Murakami : l'auteur se livre sur son métier

Présentée par PR-17101

S'abonner à l'émission

L'Actualité littéraire

jeudi 12 décembre 2019 à 8h52

Durée émission : 3 min

Murakami : l'auteur se livre sur son métier

Aujourd'hui, on découvre "Profession romancier" de Haruki Murakami, aux éditions Belfond : rentrer dans le temps du silence pour créer.

Mardi, Peter Handke et la Polonaise Olga Tokarczuk recevaient leur prix Nobel de littérature à Stockholm. Ce qui ne fut pas sans remous, compte-tenu des positions pro-serbe de l’écrivain autrichien, mais là n’est pas mon propos aujourd’hui : je voudrais vous parler d’un magnifique auteur japonais souvent cité d’ailleurs comme nobélisable… qui n’a jamais eu donc le Nobel, pas plus que le prix Nakutagawa –l’équivalent de notre Goncourt : « Je n’ai nul titre de ce genre à afficher et je me sens léger, tranquille. Etre juste “Haruki Murakami”, ce n’est pas si mal. Du moins à mes yeux », écrit-il.

Il est vrai qu’avec des millions d’exemplaires vendus, traduit dans une cinquantaine de pays, que peut-il encore manquer à un écrivain mondialement reconnu ?

Bref : voici un romancier hors-pair, plutôt secret, qui, dans un livre plein d’humour et de fausse modestie, accepte de raconter plus de quarante ans de carrière. A commencer par ses tout débuts dans l’écriture. Passionné de baseball, le trentenaire tenancier de boite de jazz regarde le match et confie : « Le bruit de la batte frappant la balle a résonné merveilleusement dans tout le stade. Et c’est à ce moment précisément, qu’une pensée m’a traversé l’esprit : Tiens, et si j’écrivais un roman ? ». Preuve que même la vie d’un écrivain a des côtés romanesques.
 

Un livre sur l’écriture, la littérature, le monde des écrivains et sur le succès aussi…
 
Un récit drôle et instructif sur le métier d’écrivain, tel qu’Haruki Murakami le vit et l’imagine.
Il dit sa confiance en l’avenir du livre, son désintérêt – voire son mépris – pour les mondanités, son travail patient, et son sens de l’observation : « le monde peut paraître ennuyeux mais, en réalité, il est plein de pierres précieuses brutes, fascinantes et énigmatiques. Les écrivains possèdent un œil particulier qui leur permet de découvrir ces merveilles. »

L’écrivain donne encore des conseils aux jeunes auteurs, convaincu que « ce n’est pas si difficile d’écrire un roman », mais que la difficulté c’est de durer : « Le temps est un facteur très important dans le processus d’écriture. C’est le temps du silence, durant lequel on doit laisser pousser en soi les germes du roman, les laisser gonfler. »
 
Ca donne envie, non seulement de suivre ses conseils, mais d’abord de le lire !
 
Et vous auriez raison ! Trois de ces grands romans sont publiés dans une belle édition – digne d’un Nobel. Je ne peux que vous conseiller La course au mouton sauvage, Danse, danse, danse ou encore La fin des temps. Ce qui frappe dans l’écriture de Murakami, c’est cet alliage d’une écriture précise avec une imagination sans limite, une forme de poésie mâtinée de fantastique.

On le suit, on y croit : réaliste, le texte se fait étrange, insolite. Un grand écrivain modeste : « Il y a cependant quelque chose que j’aimerais vous faire comprendre : je suis un homme tout à fait ordinaire. Je suis et je reste un homme normal ». Belle leçon pour les apprentis-écrivains.
 
Profession romancier, d’Haruki Murakami, traduit du japonais par Hélène Morita, paru aux éditions Belfond, comme l’ensemble de son œuvre. Et ce soir, au pied de la lettre, Christophe, qui sont vos invités ?
 
A la poursuite d’écrivains encore avec Bernard Chambaz Un autre Eden et le fantôme de Jack London au Seuil, et Emmanuelle Lambert pour Giono Furioso chez Stock.

Les dernières émissions

L'émission

Le jeudi à 8h52 et 15h15

Chaque jeudi, Christophe Henning présente un ouvrage qu'il a sélectionné.

Le présentateur

Christophe Henning

Journaliste de presse écrite dans le groupe Bayard, Christophe veut susciter le débat et favoriser la rencontre des témoins. Lecteur infatigable, il partage volontiers ses coups de cœur. Dans les studios parisiens de RCF, il donne la parole aux auteurs, mais aussi aux acteurs de la société et de l’Eglise.