiritualité, dans un beau livre, "Les Indiens et la nature" (éd. du Rocher).
 

Par rapport aux autres habitants d'Amérique du Nord, "les Indiens parlent de leurs ancêtres et de leurs racines" comme étant "profondément liés à leur terre"

 

Un passé révolu ?

Au cours des cinq années qu'elle a passées dans le Montana, Françoise Perriot a pu constituer un fonds important de photographies anciennes. Une collection constituée relativement facilement car là-bas, "les gens n'y attachaient pas beaucoup d'importance" témoigne-t-elle. Ce qui semble pour certains "un passé révolu" a été pour elle une réelle source d'inspiration. Ou plutôt de questionnement : de quoi est-il fait, ce lien qui unit si fortement les Indiens à la nature? La fameuse harmonie dont les auréole n'est-elle qu'un stéréotype ? De toute évidence, "on ne peut pas ainsi résumer tant d'années d'histoire".
 


©Françoise Perriot / Éditions du Rocher - Jeune femme de la région du Sud-Ouest, vers 1880 - Anonyme

 

Une nature "culturelle"

"Contrairement à ce que l'on peut penser, la nature n'était pas vierge lorsque les Blancs l'on découverte, c'était une nature culturelle, je trouve que ça se ressent." Il faut imaginer plus de 500 tribus indiennes - parlant autant de langues ou du moins de dialectes différents - réparties sur des aires géographiques très variées. Dans l'ouvrage de Françoise Perriot les photographies illustrent bien ces différences et aussi la rudesse de certains climats. Dès lors, on comprend que "s'ils ne vivaient pas en harmonie, ils disparaissaient".
 


©Françoise Perriot / Éditions du Rocher - Plenty Coups, illustre chef Crow, Montana - Richard Throssel (1882-1933)

 

La terre mère

Aujourd'hui, 75% des Indiens ne vivent plus sur leurs terres. Mais, comme l'a constaté Françoise Perriot, par rapport aux autres habitants d'Amérique du Nord, "les Indiens parlent de leurs ancêtres et de leurs racines" comme étant "profondément liés à leur terre". Ce lien à la terre, il faut aller chercher dans les mythes d'origines pour en découvrir le sens. "Des mythes qui racontent que les peuples Indiens sont sortis du dessous de la terre." On retrouve chez eux le mythe "de la terre mère". Aujourd'hui, ces cultures "ont réussi à s'adapter alors qu'elles étants vouées à disparaître, nous dit Françoise Perriot, qui ajoute : "La force d'une culture c'est de pouvoir s'adapter, donc elles sont vivantes."
 


©Françoise Perriot / Éditions du Rocher - Jose Jesus et son épouse, Pueblos, Nouveau Mexique, 1899 - William Henry Jackson (1843-1942)

 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 06h30, 20h45 et 02h00

Chaque semaine, Thierry Lyonnet donne la parole à un acteur de l'actualité culturelle. Ecrivains, metteurs en scènes, peintres, etc, parlent de leur travail et de leurs oeuvres. 

Le présentateur

Thierry Lyonnet

Rédacteur en chef du Service « Foi et Culture », Thierry met son insatiable curiosité au service de RCF depuis 1990. Spiritualité, art, voyages, solidarité et surtout rencontres, qu’il aime partager avec les auditeurs. Depuis l’enfance, il est fasciné par la richesse de la différence…et cette fascination ne cesse de croître!