A la découverte de l'Alambic

On parle patois ?

mercredi 23 octobre 2019 à 11h30

Durée émission : 12 min

On parle patois ?

Le groupe de patoisan de Les Marches nous emmène cette semaine à la découverte de l'alambic. Retrouvez la transcription du texte en patois ci-dessous.

Aujourd’hui, nous allons parler de la vie autour de l’alambic dans les années 50, en écoutant un dialogue entre Djan le patoisant qui adore parler en patois, et son ami Lili qui aime ce patois et le comprend parfaitement mais ne le parle pas.

L-  L'darnié kou, je veux dire la dernière fois que j'ai rencontré le Djan c'était sur la place du village, en avril dernier. Je l'ai salué comme d'habitude :

Bonjour Djan, comment vas-tu ?

D- Bonzhor m’n’ami Lili !  D’vé biè, é tè k’mè tou k’te vo ?

L- Tu me dis que ça va, mais je te trouve bien un peu pensif.

D- Sè t'me trove n'avouére drôle y è parkè d' pèsse a djè l'tè.

L- Tu pense à notre jeunesse.

D- Oua d'pèsse a kan t-on n-étè zhoéno. D'me rapélè dè plè dè chouzè, é chito d’mè rapélè kan la lanbi v’nivè ikè pè distilo.

L- Tu te rappelles quand l’alambic venait ici pour distiller ?

D- Bincheur kè d'm'è rapélè d'la lanbi é dè chlo k' la m'novon, lo lanbinié: le Louisse BOVIÉ o l'BOKÉ é d'leu komi todlon mashuro.

L- Ah ! tu dis « m'no » pour dire faire fonctionner ou faire mar- -cher et tu dis « lanbinié » au lieu de distillateur et « commis » pour désigner son aide son ouvrier,son n'ovré.

D- La lanbi y étè kan méme biè on brove anjin avoué sa groussa shodiéra, sa sh'meno d'tré métrè kè kratchévè na f'miéra néra et épéssa

L- Oui c'est vrai, c'était un bel engin, avec sa grosse chaudière ,sa cheminée de trois mètres qui crachait une fumée noire et épaisse

D- É lo « voze » yeu k'on b'tove l'mor a distilo.

L- Oui  on mettait le marc à distiller dans les « vases »

D- L'pore Durand i d'jévè po « lo voze » i d'jévè lo bronzin.

L- Oui pour lui c'était comme une grande marmite, un bronzin  en patois.

D- É  lè vapèr on vré brouyor pè momè.

L- Les vapeurs, un vrai brouillard par moment.

D- Y aviéve todlon biè d'monde itor d'la lanbi, chlo k'étiévon « passo » restovon pè  diskuto,    

L-  Oui, il y avait toujours beaucoup de monde autour de l'alam- -bic car ceux qui avaient terminé leur distillation restaient pour discuter

D- É k'mè préske tô  v'nivon avoé yon o dou litrè d'vin d'leu venyè, lè konversachon étiévon biè n-animo.

L- Oui,comme presque tous venaient avec un ou deux litres de vin, les conversations étaient  très animées

D- Sè parlove grou, sè r'jévè

L- Ça parlait fort, ça riait

D- É lo djô k'on kouéjévè djè yon d'lo « voze ».Sè fajévè d' biè bon kossa-krouéta !

L- C'est sûr ! les saucisses qu'on cuisait dans un des vases, ca faisait de très bons casse-crôute !

D- É la kontrabèda k'biè d'monde pratikovè pè fore mé k'lo vè litrè otorijé sè payé d'drè a l'Eta. ?

L-  Je sais, la contrebande était pratiquée par beaucoup pour faire plus que les vingt litres autorisés sans payer de droits à l'Etat

D- É kan lo z-indirèkte débarkovon d'leu trakchon pè attrapo chlo kè frouyovon.

L- Et quand les « fraudes » débarquaient de leur traction pour surprendre ceux qui trichaient !

D- É kan t-on r'tornovè kéri la kontrabèda djè la né, biè tor avoé na barôta, pè trasporto la bonbona d'nyôla, on n-aviévè biè poueu.

L- Bien sûr que quand on retournait chercher l'eau de vie de contrebande, la nuit, très tard avec notre brouette,n'tra barota, on avait très peur.

D- On prenyévè k'lo p'tchiou sh'min é po la gran rota pè po risko d'se for atrapo p'lo zhandorme.

L- On ne prenait que les petits chemins en évitant la grand route pour moins risquer de nous faire arrêter par les gendarmes.

D- É cho solaz'mè kan t-on étè rètro a la mézon sè z-akrô !

L- Oui, un vrai soulagement une fois arrivés à la maison sans anicroche !

D- On n-étè biè tô dè sakri pouéreu, mé to lo z-an tô r'k'mèchévon a frouyo.

L.  Je pense comme toi, on était bien de sacrés peureux, mais  toutes les années, tous recommençaient à frauder.

D- I me sèble k'tô troviévon normal dè frouyo l'Eta, to l'monde                                                        d'jévè « frouyo l'Eta y'è po volo ».

L- Il me semble que tous trouvaient normal de tromper l'Etat, tout le monde disait  « tromper l'État ce n'est pas voler »

D- On n'étè po d'bandi mé on trovove biè n-agréoble i moè on kou l'an dè défio l'Administrachon.

L- On n'était pas des bandits mais on trouvait bien agréable, au moins une fois par an de défier l'Administration.

D- Ékita d'vé te kito. D'si biè kontè d'avé parlo avoué kôkon k'a      konyi la via di v'lazhe lo z-otre kou. A y étè véramè l'bon tè k'le tè d'la lanbi !

L- Moi aussi je dois partir. Je suis très heureux d'avoir parlé avec quelqu'un qui a connu la vie du village dans le temps. Ah, c'était vraiment une bonne époque, la période de l'Alambic.

Les dernières émissions

L'émission

Le patois ça vous parle ? L'association "Mémoire et Patrimoine de Les Marches" vous retrouve chaque mois pour un petit cours de patois savoyard. L'occasion de découvrir ou redécouvrir les trésors de notre patrimoine linguistique.