Patrick Dewaere : la musique de sa vie au cinéma

Présentée par

La Symphonie du cinéma

jeudi 12 septembre à 16h30

Durée émission : 25 min

Patrick Dewaere : la musique de sa vie au cinéma

© Getty

"Les Valseuses", "Préparez vos mouchoirs", "F... comme Fairbanks", "Coup de tête"... ont en commun Patrick Dewaere, acteur protéiforme, capable de passer du rire aux larmes, dont plusieurs films ressortent sur les écrans cette semaine. La Symphonie du cinéma évoque cette semaine quelques musiques de films dans lesquels joue l'acteur, disparu le 16 juillet 1982.

00:00

00:00

Ce deuxième numéro de La Symphonie du cinéma, saison 2, est consacré à un acteur majeur du cinéma français des années 70 et du début des années 80, disparu tragiquement à seulement 35 ans. Acteur surdoué et caméléon, doté d’un naturel désarmant, Patrick Dewaere fut l’un des représentants les plus brillants de sa génération.

La musique de Philippe Sarde, pour débuter cette spéciale Patrick Dewaere, accompagnée pour la circonstance de Stéphane Grapelli et Eddy Louiss sous la voix du comédien dans Beau-Père, de Bertrand Blier, sorti sur les écrans le 16 septembre 1981. Dernier grand film, avec Mille Milliards de dollars, d’Henri Verneuil, sorti l’année d’après, pour un Patrick Dewaere confronté à sa conscience, à ses pulsions et à ses choix. Moins d’un an plus tard, l’acteur mettait fin à ses jours, juste avant le début du tournage d’Edith et Marcel de Claude Lelouch.

La musique toute en retenue, toujours de Philippe Sarde pour Hôtel des Amériques, le très beau film d’André Téchiné et face à face d’anthologie entre Catherine Deneuve et Patrick Dewaere. Deux films resssortis sur les écrans en version restaurée, mercredi, qui nous ont inspiré cette émission consacrée aux musiques des films de Patrick Bourdeaux, dit Patrick Dewaere, né le 26 janvier 1947 à Saint-Brieuc et mort voilà 37 ans à Paris dans le 14e arrondissement, laissant derrière lui une filmographie remarquable de quelque trente-sept longs-métrages dont Un Mauvais Fils, ressorti également cette semaine dont on écoute écoute un extrait.

Le saxophone d’Archie Shepp et John Surman et la trompette de Maurice Murphy sur la très belle partition, toujours, de Philippe Sarde, pour Un Mauvais Fils, de Claude Sautet en 1980.  
Revenons quelque peu en arrière et en 1974, année charnière pour Patrick Dewaere qui se voit offrir un premier grand rôle par Bertrand Blier, celui d’un petit voyou, embarqué dans un road movie en compagnie de Gérard Depardieu…

La musique des Valseuses est signée Stéphane Grappelli, pour le premier des trois films que Patrick Dewaere tourna avec Bertrand Blier, et sept ans avant Beau-père.  Il faut savoir que Blier ne fut pas complètement satisfait par la musique de Stéphane Grappelli qu’il jugea ne pas correspondre à l’esprit du film qu’il s’en faisait. Qu’à cela ne tienne, le trio Dewaere-Depardieu-Miou-Miou crève l’écran et le film totalise plus de
5 millions et demi de spectateurs en salles et reste aujourd’hui un témoignage transgressif des mœurs et de la liberté sexuelle née de mai 68 malgré de violentes attaques dans la presse de l’époque. Arrêtons-nous désormais en 1976, année de la sortie de F… comme Fairbanks, de Maurice Dugowson, où Patrick Dewaere retrouve Miou-Miou, son ex-compagne à la ville, avec laquelle il a eu une fille, Angèle, quelques mois auparavant.

Le thème mélancolique de F… comme Fairbanks, composée et interprétée par Patrick Dewaere qui lors d'interruptions du tournage patiente en jouant quelques airs sur un piano laissé là pour la décoration. Il compose alors directement ce qui va devenir le thème musical du film. L’acteur, profondément marqué par sa rupture avec Miou-Miou avoue à quelques proches sa dépression et s'être retrouvé tout seul à Notre-Dame, au beau milieu de la nuit, pour prier.

Une fois encore, la musique du Juge Fayard, dit « le Sheriff », d’Yves Boisset, film de l’année 1977 est signée Philipe Sarde, compositeur phare de musiques de films de la décennie 70.  Patrick Dewaere est véritablement habité, dira plus tard le réalisateur, par le rôle d’un juge d’instruction intègre et impétueux enquêtant sur les accointances entre la politique et les milieux d’affaires sur fond de blanchiment d’argent à grande échelle.
Changement de tonalité et d’univers et un clin d’œil à un immense réalisateur avec Lady in black.

