Brafa, un merveilleux écrin pour l’Art Religieux et Sacré

S'abonner à l'émission

Les Mélodies du soleil

mardi 17 janvier 2017 à 16h30

Durée émission : 30 min

Brafa, un merveilleux écrin pour l’Art Religieux et Sacré

L’incontournable foire pour les amateurs d’art et d’antiquités La Brussels Art Fair (Brafa) a clôturé sa 62e édition sur un nouveau record de fréquentation plus de 60 000 visiteurs !

Cette émission est archivée. Pour l'écouter, inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous directement si possédez déjà un compte RCF.

Nous continuons à écouter  la passion et même la tendresse qu’expriment trois galeristes  pour vous décrire quelques-unes des œuvres d’art exposées dans leurs stands.
Christine De Backker nous parle de l’art médiéval et surtout de cette belle « Sedes Sapientiae », magnifique sculpture de l’Art Mosan, dont nous avons la chance de pouvoir admirer une semblable à Namur au TreMA. Pour accompagner ce beau récit sur la Vierge, vous entendrez Regina Caeli, jubila, avec le chœur des Carmélites, du Carmel de Tous les Saints  Pécs !
 
Jan Muller nous parle d’un merveilleux tableau de la Sainte Famille du peintre connu comme le Maître aux Perroquets, ce maître anonyme anversois de la première moitié du XVIe siècle ; il fut ainsi désigné par M. J. Friedländer en raison du perroquet qui, sans avoir valeur de signature, figure sur quelques-uns de ses tableaux de Madone et avec lequel joue l’Enfant.
 
Et pour clôturer ces 2 émissions consacrées à l’Art Religieux et Sacrée, au Brafa, nous découvrirons deux peintures de l’art sacré des aborigènes Australiens.
Fabien Mathivet nous parle de cet art et nous décrit 2 tableaux dont un de   Ningura Napurrula,  elle fut une des héritières de cet art millénaire transformé qui trouve aujourd’hui sa place dans les mouvements d’art contemporain. Il nous dit qu’on peut la retrouver dans les plafonds peints du musée du quai Branly. Ces peintures témoignent de la vitalité, de la créativité contemporaine aborigène et participent à la valorisation du grand héritage spirituel de ce peuple millénaire.
 
Ce fut pour moi un plaisir de faire découvrir  à mon tour, à Fabien Mathivet, « Geoffrey Gurrumul Yunupingu », un chanteur aborigène, avec une voix et une histoire qui transperce nos âmes, même si on ne comprend pas la langue. Il fut un des deux musiciens australiens choisis pour le Jubilée de Diamant d’Elizabeth II.  Vous l’entendrez à la fin de l’émission avec son chant : Gurrumul History (Je suis né aveugle) en anglais et dans le langage de sa tribu.
 
De Backker Mediaval  Art, Groote Plaats 31, BE 2323 Hoogstraten
Jan Muller Antiques, Burgstraat, 24, à Gand
Mathivet Galerie, 6 rue Bonaparte, 75006 Paris

 
Wiyathul, de Geoffrey Gurrumul Yunupingu

Les dernières émissions