Renaud Capuçon, confidences d'un violoniste

Présentée par

S'abonner à l'émission

Visages

mercredi 12 septembre à 17h03

Durée émission : 55 min

Renaud Capuçon, confidences d'un violoniste

© Simon Fowler / Erato Warner Classics - Renaud Capuçon

Le 12 octobre sort le nouvel album de Renaud Capuçon, "Cinéma". L'occasion de rencontrer l'un des plus grands violonistes au monde. Il se confie à Thierry Lyonnet.

00:00

00:00

Entre ses concerts et ses répétitions, il enseigne la musique à Lausanne et enregistre des disques. Renaud Capuçon prend aussi le temps de répondre aux journalistes. Au micro de Thierry Lyonnet il se confie à l'occasion de la sortie de son album "Cinéma".
 

Cinéma, l'hommage du violoniste au 7e art

La musique de "Mission" ou de "Cinema Paradiso" par Ennio Morricone, celle de "La Liste de Schindler", de "Légendes d’automne" mais aussi de "Twilight" ou du "Fabuleux Destin d’Amélie Poulain"... Le nouvel album de Renaud Capuçon est un bel hommage au cinéma. Par son interprétation avec le Brussels Philharmonic et son directeur musical Stéphane Denève, le célèbre violoniste nous démontre, s'il en était nécessaire, combien certaines musiques de film sont de véritables chefs d'œuvre.

 

 

un Premier violon

À priori rien ne prédisosait le jeune Renaud Capuçon à devenir violoniste car ses parents n'étaient pas des musiciens. Des amoureux des arts en revanche, désireux d'initier leurs trois enfants à la musique, mais aussi à la poterie ou au judo. Repéré pour son excellente oreille, Renaud Capuçon a été orienté vers le violon. Il a reçu son premier violon à l'âge de 4 ans, quand il habitait à Chambéry. Et même si ses souvenirs sont flous, il se souvient d'avoir "aimé cet instrument".

 

Jamais sans son Guarnerius

"Il fait partie de ma vie." Aujourd'hui le violon qui ne le quitte jamais c'est son Guarnerius de 1737. Un violon parmi les plus chers du monde qui porte le nom de son luthier Guarneri del Gesù, du XVIIIe siècle. "En entendant ce violon, sous mon oreille la première fois, j'ai eu la certitude et l'impression physique que c'était l'instrument de mes rêves, celui qui allait me permettre de me développer, de pouvoir chercher ses couleurs... Il m'apporte une palette de couleurs infinie. Et surtout il me fait révéler des choses de moi-même qu'un autre instrument n'aurait pas fait..."
 


©Simon Fowler / Erato Warner Classics - Renaud Capuçon

 

"Je ne suis qu'un passeur"

Avant lui, ce Guarnerius a été joué pendant 50 ans par Isaac Stern (1920-2001). Prendre la relève, "cela m'a donné le vertige pendant un certain temps", confie Renaud Capuçon, lui qui avait "tous les disques" de cet immense musicien, et avait même travaillé avec lui. Quand, en novembre 2005, il a joué pour la première fois sur scène avec le fameux instrument - un concerto Brahms - "le bois se souvenait de ses harmonies".

Et chaque fois qu'il joue Beethoven, Tchaïkovski, Sibelius, il en est "persuadé" : "le bois se rappelle de ses tensions, de ses harmonies". Ce qui lui fait dire que ce violon qui a près de 300 ans ne lui appartient pas vraiment, "je ne suis qu'un passeur", il y en a eu plus d'un avant lui et il y en aura d'autres après. 

 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le mercredi à 17h03, le jeudi à 23h et le dimanche à 19h

Chaque visage est unique, aussi l'émission Visages accueille-t-elle des hommes et des femmes d'une grande diversité : philosophes, personnes engagées dans le développement et dans l'action humanitaire, aventuriers, psychologues, écrivains... Tous partagent au moins un point commun : l'ouverture et le respect de l'autre dans sa différence. Thierry Lyonnet leur donne la parole pour une rencontre en profondeur.

Le présentateur

Thierry Lyonnet

Rédacteur en chef du Service « Foi et Culture », Thierry met son insatiable curiosité au service de RCF depuis 1990. Spiritualité, art, voyages, solidarité et surtout rencontres, qu’il aime partager avec les auditeurs. Depuis l’enfance, il est fasciné par la richesse de la différence…et cette fascination ne cesse de croître!