L'hommage de Jean-Marie Rouart à Jean d'Ormesson

Présentée par

S'abonner à l'émission

L'entretien de la semaine

samedi 18 mai à 13h15

Durée émission : 12 min

L'hommage de Jean-Marie Rouart à Jean d'Ormesson

© Philippe Matsas / Opale Leemage - Jean-Marie Rouart, écrivain

Ils avaient 18 ans d'écart et pourtant Jean d'Ormesson et Jean-Marie Rouart étaient unis par une amitié indéfectible. Que vient perpétuer un "Dictionnaire amoureux".

Il avait déjà beaucoup écrit sur Jean d'Ormesson, son ami de 50 ans. Par exemple le livre, "Ne pars pas avant moi" (éd. Gallimard, 2014) doit son titre à une formule que d'Ormesson lui avait adressée alors que Jean-Marie avait eu un problème de santé. Jean-Marie Rouart avait donc hésité avant de se lancer dans son "Dictionnaire amoureux de Jean d'Ormesson", qui vient de paraître. Mais il a trouvé que c'était là "l'occasion de poursuivre un dialogue". 
 

L'histoire d'une amitié

Le 5 décembre 2017, Jean d'Ormesson nous quittait, à l'âge de 92 ans, pour passer de l'autre côté du miroir de la vie et peut-être trouver enfin des réponses aux nombreuses questions métaphysiques qu'il se posait, qu'il nous posait, au travers de ses livres. Comme son ami, Jean-Marie Rouart est écrivain, journaliste, académicien. 18 ans les séparent et pourtant une amitié indéfectible les unissait. Ils ne se parlaient pas tous les jours, "mais tous les deux jours"... "Nous avons beaucoup ri ensemble" et beaucoup parlé littérature, "on était deux fous de littérature".
 

Un dictionnaire pour rendre hommage

Un dictionnaire donc, en forme d'hommage à celui qui a été son "professeur de vie". Jean-Marie Rouart raconte comment son ami, son aîné en littérature, l'a "soutenu" et "aidé au moment où [il désespérait] dans tous les sens du terme". S'il l'a toujours encouragé à écrire, Jean d'Ormesson avait la délicatesse de ne jamais ordonner ou imposer. Ce que retiendra Jean-Marie Rouart de Jean d'Ormesson, c'est "le goût de la vie et la courtoisie extrême".

Pourtant, le Jean d'Ormesson que Rouart a connu à 18 ans était un homme "assez tendu", "attaqué" et "mis en cause", notamment par "la bande des Hussards", du nom du mouvement littéraire des années 1950 et 1960. Et pourtant, il y a une chose qui n'a pas changé chez Jean d'O, comme on l'appelle, "c'est un regard adolescent", non pas d'enfant mais bien d'un adolescent, de "quelqu"un qui rêve sa vie, qui rêve de l'amour, qui rêve des choses extraordinaires qui peut lui arriver". 
 

Pourquoi était-il si populaire ? 

Homme de médias, Jean d'Ormesson était devenu l'un des invités préférés des émissions de télévision, ce qui peut étonné pour homme de droite, aristocrate, de droite et âgé. C'est qu'il était "très très brillant, explique Jean-Marie Rouart, sur tous les terrains capable de parler de Spinoza et des Pieds nickelés".

"Jean d'Ormesson représentait à la fois l'Ancien Régime, et son raffinement, et la méritocratie car il était agrégé de philo." Et aussi, il répondait à ce "besoin" qu'ont "les Français" d'avoir "leur grand écrivain" : avant lui, selon Rouart, il y a eu Mauriac, Barrès et Hugo. Pour autant, d'Ormesson n'était pas de ceux qui se prennent pour un grand écrivain - "ce sont les médiocres qui se prennent pour des grands écrivains" - il était de ceux qui, comme les "mystiques", "cherchent à s'exprimer et à rejoindre l'universel".

 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 6h30 et 20h45 et le samedi et dimanche à 6h30 uniquement

Chaque semaine, Thierry Lyonnet donne la parole à un acteur de l'actualité culturelle. Ecrivains, metteurs en scènes, peintres, etc, parlent de leur travail et de leurs oeuvres. 

Le présentateur

Thierry Lyonnet

Rédacteur en chef du Service « Foi et Culture », Thierry met son insatiable curiosité au service de RCF depuis 1990. Spiritualité, art, voyages, solidarité et surtout rencontres, qu’il aime partager avec les auditeurs. Depuis l’enfance, il est fasciné par la richesse de la différence…et cette fascination ne cesse de croître!