Evolutions de l'estuaire de la Gironde

27 mai 2015 Par

© 2010 - Par User:Symac (Travail personnel) (GFDL ou CC BY-SA 3.0), via Wikimedia Commons - Carrelet sur l'estuaire de la Gironde

La Gironde n'est pas un long fleuve tranquille...Au fil des jours et des années, des bancs de sable et des îles se forment ou disparaissent. Comment prédire cette évolution capricieuse ?

Dans la série "Que cherchent-ils ? " Véronique de Poncheville reçoit le 11 juin 2015 à 11h30 Isabel Jalon Rojas, passionnée par l'étude des milieux aquatiques. Après des études à Santander, Isabel a choisi Bordeaux pour faire sa thèse sur l'évaluation des changements hydro-sédimentaires de l'estuaire de la Gironde en lien avec les pressions sur le milieu, au sein du laboratoire METHYS.
 

Le laboratoire METHYS

Le laboratoire "Modélisation, Expérimentation et Télédétection en HYdrodynamique Sédimentaire" (METHYS), dirigé par Aldo Sottolichio, fait partie de l'Unité Mixte de Recherche EPOC (Environnements et Paléoenvironnements Océaniques et Continentaux) rattachée à l'Université de Bordeaux, au CNRS et à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes. EPOC fait partie intégrante de l'Observatoire Aquitain des Sciences de l'Univers. Ces travaux sont financés par l'Agence de l'Eau et la Région Aquitaine.
 

Que cherche-t-elle ?

Isabel Jalon Rojas tient un blog - en espagnol, sa langue natale - joliment intitulé "Fluyendo libremente" dans lequel elle explique sa passion pour l'étude de l'eau, modèle de fluidité et de liberté. Dans sa thèse elle utilise des millions de données recueillies toutes les 10 minutes en quatre points de l'estuaire de la Gironde pour faire une modélisation mathématique de son évolution et prédire le déplacement des boues vaseuses. Elle analyse ainsi la turbitude des eaux de la Gironde, riche en sédiments comme le reflète sa couleur brunâtre.
 

A qui et à quoi cela sert-il ?

Les résultats de ses travaux sont bien sûr publiés dans des articles ou des congrès internationaux afin d'en informer la communauté scientifique des chercheurs sur ce thème. Mais à terme ils peuvent également avoir des retombées importantes pour l'économie de la région. En effet, en plus des partenaires qui financent ses travaux, ces données seront utilisées par le Port de Bordeaux et les pêcheurs, ainsi que par toute structure intéressée par l'évolution de l'estuaire, pour la navigation ou pour la prévention d'éventuelles nuisances écologiques. Un travail capital pour cette vaste voie vers la mer que sillonnent tant de navires et ses riverains !