Il était une fois Ennio Morricone

Présentée par UA-133888

La Symphonie du cinéma

mercredi 2 septembre à 12h00

Durée émission : 25 min

Il était une fois Ennio Morricone

© Wiki Commons. Ennio Morricone en 2013.

Monumental, exigeant, travailleur, légendaire, les qualificatifs ne manquent pas. En près de 60 ans de carrière, Ennio Morricone, qui s’est éteint le 6 juillet, aura composé plus de 500 partitions de films dont quelques-unes à jamais gravées dans le marbre de la mémoire du cinéma.

Cette émission est archivée. Pour l'écouter, inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous directement si possédez déjà un compte RCF.

Il aura incarné pendant plus de cinquante ans l’essence même de la musique de film, notamment, chez Sergio Leone, son ancien camarade d'école. Génie de la partition, chef d'orchestre exigeant et créateur audacieux sans limites, le Romain Ennio Morricone, que l'on appelait avec respect Maestro, nous a quittés, le 6 juillet dans sa 92e année.

Il était une fois dans l’Ouest, Pour une poignée de dollars, Le Bon la brute et le truand… quelques films et morceaux mythiques d’Ennio Morricone chez Sergio Leone. Quelques chefs-d’œuvre parmi tant d’autres associés au western spaghetti, un genre qui a beaucoup contribué à la renommée et à la carrière d’Ennio Morricone, né le 10 novembre 1928 à Rome et mort également dans la Ville éternelle.

UNE RICHESSE MUSICALE INCOMPARABLE CHEZ SERGIO LEONE

EN FRANCE, LA COLLABORATION  FRUCTUEUSE CHEZ HENRI VERNEUIL

 
En 1969, un après La bataille de San Sebastian, Henri Verneuil lui confie la partition du Clan des siciliens et son célèbre thème. Le début d’une fructueuse collaboration. Ennio Morricone signera en effet de grands thèmes chez Verneuil comme ceux du Casse, de Peur sur la ville ou encore de I… comme Icare en 1979… avec Yves Montand dans le rôle d’un procureur intègre décidé à faire éclater la vérité.

Tout le talent de chef d’orchestre et d’arrangeur musical d’Ennio Morricone dans cet extrait d’I… comme Icare. Dans les années 70, puis 80, le Romain collabore à nombreuses reprises avec des cinéastes français. Outre Henri Verneuil, on peut citer Yves Boisset pour L’Attentat, Francis Girod pour René la canne et La Banquière, Edouard Molinaro pour la Cage aux folles 2 et 3, Jacques Deray pour Le Marginal ou encore Georges Lautner en 1982 pour Le Professionnel et sa bande originale qui sera un succès retentisssant et aussi une signature indélébile qui suivra Ennio Morricone le restant de sa carrière.

« LE PROFESSIONNEL », THEME MORRICONIEN ELEVE AU RANG DE CHEF-D’OEUVRE

Trompettiste de formation, Ennio Morricone avait commencé très tôt l’étude musicale au sein de la prestigieuse académie nationale Sainte-Cécile de Rome. Il y rencontrera Bruno Nicolai, autre compositeur majeur du cinéma italien, qui sera un de ses collaborateurs les plus proches tout au long de sa carrière. D’abord arrangeur pour la RAI, la radio et télévision publique italienne et compositeur pour de grandes vedettes de la chanson comme Milva ou Gino Paoli, Ennio Morricone ne se lancera dans la composition pour le cinéma qu’au début des années 60. Les premiers cinéastes à faire appel à ses services s’appellent alors Luciano Salce, Dino Risi, Lucio Fulci, Camillo Mastrocinque  ou encore Bernardo Bertolucci en 64 pour Prima della revoluzione, Avant la révolution qu’il retrouvera en 1968 pour Partner, puis en 1976 pour 1900, grande fresque historique et politique avec Robert De Niro et Gérard Depardieu et grande partition du Maestro.    

UN APPORT IMPORTANT CHEZ BERTOLUCCI

“J'ai toujours senti que la musique est plus expressive que le dialogue. J'ai toujours dit aussi que mon meilleur dialogue et scénariste est Ennio Morricone”. Ainsi parlait Sergio Leone au sujet du Romain avec lequel il collabora sur six de ses huit films entre 1964 et 1984. Une collaboration d’une extrême richesse pour laquelle le compositeur a signé quelques-uns de ses plus grandes partitions à l’image de la dernière pour Leone en forme d’apothéose pour Il était une fois en Amérique, sans doute le plus grand film jamais réalisé sur l’histoire des Etats-Unis. 

« IL ETAIT UNE FOIS EN AMERIQUE » : LA MUSIQUE A PERSONNAGE A PART ENTIERE

Poverty est l’un des grands morceaux qui compose la BO d’Il était une fois en Amérique où la musique du Maestro révèle toute sa force et qui se suffit à elle-même et ne fait qu’une avec les images.
Deux ans plus tard, Ennio Morricone, très en forme en ce milieu des années 80, compose la musique de Mission, de Roland Joffé où le rôle principal, comme dans 1900 et Il était une fois en Amérique, est à nouveau tenu par Robert De Niro qui habite véritablement le personnage d’un aventurier missionnaire dans l’Amérique du Sud du XVIIIe siècle dont les priorités vont être bouleversées et qui va ouvrir son coeur et son esprit à la foi chrétienne.

