Cinéma et conquête spatiale

Présentée par

La Symphonie du cinéma

mardi 13 août à 11h00

Durée émission : 25 min

Cinéma et conquête spatiale

© MGM Warner Bros

L'espace et son mythe de l'homme à la recherche de réponses et d'autres formes de vie, la course aux étoiles et l'univers de l'astrophysique à travers les musiques de films, autant de directions qu'explore cette semaine, pour la dernière émission de la saison, Fabien Genest dans La Symphonie du cinéma.

Cette semaine La Symphonie du cinéma part à l’assaut des étoiles pour un passionnant voyage sonore à travers les musiques de films évoquant la conquête spatiale alors qu’il y aura bientôt 50 ans, Neil Armstrong devenait le premier homme à poser le pied sur la Lune…  

 
Cet automne sortait sur les écrans français The First man, film de Damien Chazelle sur la mission Apollo 11 qui décolla le 16 juillet 1969, pour alunir 4 jours plus tard. A 22h56 (heure du Centre spatial de Houston au Texas), dans la nuit du 20 au 21 juillet, Neil Armstrong allait devenir le premier homme à poser le pied à la surface de la Lune.  Un événement historique, suivi en direct par plus de 450 millions de téléspectateurs qui entendirent alors la fameuse phrase : «C’est un petit pas pour l'homme, mais un bond de géant pour l’Humanité. »
Pour incarner Neil Armstrong, Damien Chazelle choisissait son acteur porte-bonheur dans La la land, Ryan Gosling, tandis que la musique était signée, elle, par son complice habituel, rencontré sur les bancs du lycée, Justin Hurwitz à qui l’on doit The landing, entre autres, que nous venons d’entendre.
Autre ambiance, autre histoire dans la grande Histoire, celle de Katherine Johnson, Dorothy Vaughan et Mary Jackson, des figures de l’ombre, du nom du film de Theodore Melfi, sorti en 2017, où le combat pour la reconnaissance de trois femmes noires, ingénieures à la Nasa, dans l’Amérique des années 60…    

 
Le thème principal signé du grand Hans Zimmer pour Les Figures de l’ombre, le film de Theodore Melfi  où l’on retrouve aussi le compositeur Benjamin Wallfisch et l’artiste de variété, Pharrell Williams, par ailleurs producteur du film et parolier de plusieurs chansons. A travers la conquête spatiale, et le destin de trois femmes brillantes, en avance sur leur temps, Les Figures de l’ombre  évoque le combat des afro-Américains contre la ségrégation raciale et la mysoginie.

 
L’ambiance toute en légèreté de ce Hit road jack, célèbre standard du jazz, popularisé par Ray Charles et repris ici par le saxophoniste  Joshua Redman pour Space cowboys, de Clint Eastwood en 2000. Un film où l’on suit le retour aux affaires de trois vétérans de la conquête spatiale, joués par Clint Eastwood, Tommy Lee Jones et Donald Sutherland, appelés à la rescousse par la Nasa pour modifier la trajectoire d’un satellite russe qui menace de s'écraser sur la Terre. Outre les morceaux additionnels de Lennie Niehaus, la bande son comporte d’autres standards de jazz instrumentaux et aussi le fameux Fly me to the moon, de circonstance, chanté par Frank Sinatra.

  
En 1968, un Ovni, c’est le moins que l’on puisse dire, débarque au cinéma. La musique et les effets sonores occupent une importance particulière, structurant profondément les aspects narratifs du film. Dans 2001 Odyssée de l’espace, Stanley Kubrick allait poser l’acte de naissance d’un nouveau style où musique et images feraient désormais corps dans le film de science-fiction. En total décalage avec le genre, il utilise alors des morceaux de musique classique  tels que Le Beau Danube bleu, des extraits du Requiem, de Ligeti , l’Adagio du ballet Gayaneh, d’Aram Khatchatourian ou encore la fameuse ouverture d’Ainsi parlait Zarathoustra, de Richard Strauss que nous venons d’entendre.

L'infini insondable, noir et vide, le froid sidéral et Tom Hanks en James Lovell, une légende de l'aérospatiale dans le film de Ron Howard Apollo 13, en 1995, adapté du propre livre de celui qui fut le commandant, en avril 1970, de cette mission avec Fred Haise et Jack Swigert, pour équipiers. Une mission qui faillit être le plus grand fiasco de l'histoire de la NASA en raison d'une explosion, deux jours seulement après la mise en orbite d'un réservoir d'oxygène. Dès lors, la mission devenant caduque, allait s'engager une véritable course contre la montre et contre la technologie pour faire revenir l'équipage sain et sauf sur Terre. Tom Hanks mais aussi Kevin Bacon et Bill Paxton, sont épatants, alors que la partition très incarnée de James Horner loupera de peu l’Oscar de la meilleure musique de film.

 
Associer espace et film catastrophe est tentant tant il y a matière à jouer avec les effets spéciaux et le thème inépuisable de l'homme face aux éléments hostiles. En la matière. Gravity, d'Alfonso Cuarón constitue à tous points de vue un modèle du genre. Nourri dans son enfance par le film de 1969 de John Sturges, Les Naufragés de l’espace (Marooned en anglais), le réalisateur mexicain s'en est inspiré et est allé jusqu'à reprendre un extrait dans son  dernier long métrage, Roma. Pour Gravity, le Britannique Steven Price signait une bande originale qui remportait un vif succès, couronnée par l'un des sept Oscars, rafflés par le film en 2014.

