Les musiques à succès de Maurice Jarre

Présentée par

La Symphonie du cinéma

vendredi 2 août à 11h00

Durée émission : 25 min

Les musiques à succès de Maurice Jarre

© Wikipedia

Cette semaine, Fabien Genest nous invite à redécouvrir les plus grands chefs d'oeuvre de Maurice Jarre, qui disparaissait voilà dix ans. De Doctor Jivago, à Laurence d'Arabie, en passant par Witness ou Ghost, le compositeur français avait réussi à s'imposer aux Etats-Unis où il mena pendant 40 ans une brillante carrière...

A l’occasion de sa 20e émission depuis son lancement en janvier, La Symphonie du cinéma vous emmène cette semaine dans un voyage sonore onirique en compagnie de Maurice Jarre, l’un des plus célèbres compositeurs français, disparu, le 28 mars 2009.

Cette Symphonie du cinéma consacrée à Maurice Jarre attaque fort avec la pièce maîtresse de Laurence d’Arabie (Lawrence of Arabia dans son titre original), et son thème principal, inspiré du Concerto pour piano, d'Edouard Lalo. Laurence d’Arabie qui remporte en 1963 pas moins de sept Oscars, dont celui de la meilleure musique. Inoubliable Peter O’Toole dans la peau d’un officier britannique en pleine Première Guerre mondiale dont le regard bleu azur reste aussi inoubliable que les scènes dans les dunes du Sahara, sublimées par la musique envoûtante de Maurice Jarre qui va servir de formidable lancement à sa carrière de compositeur pour le cinéma, entamée six ans plus tôt, avec Le Feu aux poudres, d’Henri Decoin.
Cette émission aurait pu vous parler des œuvres françaises, voire plus confidentielles de Maurice Jarre, mais nous avons préféré axer cette émission sur sa carrière américaine et plus particulièrement sur ses œuvres récompensées dont celle-ci, et quelle œuvre…

Vous aurez reconnu, sans nulle doute, la musique de Doctor Zhivago, formidable film de David Lean, je ne l’ai pas cité juste avant pour Laurence d’Arabie, qui trois ans après réalisait cet autre immense succès de l’histoire du 7e art, avec, à nouveau, Maurice Jarre à la baguette, couronné une seconde fois aux Oscars en 1967, et comment l’oublier, Omar Sharif, dans le rôle titre, qui passait, lui, des sables chauds du désert aux forêts de la Russie éternelle.   

Un autre extrait de la bande originale de Doctor Zhivago avec cette Valse de Sventyski, pour le film de David Lean qui fait une nouvelle fois appel à Maurice Jarre qui va mettre à profit ses connaissances en musiques ethniques, acquises au conservatoire. Sa partition, écrite pour un orchestre symphonique contient des éléments de musique russe, militaire et religieuse et intègre des instruments typiques dont une formation de balalaïkas, instrument dont la mère de Youri, Omar Sharif dans le film, jouait quand il était enfant.
Maurice Jarre travaillera par la suite sur deux autres films de David Lean : La Fille de Ryan en 1970 et La Route des Indes, en 1984.

La musique de La Route des Indes, Oscar de la meilleure musique de film en 1985 pour Maurice Jarre qui remportait sa troisième statuette et juste avant, vous avez pu entendre la très belle musique de La Fille de Ryan, librement inspiré de Madame Bovary, de Gustave Flaubert. Dans les deux cas, deux films signés par le Britannique David Lean.
Revenons quelque peu en arrière et faisons une digression dans la carrière américaine de Maurice Jarre pour évoquer, Les Dimanches de Ville d'Avray, film de 1962, réalisé par Serge Bourguignon. L’histoire d’un ancien pilote de guerre, devenu amnésique, dont une infirmière, jouée par Nicole Courcel, va tomber follement amoureuse.  C’est aussi l’histoire d’une rencontre fortuite avec une fillette qui va s’attacher à ce pilote joué par l’acteur allemand Hardy Krüger. 
Le film, avantageusement habillé par la musique de Maurice Jarre, obtient l’Oscar du meilleur film étranger et rencontre un immense succès au Japon et aux États-Unis.

Fête foraine, un extrait des Dimanches de Ville-d’Avray, un film, je vous le rappelle, de Serge Bourguignon, sorti, comme Laurence d’Arabie, en 1962, et disponible en blue ray dans une version restaurée, il y a quelques années.
En 1973, une autre musique de Maurice Jarre est nommée aux Oscars dans la catégorie meilleure chanson originale pour le film Juge et Hors-la-loi, réalisé par John Huston.

Marmalade, molasse and honey, chanson interpretée par Andy Williams pour le film Juge et Hors-la-loi (The Life and Times of Judge Roy Bean dans son titre original), réalisé par John Huston qui raconte de façon humoristique l'histoire d’un légendaire juge, incarné par Paul Newman dans l’Ouest sauvage américain du milieu du XIXe siècle.
La musique est de Maurice Jarre tandis que les paroles sont signées du célèbre duo composé par Marilyn et Alan Bergman, qui oeuvra beaucoup pour le cinéma et notamment en 1968 avec Michel Legrand sur L’Affaire Thomas Crown, qui comporte le tube Les Moulins de mon cœur.

