L’univers musical d’Alan Silvestri chez Robert Zemeckis

Présentée par UA-115615

La Symphonie du cinéma

jeudi 2 avril à 16h30

Durée émission : 25 min

L’univers musical d’Alan Silvestri chez Robert Zemeckis

© Getty Images. Alan Silvestri et Robert Zemeckis

Aussi à l’aise dans les films d’action que dans le cinéma d’animation, la comédie ou les drames intimistes, Alan Silvestri s’est forgé, depuis le milieu des années 80, une carrière hors norme. Grâce à des partitions incarnées, il est notamment devenu le compositeur attitré du cinéaste Robert Zemeckis.

C'est un compositeur et non des moindres qui nous accompagne, cette semaine, et à travers lui l'univers artistique qu'il s'est bâti depuis plus de trente-cinq ans avec un réalisateur majeur : Robert Zemeckis. Injustement oublié par les Oscars, Alan Silvestri, qui a fêté ses 70 ans le 26 mars, aura connu le Hollywood des années 80 et une certaine façon de faire du cinéma. Au fil d’une œuvre protéiforme, il est devenu, en tout cas, un nom qui compte dans le monde très fermé des grands compositeurs de bandes originales.

Un homme va lui mettre le pied à l'étrier en 1984 à la faveur d'un film d'action se déroulant dans la forêt colombienne. À la poursuite du diamant vert, Romancing the stone dans son titre original, réunit Kathleen Turner et Michael Douglas, détenteurs d’une mystérieuse carte au trésor convoitée par une horde de militaires lancés à leurs trousses. C'est aussi la toute première collaboration entre Robert Zemeckis et Alan Silvestri, qui jusqu'à cette date compose des musiques de téléfilms, notamment pour CHIPS, série à succès de la fin des années 70.

"À LA POURSUITE DU DIAMANT VERT": LES DÉBUTS

Enchanté par cette première commande, Robert Zemeckis va reconduire Alan Silvestri pour son film suivant, immense succès de l'année 1985 et même de la décennie, le début d'une saga qui comptera trois volets à la BO en forme d'épopée. Retour vers le futur a rendu en effet célèbre, à la fois, Robert Zemeckis, l'acteur Michael J Fox dans le rôle de Marty McFly, un jeune homme rêveur qui va remonter le cours de l'histoire, sans oublier Alan Silvestri dont le statut va changer après le film. Car Retour vers le futur constitue un tournant majeur dans la carrière du compositeur qui se retrouve confronté à l’écriture d’une partition symphonique. Le New-Yorkais va, par la suite, être très demandé et enchaîné les collaborations diverses composant, tour à tour, les bandes originales de Delta Force, de Predator de John Mc Tiernan, ou d'Abyss de James Cameron.

"RETOUR VERS LE FUTUR": L'ÉNORME SUCCÈS

 On a parfois reproché à Alan Silvestri de toucher à tous les styles. En 1988, il revenait à ses premières amours et au jazz avec la BO de Qui veut sauver la peau de Roger Rabbit... Le jazz a en effet constitué la porte d'entrée musicale du jeune Alan Silvestri, fils d'immigrés italiens, né le 26 mars 1950, qui, alors qu'il est encore adolescent intègre une formation dans laquelle, il va jouer de la guitare. Qui veut la peau de Roger Rabbit va lui permettre de composer une partition très différente de ce qu'il avait fait jusqu'à alors.