 
Evoquer l’espace et le rapport à la galaxie et à la quête d’autres planètes, d’autres formes de vie dans l’univers, voilà un filon inépuisable que le cinéma, à travers  Dune, Avatar, Star wars, Star Trek, pour ne citer que quelques films, n'a eu de cesse d'exploiter avec souvent un bonheur certain. En 1969, un an après 2001 Odyssée de l'espace qui avait placé la barre haute, Hollywood, sous la caméra de Robert Parrish, réalise Danger planète inconnue (Journey to the Far Side of the Sun dans son titre d'origine. Un film aux moyens nettement moins élevés, qui vaut cependant pour son côté pop, la musique de Barry Gray que l'on vient d'entendre, ses deux scènes d'explosion et pour la présence de l'acteur Roy Thinnes, propulsé au rang de star deux ans auparavant, avec la série télé Les Envahisseurs.

Sacrifice of a hero, un des morceaux de la bande originale du film Mission to Mars, un thème aux accents très morriconien pour le film de Brian de Palma, sorti en 2000 avec sa bande originale, signée du grand compositeur italien, Ennio Morricone.  Si la Lune fascine l'homme depuis la nuit des temps, une autre planète focalise toutes les attentions. Et cette planète, c'est Mars qui a nourri un imaginaire fécond en raison de ses similitudes topographiques avec la Terre et de sa possible présence de vie à sa surface. Le cinéma s'en est largement emparé et parmi les nombreux films qui l'évoquent, celui de Brian de Palma en est un des meilleurs exemples avec, peut-être, Total Recall, de Paul Verhoven en 1990 et Seul sur Mars, de Ridley Scott en 2015

 
La galaxie et ses frontières sans fin et son mythe de la terre promise pour l'homme en quête de solution pour sa survie... Un postulat qui sert de fil d'Ariane à Interstellar, de Christopher Nolan, autre grand film, au scénario très élaboré, sur la conquête spatiale en 2014. C'est le compositeur américain Hans Zimmer qui signe la très belle BO, BO qui sera couronnée de prix, comme le film interprété avec brio par Matthew MacConaughey et Jessica Chastain.
 
La Minute Judy Garland
 
Cette semaine dans La Minute Judy Garland, retour sur The Outsiders, un film de 1983, avec un casting de jeunes loups du cinéma de l’époque : Matt Dillon, Tom Cruise, Rob Lowe et Patrick Swayze, dans une confrontation entre deux bandes rivales sur fond de lutte des classes dans l’Oklahoma des années 60.  A la caméra, on retrouvait Francis Ford Coppola, l’immense réalisateur d’Apocalypse now et de la trilogie du Parrain, que j’ai choisi d’évoquer volontairement. En effet, l’Américain recevra au mois d’octobre le prix Lumière à l’occasion du festival du film de Lyon pour l’ensemble de sa carrière.
Composée par Carmine Coppola, le père du cinéaste, la bande originale comporte, aussi, Stay Gold, chanson thème du film, interprétée par Stevie Wonder.

 
Quelques conseils en lien avec notre thème aujourd’hui :
 
Et tout d’abord un livre: Kubrick: au-delà de l'image, de Baptiste Roux, paru en 2015 aux éditions Transboréal. Une biographie sur ce réalisateur majeur qui fait écho à 2001, l'odyssée de l'espace, le roman de science-fiction d'Arthur C Clarke que je vous invite à lire ou à relire. Et puis outre les films cités disponibles en DVD et blue ray, ma préférence musicale va à l'excellente bande originale de First man, de Justin Hurwitz, disponible en CD chez Back Lot Music.
Si vous avez manqué des épisodes, sachez que La Symphonie du cinéma est rediffusé cet été, à partir du lundi 8 juillet, chaque jour à 11 heures.
Et on se quitte avec la musique de Guillaume Perret et le morceau Alea jacta est, présent sur le film documentaire de Pierre-Emmanuel Le Goff 16 Levers de soleil, sorti en octobre dernier, qui retrace les 196 jours du Français Thomas Pesquet passés fin 2016, début 2017 à bord de de la station spatiale internationale. On ne pouvait raisonnablement évoquer l'espace au cinéma sans parler d'un vrai spationaute dans son propre rôle comme c'est le cas dans ce documentaire à la fois scientifique et poétique où Thomas Pesquet relie son expérience à l'approche humaniste d'Antoine de Saint-Exupery.
Bel été...

 
Play list des titres diffusés :
 
The Landing, BO First man, Justin Hurwitz
Les figures de l’ombre (Hidden figures), main theme, Hans Zimmer
Hit the road Jack, BO Space Cowboys, Joshua Redman
Fly me to the moon, Frank Sinatra
Ainsi parlait Zarathoustra, Johann Strauss fils, BO 2001 Odyssée de l’espace
Extrait d’Apollo 13, de Ron Howard
Apollo 13, main title, James Horner
Gravity, main theme, Steven Price
Journey to the Far Side of the Sun, Barry Gray 
Sacrifice of a hero, BO Mission to mars, Ennio Morricone
Interstellar main theme, Hans Zimmer
Stay Gold, BO The Outsiders, Stevie Wonder
Alea jacta est, BO de 16 Levers de soleil, Guillaume Perret

Les dernières émissions

L'émission

Le jeudi à 16h30

"La Symphonie du cinéma", une émission de Fabien Genest pour voyager dans l'univers des musiques de films.

Le présentateur

Fabien Genest

Journaliste de presse écrite et producteur de radio, passionné de cinéma et musique fabien.genest@rcf.fr