Paternités et filiation de coeur: ces pères que l'on se choisit

Présentée par

S'abonner à l'émission

Grand Angle

mardi 21 juin 2016 à 17h03

Durée émission : 55 min

Grand Angle

© Cyril BADET/CIRIC

En plus du père biologique, on peut avoir d'autres pères, ceux qui participent eux aussi à notre construction, qu'elle soit artistique, intellectuelle... On en parle avec Christophe Henning.

La fête des pères est l'occasion de questionner ce lien que l'on nomme paternité. A côté des pères biologiques, chacun à sa manière peut trouver d'autres influences et choisir des paternités électives. Ainsi, sans l'avoir jamais rencontré, Alexandre Jardin a-t-il élu pour père spirituel Charles De Gaulle à la lecture de l'une de ses biographies. Dans le dossier "Ces pères que l’on se choisit", qu'a réalisé Guillemette de La Borie pour le magazine Pèlerin, Jean-Claude Guillebaud, Marcel Rufo ou Paule Amblard citent tout aussi bien Marcel Légaut, que René Girard ou Jacques Ellul.

"Un père est toujours spirituel"

C'est l'avis de Daniel Coum qui montre comment on ne s'arrête finalement jamais au biologique ou aux sentiments. Le psychologue explique que ce lien d'ordre spirituel advient par le langage, en nommant son enfant le père le fait exister par lui-même. A l'entendre on pense évidemment au récit de la Création dans la Genèse. Tout l'enjeu pour un père est de "creuser" dans cette relation une "place libre" pour autre chose. La véritable transmission se fait dans cet espace entre le père et son enfant, qui permet à l'enfant d'être, c'est-à-dire d'être un autre que son propre père ou maître.

 

"Pour donner à quelqu'un le nom de père il faut savoir reconnaître que l'on a besoin de l'autre, éprouver ce manque ou cette insécurité affective qui vous fait chercher la rencontre."
Philippe Jeammet, psychiatre

La paternité se construit sur un manque

Enseignante et écrivain, passionnée par le langage et la transmission, Cécile Ladjali étonne par sa clairvoyance quand elle confie combien "les figures paternelles ou masculines ont été manquantes" dans sa vie, elle qui a été "abandonnée puis adoptée", mais qui a connu la mort de son père adoptif à l'âge de 17 ans. "C'est très bizarre cette espèce de courtoisie, ce lien de coeur indispensable" à la transmission, confie-t-elle à propos de sa relation avec le penseur Georges Steiner.

Si elle dit avoir reçu "l'essentiel" de son père adoptif, c'est auprès d'autres personnes que Cécile Ladjali dit avoir été guidée dans "les choses de l'esprit". Avec les invités de Christophe Henning, parler de "paternités" au pluriel semble donc bien plus évident qu'au singulier.
 

Emission en partenariat avec l'hebdomadaire Pèlerin

 

Invités

  • Guillemette de La Borie , journaliste, écrivain

  • Fleur Nabert , artiste plasticienne

  • Cécile Ladjali , écrivain

  • Daniel Coum , psychologue, écrivain, directeur de l'association Parentèle

Les dernières émissions

L'émission

Tous les mardis à 17h03

Spiritualité, patrimoine, littérature, vie de l'Eglise, développement personnel... Chaque semaine, Christophe Henning anime une table ronde pour engager la discussion avec des acteurs de la vie culturelle, sociale, spirituelle.

Le présentateur

Christophe Henning

Journaliste de presse écrite dans le groupe Bayard, Christophe veut susciter le débat et favoriser la rencontre des témoins. Lecteur infatigable, il partage volontiers ses coups de cœur. Dans les studios parisiens de RCF, il donne la parole aux auteurs, mais aussi aux acteurs de la société et de l’Eglise.