Philippe Delerm, observateur attendri de nos petits gestes anodins

Présentée par

S'abonner à l'émission

L'entretien de la semaine

samedi 7 septembre à 13h15

Durée émission : 12 min

Philippe Delerm, observateur attendri de nos petits gestes anodins

© éditions du Seuil - Philippe Delerm

On a tous des petits gestes qui, consciemment ou non, disent quelque chose de notre personnalité. Et qui séduisent l'écrivain Philippe Delerm. Il les recense dans son dernier ouvrage.

00:00

00:00

Une façon de tenir son verre, cette manie du selfie, la manière de vapoter... On a tous des petits gestes qui, consciemment ou non disent quelque chose de notre personnalité. Ou de l'influence subtile de la société sur notre comportement. Fidèle à son style ciselé, Philippe Delerm les recense dans ses instantanés littéraires. Il publie "L'Extase du selfie" (éd. Seuil).

"Je crois beaucoup qu'il n'y a pas de petites choses : plus on regarde une petite chose, plus on peut l'approfondir et aller gratter un petit peu plus loin dans l'éternel humain"

 

smartphone et selfie

Philippe Delerm capte avec tendresse et ironie le comportement de ses contemporains. Non pas nécessairement des gestes qui l'irritent, mais surtout des réflexes qui l'amusent. Par exemple, dans le selfie, il y a "cette façon qu'ont les gens d'avoir l'air extasiés devant leur propre image en public. C'est devenu quelque chose d'étonnant." Il a d'ailleurs remarqué qu'à Venise, où "on prend des selfies dans une quantité invraisemblable", "le plus étonnant c'est que, étant dans l'une des plus belles villes du monde, la plus belle chose du monde qu'ils trouvent à prendre c'est quand même eux-mêmes !"

"Un geste m'a séduit, raconte Philippe Delerm, c'est la façon de consulter des photos sur un smartphone." D'effleurer du bout de l'index la surface "plane et glacée" du téléphone et de "faire surgir l'affectif" en faisant défiler les photos... C'est ce geste-là qui a inspiré son ouvrage. Un geste qui concerne "un objet qui fait tellement partie de nos vies qu'il est devenu presque un autre nous-mêmes dans certains cas". 
 

de nos mythologies...

Les gens qui vapotent n'ont pas le geste gracieux ou provocateur des fumeurs de cigarette. Ils ont le front penché, le "biberonnage furtif", comme s'il y avait "une espèce de honte de fumer" alors qu'ils font en général plus de fumée qu'avec la cigarette. Pas sûr qu'il y aura un jour une mythologie du vapoteur comme on en a eu avec Gainsbourg et sa cigarette. Philippe Delerm écrit : "Un jour il y aura peut-être un Gainsbourg vapoteur, on ne peut pas vraiment l'imaginer. En attendant il nous faut vivre ou bien fumer, car fumer tue. Mais vivre tue aussi."
 

... à l'éternel humain

Le pacte littéraire de Philippe Delerm, qui s'est fait connaître avec  "La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules" (éd. Gallimard, 1997), fonctionne peu comme un miroir mais c'est plus que cela. "Je crois beaucoup qu'il n'y a pas de petites choses, plus on regarde une petite chose plus on peut l'approfondir et aller gratter un petit peu plus loin dans l'éternel humain." 

Pour l'écrivain, un peu poète, "c'est important de savoir que les choses minuscules sont infinies et qu'il n'est pas nécessaire d'aller dans les mers du Sud pour connaître de grandes choses, il suffit de regarder en soi et à côté".

 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le samedi à 13h15 et 20h45 et le dimanche à 08h30

Chaque semaine, Thierry Lyonnet donne la parole à un acteur de l'actualité culturelle. Ecrivains, metteurs en scènes, peintres, etc, parlent de leur travail et de leurs oeuvres. 

Le présentateur

Thierry Lyonnet

Rédacteur en chef du Service « Foi et Culture », Thierry met son insatiable curiosité au service de RCF depuis 1990. Spiritualité, art, voyages, solidarité et surtout rencontres, qu’il aime partager avec les auditeurs. Depuis l’enfance, il est fasciné par la richesse de la différence…et cette fascination ne cesse de croître!