Duccio, le sens de l'au-delà et du mystère (suite)

Présentée par

S'abonner à l'émission

Dialogue

mardi 14 janvier à 13h30

Durée émission : 25 min

Duccio, le sens de l'au-delà et du mystère (suite)

© Wikimédia Commons - Vierge à l'Enfant avec deux anges (détail), par Duccio

On le met dans la catégorie des primitifs italiens. Duccio était contemporain de Giotto, peintre plus célèbre au génie comparable. Michel Feuillet explique en quoi son œuvre est "lumineuse".

00:00

00:00

Moins connu que Fra Angelico ou Giotto, Duccio n'en est pas moins génial. Qu'a-t-il de particulier ? Que sait-on vraiment de lui ? Michel Feuillet, qui lui consacre un important ouvrage, "L'Évangile en majesté - Jésus et Marie sous le regard de Duccio" (éd. Mame), décrit "un personnage bizarre" et "un contraste entre sa vie privée et la production artistique".
 

"Ses œuvres sont lumineuses dans tous les sens du terme, il y a un souffle, il a hérité de l'art grec orthodoxe des icônes ce sens de l'au-delà, du Mystère avec un grand M"

 

Giotto et Duccio, deux génies

Duccio di Buoninsegna (v. 1260- v. 1319) et Giotto di Bondone (v. 1266-1337) étaient contemporains : il y a là deux génies comparables, pour le spécialiste d'iconographie chrétienne"Disons que Giotto était le plus génial des deux, explique Michel Feuillet, le plus moderne, celui qui a vraiment transformé l'art des icônes en art déjà moderne."

À la différence de Giotto et de leur maître florentin Cimabue, Duccio était originaire de Sienne. Sa peinture, délicate, "accomplit des pas importants dans le monde de l'art vers plus de réalité, plus de sentiment, avec une profondeur spatiale qui corrrespond aux prémices des règles de la mise en perspective".
 

La fin du Moyen Âge en Italie

En cette fin de XIIIe siècle et ce début de XIVe siècle, nous sommes à la fin du Moyen Âge. "Un monde nouveau s'ouvre en Italie, les villes prennent leur indépendance, ce sont des communes autonomes qui ont profité des heurts entre l'empereur et le pape." Deux factions se forment, les guelfes, fidèles au pape, et les gibelins, qui soutiennent les princes de Hohenstaufen : les cités profitent de cette opposition. "Émerge ainsi une nouvelle classe sociale, la bourgoisie manufacturière" qui enrichit les villes. Et suscite un mouvement de renouveau dans l'art.

Avec Giotto et Duccio, un "art nouveau" commence à poindre, même si cette modernité qui n'est pas encore la Renaissance : on est encore au Moyen Âge. Les artistes de cette époque sont désignés sous le nom de primitifs italiens. "On est encore dans le monde de l'icône mais il y a quelque chose de différent."
 

Duccio l'énigmatique

"Il y a un côté anarchiste chez cet homme, il est un peu en dehors des règles, c'est un personnage bizarre si l'on pense à son œuvre : il y a un contraste entre sa vie privée et la production artistique." Si on ne connaît précisément ni sa date de naissance ni sa date de mort, on sait que Duccio est originaire de Sienne. Et surtout, les documents d'archives que l'on possède à son sujet nous font dire qu'il a menée une vie agitée. Ils contiennent en effet des procès-verbaux ou des amandes pour des délits variés, comme des faits de sorcellerie.

Citoyen indiscipliné, homme réfractaire à la contrainte, anarchiste libertaire, dirions-nous aujourd'hui, mais véritable génie créateur. Duccio a été sollicité par les plus grands, à l'époque c'était même "un très grand maître". Michel Feuillet décrit un "peintre mystique" : "Ses œuvres sont lumineuses dans tous les sens du terme, il y a un souffle, il a hérité de l'art grec orthodoxe des icônes ce sens de l'au-delà, du Mystère avec un grand M." 

 

Invités

  • Michel Feuillet, italianiste, spécialiste d'iconographie chrétienne, professeur émérite des universités (Lyon III-Jean Moulin)

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le mardi à 13h30 et le samedi à 15h

Mieux comprendre le monde, dans lequel nous sommes invités à vivre en chrétiens, grâce aux travaux des historiens, des sociologues et des artistes ainsi qu’à travers la réflexion philosophique. C'est ce que vous proposent Monserrata Vidal et Sarah Brunel.  

Le présentateur

Monserrata Vidal

Professeure agrégée de Lettres, Monserrata a longtemps œuvré auprès de lycéens qui  croyaient parfois la culture ennuyeuse. Aujourd’hui sur RCF, elle partage avec les auditeurs histoire, sciences humaines, spiritualité, littérature, dans un questionnement avec les auteurs et les œuvres, de manière sérieuse, mais aussi joyeuse.