"Yoga", d'Emmanuel Carrère

Présentée par PR-23194

S'abonner à l'émission

L'Actualité littéraire

jeudi 17 septembre à 8h52

Durée émission : 3 min

"Yoga", d'Emmanuel Carrère

© DR

Au centre du dernier roman d'Emmanuel Carrère : le récit très personnel d'un épisode de dépression et les enseignements qu'il en a tiré.

00:00

00:00

Six ans après Le Royaume, racontant une quête spirituelle sur les traces de saint Paul, Emmanuel Carrère revient avec Yoga, un livre autocentré, comme à son habitude, mais qui a une portée quasi-universelle. L’auteur est le sujet du récit mais aussi l’observateur de sa propre existence. Il nous raconte la construction de son livre, les aléas de son quotidien, et curieusement on se retrouve dans ces lignes écrites avec la précision d’un entomologiste et l’art de la confidence. Certains dénonceraient une relative complaisance, alors même que l’auteur ne se montre pas toujours sous son meilleur jour. Conscient d’être, malgré tout, un privilégié, Emmanuel Carrère dresse en quelque sorte le portrait de notre commune humanité, et c’est là que nous pouvons être touchés. Va-t-on se carapater ou accepter d’avancer, avec lui, pour explorer les ombres possibles et diverses de toute existence ? La réponse en près de 400 pages.
 
Yoga, c’est le titre du livre, c’est aussi le sujet du récit
. L’auteur veut écrire « un petit livre souriant et subtil », il cherche avec insistance à définir ce qu’est le yoga, ce qu’il a reçu d’une longue pratique, et le livre commence par un stage alors qu’Emmanuel Carrère tente d’expliquer ce qu’est la méditation : « la méditation, c’est tout ce qui se passe en soi pendant le temps où on est assis, immobile, silencieux. L’ennui, c’est la méditation. » Pratiquant le tai chi, il souligne qu’il ne s’agit non pas de « réussir une performance mais de faire advenir quelque chose à l’intérieur de soi ». C’est simple et difficile à la fois. Et Carrère n’est pas épargné : voici qu’il est frappé à nouveau par une cruelle dépression, et décide de nous raconter ce qui lui arrive : « J’ai été aveuglé par cette évidence que mon autobiographie psychiatrique et mon essai sur le yoga, c’était le même livre. » Partant du principe que « la littérature, c’est le lieu où on ne ment pas », l’auteur raconte les quatre mois d’hospitalisation à Sainte-Anne. Une terrible descente aux enfers qu’il restitue dans des pages poignantes…
 
Le yoga ne l’a pas protégé de la grande dépression qu’il décrit, là encore, avec précision. Et en même temps, il n’y a pas d’impudeur : les mots sonnent juste, au plus près de l’expérience humaine, de la déréliction diraient les grands mystiques, mais aussi de la remontée, lente. Et ce qui sauve le bonhomme, ce sont les autres. Après des vacances en Grèce, voici Emmanuel Carrère auprès des migrants, sur l’île de Léros, animant un atelier d’écriture avec des adolescents en transit. L’auteur découvre la patience : « On continue à ne pas mourir, tant qu’on peut », écrit-il, ce qui pourrait être une leçon de vie pour nombre d’entre nous parfois confrontés à la maladie, aux épreuves, à la dureté de l’existence. Encore un mot : dire que l’écriture est limpide, comme un filet d’eau qui nous entraîne avec ce qu’il faut d’humour discret, d’intime douceur, de poésie. C’est la vie elle-même qui devient leçon : « La méditation, c’est plonger à l’intérieur de soi et creuser des tunnels, construire des barrages, ouvrir de nouvelles voies de circulation et pousser quelque chose à naître, et déboucher dans le grand ciel ouvert. » Un livre… A méditer.
 

Les dernières émissions

L'émission

Le jeudi à 8h52

Chaque jeudi, Christophe Henning présente un ouvrage qu'il a sélectionné.

Le présentateur

Christophe Henning

Journaliste de presse écrite dans le groupe Bayard, Christophe veut susciter le débat et favoriser la rencontre des témoins. Lecteur infatigable, il partage volontiers ses coups de cœur. Dans les studios parisiens de RCF, il donne la parole aux auteurs, mais aussi aux acteurs de la société et de l’Eglise.