La musique de Maurice Jarre se caractérise par sa densité orchestrale et rythmique très élaborée qui colle parfaitement à l’univers hollywoodien sur le déclin dans les années 60. Mais le compositeur aura su également se renouveler. Pour prevue, l’utilisation de l’électronique dans les années 80 comme pour Witness, et son thème principal que nous venons d’entendre, pour le film de Peter Weir. Le réalisateur australien nous plonge dans le monde très fermé et codifié de la communauté amish. Harrison Ford joue un inspecteur de police, en danger de mort, tout comme le jeune témoin qu’il doit faire auditionner à la suite d’un crime qui va s’avérer lié à un vaste réseau de trafic de drogue organisé au sein même de la police de Philadelphie.

En 1988, Gorilles dans la brume débarque sur les écrans et conte le destin de Dian Fossey, anthropologue qui aura voué sa vie à l’étude et à la defense des gorilles des montagnes d’Afrique centrale. Sigourney Weaver incarne magistralement la scientifique américaine dont la lutte contre le braconnage et le traffic d’animaux est restée célèbre. Femme de caractère et d’un grand courage, Dian Fossey mourra assassinée le 26 décembre 1985 dans des circonstances restées très mystérieuses. Le film et Maurice Jarre seront recompensés du Golden Globe de la meilleure musique originale en 1989.
Changement de décor à 180 degrés à present avec l’extrait suivant, où les rues de New York ont remplacé les forêts verdoyantes du Rwanda pour un grand succès de l’année 1990.

Si vous n’avez pas trouvé le titre, au moins aurez-vous reconnu, sans doute, la belle et mélancolique musique d’Unchained Melody dans cette version symphonique dirigée par Maurice Jarre du tube des Righteous Brothers, associé, bien sûr, au film Ghost, de Jerry Zucker.
Un grand succès au box office, en grande partie grâce à l’alchimie que crée Patrick Swayze et Demi Moore dans ce film à la dimension fantastique où Patrick Swayze, sauvagement assassiné par un voleur, devient alors un fantôme, qui va communiquer avec une medium excentrique, jouée par Woopy Goldberg qui va l’aider à démasquer son meurtrier. La partition musicale de Maurice Jarre est, là encore, couronnée par un nouveau Golden Globes.

La minute Judy Garland

Cette semaine dans la Minute Judy Garland, ce ne pouvait être que lui. Jean-Michel Jarre, fils de Maurice Jarre, alors âgé de 24 ans, signait en 1973, dans un style très futuriste et déjà très personnel, la bande originale du film de Jean Chapot Les Granges brûlées, polar rural et hivernal et face à face d’anthologie entre Alain Delon et Simone Signoret. Jean-Michel Jarre a longtemps souffert de ce père absent, qui coupa les ponts lorsqu’il partit s’installer aux Etats-Unis. Mais leur relation s’était quelque peu apaisée au fil du temps. Toutefois, le testament du compositeur, révélé en 2009, l’oubliait totalement, lui, et sa sœur Stéphanie. Aussi l’an dernier, le père de la musique électronique saisissait la Cour européenne des droits de l’homme pour faire invalider la décision.    

Quelques conseils pour prolonger cette émission :

Et tout d’abord la réédition en CD remasterisée l’an dernier de la bande originale de  Laurence d’Arabie, paru chez Hallmark, chef d’œuvre, tout comme le film, des grandes heures d’Hollywood. Sachez qu’une réédition vinyle est également disponible, alors que si vous souhaitez avoir un aperçu plus large, vous pouvez vous procurer  Maurice Jarre, The London concert, captation de 2011, parue chez  Milan Music où l’on retrouve les thèmes de Witness, de Laurence d’Arabie ou encore de Paris brûle-t-il…
Cette émission touche à sa fin et on se quitte avec un dernier extrait : First Kiss, tiré de la bande originale des Vendanges de feu, un film romantique de 1996 du Mexicain Alfonso Arau, avec Keanu Reaves et Anthony Quinn, dans la peau d’un patriarche à la tête d’un domaine viticole en Californie. Le 4e et dernier Golden Globes, aussi, pour Maurice Jarre.

Play list des morceaux diffusés :

Lawrence of Arabia main title, Maurice Jarre
Doctor Zhivago main title, Maurice Jarre
Sventyski’s Waltz, Doctor Zhivago, Maurice Jarre
Ryan’s daughter puis La Routes des Indes, Maurice Jarre  
Les Dimanches de Ville-d’Avray, Maurice Jarre
Marmalade, molasse ans honey, Juge et hors la loi, Andy Williams et Maurice Jarre
Witness, main title, Maurice Jarre
Gorilles dans la brume (Gorillas in the mist), Maurice Jarre
Ghost, Unchained Melody (Orchestral Version), Maurice Jarre
Les Granges brûlées, Jean-Michel Jarre
First kiss, Les Vendanges de feu, Maurice Jarre

Les dernières émissions

L'émission

Le jeudi à 16h30

"La Symphonie du cinéma", une émission de Fabien Genest pour voyager dans l'univers des musiques de films.

Le présentateur

Fabien Genest

Journaliste de presse écrite et producteur de radio, passionné de cinéma et musique fabien.genest@rcf.fr