Louis de Funès 70 : les plus grands thèmes

Présentée par UA-133890

La Symphonie du cinéma

mercredi 9 septembre à 12h00

Durée émission : 25 min

Louis de Funès 70 : les plus grands thèmes

© Claude Renoir/AMLF. "L'Aile ou la cuisse", 1976

Les musiques de ses films sont souvent comme était Louis de Funès : vibrionnantes, exaltées et percutantes. Coup de projecteur sur la période des années 70 à travers quelques madeleines pop et kitsch signées Raymond Lefevre, François de Roubaix ou Vladimir Cosma.

Cette émission est archivée. Pour l'écouter, inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous directement si possédez déjà un compte RCF.

Cette semaine, La Symphonie du cinéma est sautillante, enjouée et très seventies. En effet, le thème Après une émission consacrée aux musiques des films de Louis de Funès à travers la décennie dorée des années 60, celle de la révélation et des grands succès, cap, aujourd’hui, sur les années 70.
 

« LA FOLIE DES GRANDEURS » : LA CHEVAUCHéE FANTASTIQUE

Le générique ô combien célèbre de "La Folie des grandeurs", réalisé par Gérard Oury en 1971 qui confie la bande originale à un certain Michel Polnareff, lequel s’est à l’évidence beaucoup amusé à l’image de cet extrait que nous venons d’entendre en total décalage avec l'époque du film sensée se dérouler dans l’Espagne du XVIIe siècle. Cordes haletantes et tempo galopant, Polnareff privilégie les grandes envolées et parodie, au passage, les ambiances de westerns spaghetti en vogue en ce début des années 70.
Une décennie très faste, aussi, pour Louis de Funès dans cette libre adaptation de "Ruy Blas" de Victor Hugo où l’acteur, qui joue le très cupide Don Salluste, s’en donne à cœur joie face à son valet incarné par Yves Montand, qui a remplacé Bourvil pressenti à l’origine mais disparu quelques mois auparavant. Avec 5,5 millions d’entrées, le film, sorti fin 71, sera un colossal succès en salles, un de plus pour le duo Oury-de Funès depuis "Le Corniaud" en 1965.
 

JEAN GIRAULT, LA BONNE éTOILE

Si vous êtes un fidèle de La Symphonie du cinéma, vous vous souvenez sans doute, je le disais en préambule, de l’émission complète que j’avais consacrée début mars à Louis de Funès à travers les années 60, les plus grandes années pour l’acteur, ponctuées de succès majeurs tels que "Le Corniaud" ou "La Grande Vadrouille" mais aussi de deux rôles qui allaient être déterminants : celui de Ludovic Cruchot dans la série du Gendarme et celui du commissaire Juve dans la trilogie des Fantomas.
Nous survolerons donc le sujet pour mieux nous arrêter sur d’autres films, à l’image de" Jo", comédie policière signée Jean Girault, sortie également en 1971 dont on doit la partition musicale à Raymond Lefevre, l’indissociable compositeur des grands succès de Jean Girault et donc du Gendarme…  dont nous venons d’entendre le générique du cinquième et dernier volet de la saga : "Le Gendarme et les extraterrestres" en 1979, qui mettait ainsi fin à neuf ans d’absence sur les écrans de la célèbre brigade de gendarmerie de Saint-Tropez.
 

RAYMOND LEFEVRE, LA MUSIQUE à SON EXCELLENCE

Raymond Lefèvre signe pour Jo une partition très jamesbondienne pourrait-on dire mélangeant cordes et orchestration symphonique. "Jo", c’est l'histoire d'un maitre chanteur qui menace de dévoiler un secret sur la femme d'Antoine Brisebard, auteur comique à succès, joué par Louis de Funès. Résolu à se débarrasser de ce corbeau encombrant, il va prétexter l'écriture d'une pièce policière afin de recueillir les ingrédients du crime parfait auprès de son ami avocat. Louis de Funès s'entoure une fois de plus d'acteurs familiers parmi lesquels Claude Gensac, qui a déjà interprété son épouse dans 5 films, et de Michel Galabru, son alter ego de la serie des Gendarmes. "Jo" marque également la huitième collaboration entre Louis de Funès et Jean Girault, son réalisateur porte-bonheur, depuis… "Pouic-Pouic" en 1963.
 

« L’HOMME ORCHESTRE » : FRANçOIS DE ROUBAIX à LA BAGUETTE

"La Chanson des poupons", tirėe de "L'Homme orchestre", est une petite madeleine kitsch avec les voix de Louis et Olivier de Funès dans ce film de Serge Korber qui sort sur les écrans le 18 septembre 1970. L'histoire d’Evan Evans, directeur tyrannique d'une compagnie de ballet, épiant le moindre fait et geste de ses danseuses et par conséquent leur vie sentimentale. On doit la bande originale très réussie à François de Roubaix qui compose pour l'occasion des thèmes et intermèdes très pop donnant à cette petite parenthèse comico-musicale franco-italienne une délicieuse couleur vintage. Je vous propose d'écouter à présent une autre pépite vintage, toujours pour un film de Serge Korber, où l'intrigue s'enroule, pour ainsi dire,  cette fois-ci autour d'une voiture échouée sur un arbre.
 