Lady in black est extrait de la bande originale de La Chambre de l’évêque (La Stanza del vescovo dans son titre original), que l’on doit au grand compositeur italien Armando Trovaioli pour le film du nom moins grand Dino Risi. Beaucoup d’entre vous n’auront peut-être jamais entendu parlé de l’existence même de ce film qui n’est pas franchement passé à la postérité, mais qui me permet d’évoquer le tournage avec Dino Risi qui le dirige, toujours en 1977, aux côtés d’Ugo Tognazzi et Ornella Muti. Deux ans plus tard, nouveau contre-pied sous la caméra de Jean-Jacques Annaud qui confie à P. Dewaere le rôle d’un ouvrier fort en thème dans une satire sociale provinciale qui prend pour cadre le football et les dérives du pouvoir.

Coup de tête réunit autour de Dewaere une belle brochette d’acteurs, habitués aux seconds rôles. Excusez du peu : Michel Aumont, Paul Le Person, Robert Dalban, Maurice Barrier Hubert Deschamps et Jean Bouise, un Jean Bouise, récompensé d’ailleurs par un César.

Le thème de Solange et Stéphane, de Georges Delerue pour le film Préparez vos mouchoirs,  Oscar du meilleur film étranger en 1980 et César de la meilleure musique originale. Quatre ans après Les Valseuses, Bertrand Blier réunit son duo vedette Dewaere-Depardieu et renoue avec la recette du couple à trois. Cette fois-ci, Carole Laure a remplacé Miou-Miou, qui préféra décliner le rôle.    

La Minute Judy Garland

Cette semaine dans La Minute Judy Garland… coup de projecteur sur une chanson interprétée par Petula Clark et Fred Astaire dans une comédie musicale de 1968, La vallée du bonheur avec Fred Astaire (Finian’s rainbow dans son titre d’origine), que l’on doit à un certain Francis Ford Coppola dont c’était le troisième film en tant que réalisateur. Une transition toute trouvée pour vous dire que  le mois prochain, La Symphonie du cinéma consacrera une émission au cinéaste américain, qui a fêté ses 80 ans, le 7 avril, et qui sera, après Jane Fonda l’an dernier, honoré à Lyon lors du Festival Lumière, qui se déroulera du 12 au 20 octobre.

Quelques conseils pour prolonger cette émission

Patrick Dewaere l’écorché, excellente biographie de Christophe Carrière, préfacée par Lola Dewaere, seconde fille de l’acteur, sortie en 2017 chez Michel Lafon.  Autre livre, récent, Lettre à Patrick Dewaere, paru au printemps chez Independently published. L’auteur, Julien Cola, convoque ce frère de l’ombre et lui adresse une lettre ouverte pour lui donner des nouvelles de notre époque. Enfin, pour les fans de l’univers de Bertrand Blier, je signale la sortie le mois prochain de L’Essentiel Bertrand Blier, un coffret 8 DVD édité par Studiocanal où l’on retrouve entre autres
Les Valseuses, Beau-père ou encore Préparez vos mouchoirs, les trois films tournés avec Patrick Dewaere.
 
Play list des titres diffusés

Beau père, Philippe Sarde
Hôtel des Amériques, Philippe Sarde
Un Mauvais Fils suite, Philippe Sarde (feat. John Surman, Archie Shepp & Maurice Murphy)
Les Valseuses, Stéphane Grappelli
F… comme Fairbanks, Patrick Dewaere et Maurice Vincent
Le Juge Fayard, main theme, Philippe Sarde
Lady in black, La stanza del vescovo (La Chambre de l’évêque), Armando Trovaioli
Bande annonce du film Coup de tête, de Jean-Jacques Annaud. Musique de Pierre Bachelet
Solange et Stéphane, BO de Préparez vos mouchoirs, Georges Delerue
Look to the rainbow from Finian’s rainbow (La Vallée du bonheur), Petula Clark et Fred Astaire
Un jour de pluie à New York (A Rainy Day in New York), Selena Gomez

Les dernières émissions

L'émission

Le jeudi à 16h30

"La Symphonie du cinéma", une émission de Fabien Genest pour voyager dans l'univers des musiques de films.

Le présentateur

Fabien Genest

Journaliste de presse écrite et producteur de radio, passionné de cinéma et musique fabien.genest@rcf.fr