« MISSION » : LA VOIX DES ANGES

La bande originale de Mission est une pièce maîtresse dans la discographie d’Ennio Morricone et aussi grand regret dans sa carrière de ne pas avoir vu son travail récompenser par un Oscar en 1987.  « Mission a marqué un tournant. Je me suis aperçu que mes tarifs en tant que compositeur étaient sous-évalués pour l’Amérique, dit-il, j’aurais vraiment aimé que la musique de Mission remporte l’Oscar car cette année-là, c’est celle d’Autour de minuit qui ne contient pas de morceaux originaux qui l’a emporté même si les arrangements d’Herbie Hancock sont excellents. »

COMPOSITIONS CHEZ TORNATORE : UNE BRILLANTE ENTENTE

Plus près de nous, un autre réalisateur aura beaucoup compté  dans la carrière d’Ennio Morricone et vice-versa, c’est son compatriote Giuseppe Tornatore. En 1988, alors jeune cinéaste, il fait appel au Maestro pour la première fois pour Cinema Paradiso, vibrant hommage à l’âge d’or du 7e art à travers le personnage d’Alfredo, le projectionniste que joue Philippe Noiret. Un homme au grand cœur et éveilleur de passion chez Toto, un enfant curieux et espiègle qui deviendra plus tard réalisateur. Multirécompensé à travers le monde, Cinema Paradiso constitue aussi une ode à l’enfance et à la bonté.         
La Minute Judy Garland
Chaque semaine dans La Minute Judy Garland, nous entendons une chanson en lien avec un film passé ou plus actuel et pour cette première de la saison, j’ai choisi de vous faire entendre Vanessa Paradis, qui sera la présidente de la 46e édition du festival du cinéma américain de Deauville qui aura lieu du 4 au 13 septembre. En 2010, dans Thelma, Louise et Chantal, comédie de Benoît Pétré, la chanteuse et comédienne reprend Vous les copains, je ne vous oublierai jamais,  célèbre succès des années 60 que l’on doit à Sheila.

Quelques conseils...

Tout d’abord un incontournable : le dernier livre en date sur le Maestro, Ennio Morricone ma musique ma vie, paru en 2018 chez Seguier. Un passionnant livre d’entretiens, menés par Alessandro De Rosa et traduit en français par Florence Rigollet. Un livre en forme de recueil vivant, précis et très développé brossant toute une vie dédiée à la musique.  Autre livre, La Révolution Sergio Leone, de Gian Luca Farinelli et Christopher Frayling, le catalogue de la belle exposition qu’avait consacrée au cinéaste la Cinémathèque française il y a deux ans. Enfin, pour joindre la musique aux mots, sachez que vient de paraître en juillet chez Decca une compilation intitulée Ennio Morricone, de Sergio Leone à Quentin Tarantino, un coffret de 4 CD reprenant les partitions de quatre films : Pour une poignée de dollars, Le Bond, la brute et le truand, Il était une fois dans l’Ouest et Les Huit Salopards… Quatre films d’anthologie du western spaghetti… et quatre pièces maîtresses morriconiennes...   
Et on se quitte avec justement avec L’ultima diligenza di Red Rock, extrait des Huit Salopards, le film avec lequel le Romain, injustement oublié, était enfin couronné par un Oscar en 2016. 

 
Play list des titres diffusés :
 
Naissance d’une nation, BO Il était une fois dans l’Ouest, Ennio Morricone
Theme BO Pour une poignée de dollars, Ennio Morricone
Theme BO Le Bon la brute et le truand, Ennio Morricone
L’Homme à l’harmonica, BO Il était une fois dans l’Ouest, Ennio Morricone
Le Clan des Siciliens, BO Le Clan des Siciliens, Ennio Morricone
Générique de fin, BO I comme Icare, Ennio Morricone
Le vent, le cri (Premier thème), BO Le Professionnel, Ennio Morricone
Romanzo, BO 1900, Ennio Morricone
Poverty, BO Il était une fois en Amérique, Ennio Morricone
The Mission theme BO Mission, Ennio Morricone
Main theme BO Cinéma Paradiso, Ennio Morricone
Vous les copains, je ne vous oublierai jamais, BO Thelma, Louise et Chantal, Vanessa Paradis
L’Ultime Diligence de Red Rock, BO Les Huit Salopards, Ennio Morricone
 
Archives :
A réécouter: les musiques méconnues d’Ennio Morricone

Réalisation technique :  Emmanuel Bouissière

Les dernières émissions

L'émission

Le samedi à 16h30

"La Symphonie du cinéma", une émission de Fabien Genest pour voyager dans l'univers des musiques de films.

Le présentateur

Fabien Genest

Journaliste de presse écrite et producteur de radio, passionné de cinéma et musique fabien.genest@rcf.fr