« SUR UN ARBRE PERCHé » : SIGNé ALAIN GORAGUER

Parlons un petit peu de jazz et d'un homme aussi talentueux que trop méconnu du grand public qu'est Alain Goraguer qui signe, en 1971, "Une voiture dans le ciel", du nom de ce morceau qui figure sur la bande originale de "Sur un arbre perché". Pianiste de jazz de formation, il collabore avec Boris Vian dans les années 50, arrange des chansons pour Boby Lapointe pendant près de dix ans dès le début des années 60, tout en réalisant les orchestrations des premiers albums de Serge Gainsbourg. En parallèle, la vague yėyé va l'appeler et mettre à profit ses talents d'arrangeur au service de France Gall. C'est ainsi qu'il va signer "Poupée de cire, poupée de son" qui remporte le concours de l'Eurovision en 1965. Alain Goraguer a travaillé avec nombre d'autres artistes de premier plan tels que Joe Dassin ou Georges Moustaki mais c'est avec Jean Ferrat que sa collaboration fut la plus fructueuse et la plus longue aussi. Le cinéma fera appel à ses services régulièrement de la fin des années 50 jusqu'au milieu des années 90 à travers notamment le cinéma rose et des films que l'on qualifiera pour initiés.
Sans transition, Louis de Funès retrouve Gérard Oury en 1973 pour un film à la partition échevelée qui fera date dont je vous propose une variation du célèbre thème que l'on doit à Vladimir Cosma.
 

LES ANNéES VLADIMIR COSMA

"Moto en folie" est une variation symphonique du célèbre thème du "Grand Rabbi", tirė des "Aventures de Rabbi Jacob", film que l'on ne présente plus, qui fait un triomphe en salles en cette première moitié des années 70. C'est aussi la quatrième collaboration entre Louis de Funès et Gérard Oury, et aussi la dernière. 20s
Venons-en aux derniers grands succès de la décennie de Louis de Funès à commencer par "L'Aile ou la cuisse", une satire de la société de consommation à travers la dénonciation des méthodes d'un industriel de l'agroalimentaire peu regardant sur la qualité de ses produits. Le film sera une totale réussite et révélera Coluche dont la carrière s’envolera par la suite au cinéma.

Claude Zidi à la caméra, Vladimir Cosma à la partition et le tandem de Funès-Coluche, le quatuor gagnant de "L'Aile ou la cuisse" qui réunira près de 6 spectateurs en salles fin 1976. Quant à l’extrait que nous venons d’entendre, il s’agit du titre "Navarin aux pommes", là encore une variation du célèbre thème principal.  
Un an et demi plus tard, Louis de Funès retrouvera Claude Zidi qui lui offre cette fois-ci pour partenaire l'autre grande vedette comique des années 70, Annie Girardot, dans le rôle de l'épouse indocile, bien decidée à contrecarrer les plans de son tyrannique et chef d'entreprise de mari. Et qui ira jusqu'à se présenter contre lui aux élections municipales. Le film se veut un reflet de son temps en abordant le thème de la crise économique et celui de l'émergence des femmes en politique et de l'engagement en faveur de l'écologie.

 
La Minute Judy Garland

Coup de projecteur cette semaine sur Barrry White, né le 12 septembre 1944 et qui disparaissait le 4 juillet 2003. En 2004, sa chanson "You're The First, The Last, My Everything", l'un de ses plus grands succès, figure dans "Bridget Jones : l'âge de raison", de Beeban Kidron. Ce ne sera pas la seule fois que la chanson illustrera une scène de film au cinéma puisque "Zookeeper" en 2011 ou bien encore "Dark Shadow", de Tim Burton en 2012 la reprendront. Les séries ne sont pas en reste, on retrouve en effet la chanson notamment dans "Ally McBeal", série phare de la fin des années 90 qui révéla l’actrice Calista Flockart.

Quelques conseils…

Louis de Funès de À à Z, de Bertrand Dical, paru au mois de juillet chez Grund. Un inventaire exhaustif de la carrière de l'acteur sur près 380 pages, augmenté d'anecdotes insolites. Parmi la littérature abondante sortie ces derniers mois, je vous conseille vivement Louis de Funès, de Clémentine Deroudille, une passionnante rétrospective abondamment illustrée de photos et extraits d'interviews qui accompagne par ailleurs l'exposition au musée de Saint-Raphaël, dédié à l'acteur.
Autre exposition à voir, c'est à Paris qu'elle se passe à la Cinémathèque française de Bercy qui rend hommage depuis le 15 juillet et jusqu’en mai 2021 à Louis de Funès à travers une rétrospective fleuve qui a fait l’objet d’un catalogue, que l’on doit à Alain Krüger et Thomas Bruttin, édité aux éditions de La Martiniere.
 

Play list des titres diffusés :

La Folie des grandeurs, BO La Folie des grandeurs, Michel Polnareff
Générique BO Le Gendarme et les extraterrestres, Raymond Lefevre
Jo (version disque) BO Jo, Raymond Lefevre
Chanson des poupons, BO L’Homme orchestre, François de Roubaix
Une voiture dans le ciel, BO Sur un arbre perché, Alain Goraguer
Moto en folie, BO Les Aventures de Rabbi Jacob, Vladimir Cosma
Navarin aux pommes, BO L’Aile ou la cuisse, Vladimir Cosma
La Zizanie, BO La Zizanie, Vladimir Cosma
You’re the first, the last, my everything, BO Bridget Jones : l'âge de raison, Barry White
Piti piti pa, BO L’Homme orchestre, François de Roubaix

Archives :
A réécouter:  Louis de Funès, les années 60 : les grands thèmes de ses films. Première diffusion le 26 mars 2020.

Réalisation technique :  Emmanuel Bouissière

Les dernières émissions

L'émission

Le samedi à 16h30

"La Symphonie du cinéma", une émission de Fabien Genest pour voyager dans l'univers des musiques de films.

Le présentateur

Fabien Genest

Journaliste de presse écrite et producteur de radio, passionné de cinéma et musique fabien.genest@rcf.fr