LE NOVATEUR ET DÉROUTANT "QUI VEUT LA PEAU DE ROGER RABBIT"

Voilà quatre ans que Robert Zemeckis côtoie Silvestri désormais à qui il s'en remet pour habiller l'univers de ses films. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que la formule fonctionne à plein. Mélangeant à la fois animation et prises de vue réelles, comme Mary Poppins en son temps, Qui veut la peau de Roger Rabbit est un nouveau succès pour Zemeckis qui enchaîne Retour vers le futur II l'année suivante, puis un troisième volet, en 1990, avant de réaliser La Mort vous va si bien en 1992 et Forrest Gump en 1994… son chef d’œuvre et une plongée dans l'histoire de l'Amérique des années 50 à 80 vue à travers les yeux d'un jeune Américain, simple d'esprit. Forrest Gump remporte six statuettes aux Oscars dont celles du meilleur film, du meilleur réalisateur et du meilleur acteur pour Tom Hanks. Alan Silvestri devant se contenter d'une nomination pour sa BO une nouvelle fois quatre étoiles, à l'image du thème principal, identifiable dès les premières notes de piano, un de ses meilleurs morceaux, et des plus connus aussi. Film d'une très grande émotion grâce à la densité donnée par Tom Hanks à son personnage, Forrest Gump comporte en parallèle de nombreux tubes d'artistes variés en rapport avec les événements historiques qui défilent à l'écran.

"FORREST GUMP" OU L'HISTOIRE DE L'AMÉRIQUE CONTEMPORAINE

 Trois ans plus tard, en 1997, c'est au tour de Contact de sortir sur les écrans, suivi d'Apparences et son ambiance très hitchcockienne en 2000 avant Seul au monde, la même année, là encore avec un Tom Hanks remarquable dans le rôle d'un livreur de colis, seul survivant sur une île déserte après le crash de son avion. Pour Seul au monde, Alan Silvestri compose un score minimaliste en jouant avec la présence d'effets sonores et de bruits en tout genre qui renforcent le sentiment d’isolement de Tom Hanks qui se mue en survivaliste. La critique loue l’effort du compositeur, qui remporte d’ailleurs un Grammy Award.

"SEUL AU MONDE": QUE FERIONS-NOUS  SEUL SUR UNE ÎLE?

 
Changement d’ambiance musicale radicale pour l’extrait suivant. Le tandem Zemeckis Silvestri  explore le genre de l’heroic fantasy en 2007 dans La légende de Beowulf, tiré d’un récit populaire de la littérature anglo-saxonne du haut Moyen Âge. Le morceau What we need a hero, de quoi a besoin un héros en français, semble invoquer le panthéon des dieux nordiques. La Légende de Beowulf met en scène la figure mythique d’un guerrier viking et de ses compagnons combattant une terrible créature venant des montagnes et semant la terreur dans le royaume du roi Hrothgar.

"LA LÉGENDE DE BEOWULF", UN PIED DANS L'HEROIC FANTASY

Dans les années 2000,  Alan Silvestri apporte la confirmation de sa grande polyvalence en jonglant avec les genres. Il signe notamment la BO de plusieurs grands succès pour la jeunesse : un Disney, Lilo et Stich, Stuart Little 1 et 2, Lara Croft, en 2003, La Nuit au musée 1 et 2, de Shawn Levy, sans oublier Le Pôle Express, en 2004, de Robert Zemeckis, film d’animation réalisé en motion capture, un procédé que Zemeckis rééditera pour La Légende de Beowulf où les scènes sont jouées par de vrais acteurs, retravaillées ensuite en images de synthèse à l’ordinateur… La chanson Believe, écrite par Glen Ballard et Alan Silvestri et interprétée par Josh Groban, sera nommée aux Oscars 2005 dans la catégorie meilleure chanson originale. La bande originale du film, qui contient des chants de Noël déjà existants, sera disque d’or quelques semaines après la sortie du film.

"LE PÔLE EXPRESS": UN CONTE DE NOËL

 Très attiré par l’animation et l’univers des contes en cette décennie 2000, Robert Zemeckis récidive en 2009 pour un nouveau film Le Drôle de Noël de Scrooge, là encore un classique de littérature anglo-saxonne puisqu’il s’agit d’une adaptation d’Un Chant de Noël,
de Charles Dickens.

