L’univers musical des films d'Alan Parker

Présentée par UA-144773

La Symphonie du cinéma

mercredi 4 novembre 2020 à 12h00

Durée émission : 25 min

L’univers musical des films d'Alan Parker

© Buena Vista Pictures. Alan Parker et Madonna sur le tournage d'"Evita" en 1996.

Chez Alan Parker, disparu cet été, la musique tenait toujours une place centrale. Que ce soit pour "Midnight Express", "Fame", "Birdy" ou "Angel heart", elle se veut saisissante et vibrante.

Cette émission est archivée. Pour l'écouter, inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous directement si possédez déjà un compte RCF.

Cinéaste du son autant que de l’image, Alan Parker accordait une part prépondérante à la musique qui habillait ses films à l’image de « The Wall » ou « Fame », deux références du film musical. Elle était sa source d’inspiration disait le cinéaste anglais, disparu le 31 juillet 2020 à l'âge de 76 ans. La porte d’entrée dans son imaginaire et dans une brillante carrière, jalonnée par quatorze longs métrages en 27 ans.

 
La carrière d’Alan Parker va décoller en 1978 dès son deuxième film, « Midnight Express » ou les mésaventures d’un jeune touriste américain, joué par Brad Davis, accusé de trafic de drogue et confronté à l’enfer des prisons turques.

« MIDNIGHT EXPRESS », PREMIER GRAND SUCCÈS ET LE THèME DE GIORGIO MORODER

Dans « Midnight Express », le thème intitulé « The Chase », la chasse en français, est autant un choc hypnotique qu’un joyau de l’histoire de la musique de film. Giorgio Moroder obtenait en tout cas l’Oscar mérité de la meilleure musique originale en 1979.
Trois ans plus tôt, le cinéma découvrait Alan Parker avec un premier film de genre, « Bugsy Malone », une parodie musicale des années 20, jouée par des enfants et dont la musique était signée par Paul Williams, (on lui doit la BO de « Phantom of the Paradise »), musicien, interprète et compositeur de talent pour la variété et des artistes, aussi variés, que les Carpenters, Barbra Streisand ou David Bowie.

« BUGSY MALONE », DÉJÀ LA MUSIQUE POUR FIL ROUGE

« My name is Tallulah », chantée par une toute jeune Jodie Foster qui n’a pas encore 14 ans, extrait de la bande originale de « Bugsy Malone », premier film d’Alan Parker pour lequel Paul Williams sera nommé aux Oscars dans la catégorie Meilleure Partition de chansons et adaptation musicale.
 

« FAME », MÉGA SUCCÈS ET LE TUBE EMBALLANT D’IRÈNE CARA

Deux ans après « Midnight Express », Alan Parker réalise un second énorme succès au box office racontant le quotidien d'élèves dans une école de danse new-yorkaise. Un film porté par une BO géniale de Michael Gore contenant notamment le tube mondial donnant son nom au film, « Fame », qui allait faire d’Irene Cara, une star planétaire.
 

« THE WALL » : PINK FLOYD JETTE UNE BRIQUE DANS LE MUR

« Pour être honnête, je n’aurais jamais dû faire « The Wall ». C’est une accumulation bizarre d’événements qui m’ont laissé les responsabilités de réalisateur. Ce n’était pas confortable et l’ambiance était parfois franchement hostile mais le résultat est à mon goût extrêmement bon et original », confiait volontiers Alan Parker au sujet d’un drôle d’Ovni qui sort dans les salles françaises le 23 mai 1982. Une sorte d’opéra rock désenchanté dans lequel le musicien et acteur Bob Geldof joue un schizophrène qui se fabrique un mur protecteur qui va finir par l’étouffer. La musique du concept album du groupe Pink Floyd, sorti lui deux ans et demi auparavant, sert de fil rouge aux images tantôt en prises de vue réelles, tantôt en animation. Le film devient très vite culte auprès des adolescents…
 

« BIRDY » : LA BO MINIMALISTE ET VERTIGINEUSE DE PETER GABRIEL

Nous sommes en 1984 à présent. Alan Parker reçoit  le Grand prix spécial du Jury à Cannes pour « Birdy » qui creuse la veine de « The Wall » et de la démence.  Suite à un traumatisme subi lors de la guerre du Vietnam, Matthew Modine se prend pour un oiseau sous l’œil de Nicolas Cage. Peter Gabriel signe là sa première musique de film et fait appel à son guitariste David Rhodes et au musicien Daniel Lanois. A l’image du titre « The Heat », la musique de « Birdy » est très impressionnante, empesée, et dépeint avec exactitude la tension régnant autour du personnage joué par Matthew Modine.
 