"LE DRÔLE DE NOËL DE SCROOGE"

Abordons les années 2010. Alan Silvestri, qui devient le compositeur attitré des Avengers et de la franchise Marvel, collabore sur quatre projets de Robert Zemeckis : Flight en 2012, The Walk en 2015, Alliés en 2016 et Bienvenue à Marwen en 2018.
Pour le film Alliés, Zemeckis dirige la Française Marion Cotillard dans le rôle d’une espionne durant la Seconde Guerre mondiale, associée pour les besoins d’une mission visant à éliminer l'ambassadeur allemand de la ville de à Casablanca à un espion canadien joué par Brad Pitt.
Essaouira desert, le très beau thème principal restitue parfaitement la tension du film…

LES ANNÉES 2010: "FLIGHT", "THE WALK"... ET "ALLIÉS"

 
La Minute Judy Garland

Cette semaine dans La Minute Judy Garland, rendons hommage à Boris Vian, né il y a cent ans le 10 mars 1920 et disparu, le 23 juin 1959. Ecrivain, poète, auteur de théâtre, parolier, musicien de jazz, acteur, ce touche-à-tout de génie a inspiré nombre d’artistes. Au cinéma, il joua l’acteur dans quelques films alors que ses chansons ont été reprises par de nombreux comédiens et comédiennes à l’image de Magali Noël, actrice emblématique chez Fellini, qui chante L’Anguille en 1964.

Quelques conseils pour prolonger cette émission…

Victor mon père, de Richard Lanoux, une biographie qui vient de paraître chez Plon, très émouvant du fils de l’acteur, disparu en 2017. Sorti également le mois dernier chez Dunod, Sous la casquette de Michel Audiard, de Philippe Lombard qui revient sur la carrière du célèbre dialoguiste phare du cinéma français des années 60 et 70 à travers mille et une anecdotes, son phrasé et son univers inimitables. Enfin au rayon DVD et CD,  deux incontournables s’imposent pour ceux qui souhaiteraient prolonger cette émission : la trilogie de Retour vers le futur, disponible chez Universal Pictures et Forrest Gump, spécial 25e anniversaire, un coffret blue-ray de deux DVD édité en septembre dernier par Paramount Pictures.
Et on se quitte avec Bienvenue à Marwen et le thème principal du film, sorti début janvier 2019 qui conte le difficile retour à la vie d’un militaire qui, à la suite d’une violente agression qui le laisse handicapé, va s’inventer un monde peuplé de personnages imaginaires. C’est le dernier film, à ce jour, du tandem Zemeckis-Silvestri alors que le prochain devrait sortir à l’automne prochain et sera tiré du roman Sacrées Sorcières, de Roald Dahl.

Play list des titres diffusés…

Romancing the stone main title, BO A la poursuite du diamant vert, Alan Silvestri

Extrait de Retour vers le futur / Générique de fin (End credits), BO Retour vers le futur, Alan Silvestri

End Title Who framed Roger Rabbit, BO Qui veut la peau de Roger Rabbit, Alan Silvestri

Forrest Gump theme, BO Forrest Gump, Alan Silvestri

Cast away main theme, BO Seul au monde, Alan Silvestri

What we need is a hero, BO La Légende de Beowulf, Alan Silvestri

Believe, BO Le Pôle Express, Josh Groban, Alan Silvestri

A Christmas Carol main title,  Le Drôle de Noël de Scrooge, Alan Silvestri

Essaouira desert (main theme), BO Alliés, Alan Silvestri

L’Anguille, Magali Noël

Welcome to Marwen main theme, BO Bienvenue à Marwen, Alan Silvestri

Les dernières émissions

L'émission

Tous les lundis à 11h00 Tous les mardis à 11h00 Tous les mercredis à 11h00 Tous les jeudis à 11h00 Tous les vendredis à 11h00

"La Symphonie du cinéma", une émission de Fabien Genest pour voyager dans l'univers des musiques de films.

Le présentateur

Fabien Genest

Journaliste de presse écrite et producteur de radio, passionné de cinéma et musique fabien.genest@rcf.fr