« ANGEL HEART » : UN GRAND PARKER ET LA MUSIQUE DE TREVOR JONES

Restons dans la noirceur à l’extrême avec l’extrait, tiré lui d’un film de 1987 : « Angel heart : aux portes de l’enfer », confrontation magnétique dans le New York interlope des années 50 entre Robert De Niro et Mickey Rourke dans l’un de ses plus beaux rôles, celui d’un privé enquêtant sur la disparition d’un crooner. En effet, on reste toujours proche de la musique avec Alan Parker. Trevor Jones signait la bande originale qui comporte également de nombreux titres additionnels.
Le titre « Johnny Favorite » est le surnom que porte dans « Angel heart », Jonathan Liebling que recherche Mickey Rourke et qui va le mener à une issue stupéfiante. Le climat du film verse dans une angoisse allant crescendo au fur et à mesure que l’enquête avance. Alan Parker revisite le mythe de Faust et orchestre un thriller noir, trouble et oppressant porté par la musique originale de circonstance de Trevor Jones à qui Alan Parker fera à nouveau appel en 1989 pour « Mississippi Burning ».
Deux ans plus tard, la musique est à nouveau au centre de l’histoire à travers une drôle de bande de jeunes chômeurs irlandais qui décident de fonder un groupe de musique soul à Dublin.
 

« THE COMMITMENTS » : UN DÉFERLEMENT DE MUSIQUE SOUL

« The Chain of fools », un célèbre hit de 1968 que l’on doit à Aretha Franklin et que reprennent les acteurs dans « The Commitments », sorte de film à l’énergie contagieuse à mi-chemin entre le drame social à la Ken Loach et la comédie musicale reposant sur la présence de vrais musiciens. Suite au très beau succès en salles, un groupe a vu le jour et enchaîne les concerts aux quatre coins du monde, totalisant à ce jour plus de 1500 dates.
 

« EVITA » : FRESQUE HISTORIQUE ET MUSICALE

Venons-en aux derniers longs métrages d’Alan Parker qui tourne « Aux bons soins du docteur Kellogg » en 1994, puis « Evita » en 1996, fresque historique et musicale centrée sur la figure d’Eva Perón, la charismatique épouse du premier président argentin, élu au suffrage universel, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Le film est porté par la BO  efficace d’Andrew Lloyd Webber d’où émergent deux tubes : le très connu « Don’t cry for me Argentina » et « You must love me », couronné par l’Oscar de la meilleure chanson originale, on l’écoute.

 
La Minute Judy Garland

Cette semaine, La Minute Judy Garland met à l’honneur Jeff Bridges, acteur américain et aussi chanteur, ce qui lui a valu, les deux combinés, un Oscar, il y a dix ans tout juste, pour son rôle d’Otis Blake, star déchue de la country vivotant de bar en bar dans « Crazy Heart », un film de Scott Cooper. La bande originale est quant à elle composée par T-Bone Burnett, Stephen Bruton et Ryan Bingham. On écoute un extrait du titre « Hold on you » que l’on peut traduire en français par la phrase : «  Tiens bon » et que chante Jeff Bridges qui a fêté ses 70 ans, le 4 décembre dernier.

Quelques conseils en lien avec notre thème…

Et tout d’abord Midnight Express, le livre choc écrit par Billy Hayes en 1977 sur son histoire : son arrestation puis son incroyable évasion de Turquie, un sujet qui inspira le film d’Alan Parker et quel film sorti en DVD et Blueray chez Sony Pictures. Le livre, quant à lui, est disponible en poche chez Pocket.
Que vous optiez pour le téléchargement, le CD ou bien le son vinyle, ces trois supports proposent tous la bande originale de The Wall, le concept album mythique du groupe Pink Floyd, enregistré sur une période de huit mois en 1979 et considéré comme l'un des plus grands albums de Roger Waters et de ses acolytes. Enfin, si vous aimez la musique soul et plus généralement les années 70, le volume 1 et 2 des Commitments s’imposent. Vous y retrouverez, en effet, des standards d’Otis Redding, d’Aretha Franklin, des Marvelettes ou encore de Wilson Pickett. 

Et on se quitte avec le thème principal de « La Vie de David Gale », dernier film d’Alan Parker, sorti en 2003, ayant pour sujet la peine de mort aux États-Unis à travers un professeur de philosophie, militant des droits de l’homme et joué par Kevin Spacey, accusé de meurtre et que tout accable. Alex et Jake Parker, les propres fils du réalisateur, en signent la bande originale.

Play list des titres diffusés :

"The Chase", BO "Midnight express", Giorgio Moroder

"My name is Tallulah", BO "Bugsy Malone", Paul Williams

"Fame", BO "Fame", Irene cara. Musique : Michael Gore

"Another brick in the wall", BO "Pink Floyd : The Wall", Pink Floyd

"The Heat", BO "Birdy", Peter Gabriel

"Johnny Favorite", BO "Angel heart", Trevor Jones

"The Chain of fools", BO "The Commitments", Aretha Franklin. Musique: Don Covay

"You must love me", BO "Evita", Madonna. Musique: Andrew Lloyd Webber

"Hold on you", BO "Crazy Heart", Jeff Bridges

"The Life of David Gale", BO "The Life of David Gale", Alex Parker et Jake Parker

Réalisation technique :  Clément Bonsignore

Les dernières émissions

L'émission

Le samedi à 16h30

"La Symphonie du cinéma", une émission de Fabien Genest pour voyager dans l'univers des musiques de films.

Le présentateur

Fabien Genest

Journaliste de presse écrite et producteur de radio, passionné de cinéma et musique fabien.genest@rcf.fr