Le mystère de la Nativité vu par les artistes

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Temps de le dire

vendredi 23 décembre 2016 à 9h03

Durée émission : 55 min

Le mystère de la Nativité vu par les artistes

© Wikimédia Commons - Plafond peint de l'église Saint-Martin de Zillis-Reischen (Suisse)

L'art au service de la foi. Les invités de Stéphanie Gallet décryptent les œuvres picturales et musicales qui déclinent le thème de la Nativité.

A la veille de Noël, Stéphanie Gallet nous propose d'approcher la Nativité avec les artistes. L'image d'un enfant né dans une mangeoire, entouré d'un âne et d'un bœuf a inspiré plus d'un peintre. C'est même un thème récurrent de l'histoire de l'art. A regarder ces images, on est pris par ce qui jaillit de cette scène à priori dérisoire: de pauvres gens faisant avec les moyens du bord pour accueillir dignement un bébé.

2.000 ans plus tard cette histoire continue de nous interpeller, car elle parle de l'accueil du plus faible, du mystère de la vie qui porte en elle la mort, de la joie mais aussi de l'angoisse face à l'inconnu de l'existence. Autant d'émotions que l'on retrouve dans les cantiques qui célèbrent la beauté de Noël.
 

la Nativité de Georges de La Tour jésus, Lumière du monde


©Wikimédia Commons - Nativité, par Georges de La Tour, v. 1645

 

Georges de La Tour (1593-1652) a représenté la Nativité de façon surprenante. Autour de l'enfant Jésus emmailloté, se tiennent plusieurs personnages assis, dont Marie à gauche et Joseph à droite. A l'évidence, ce n'est pas la chandelle que tient celui-ci qui éclaire les visages des protagonistes, mais bien l'enfant lui-même, qui se trouve au centre de la toile. Cette œuvre illustre la parole du Christ: "Moi, je suis la lumière du monde" (Jn, 8, 12). Pour Pascal Bonafoux, cela laisse entendre que "nécessairement, la théologie et la liturgie sont les premiers attendus d'une pareille œuvre". Selon l'historien de l'art, "ce que l'on nous donne à voir a un rapport étroit intense avec l'Ecriture".
 

Le bœuf et l'âne de l'église de Zillis


©Wikimédia Commons - Plafond peint de l'église Saint-Martin de Zillis-Reischen (Suisse)

 

Les superbes caissons du plafond de l'église de Zillis en Suisse, montrent le Christ emmailloté, le bœuf avec l'âne penchés au-dessus du corps de l'enfant. Or, les Evangiles canons, c'est-à-dire les textes de référence de la foi catholique, ne citent as une seule fois les deux animaux traditionnels de la crèche. Pour les trouver, il faut lire les textes apocryphes, et plus spécialement l'Évangile du Pseudo-Matthieu: "Or, deux jours après la naissance du Seigneur, Marie quitta la grotte, entra dans une étable et déposa l'enfant dans une crèche. Et le bœuf et l'âne fléchissant les genoux, adorèrent celui-ci." Ces animaux qui ont pour fonction de pouvoir réchauffer le lieu où le Christ est né (à Bethléem aussi il fait froid en hiver), permettent de justifier le choix arbitraire de la date du 25 décembre, au IVè siècle.
 

L'anachronisme, outil pictural la Mosaïque de l'église de la Martorana


©Wikimédia Commons - Mosaïque de l'église de la Martorana, Xè / XIè siècle (Palerme, Sicile)

La mosaïque dans l'église de la Martorana à Palerme représente au bas à droite deux femmes qui donnent son premier bain à Jésus qui vient de naître. Anachronisme! Comme s'il y avait eu à l'époque deux sages-femmes. Mais comme le précise Pascal Bonafoux, "on ne représente jamais la Nativité avec une référence comme En ce temps-là". Car la Nativité c'est un message qui s'incarne dans le quotidien de chacun, c'est chaque jour, ici là et maintenant.

 

Invités

  • Gérard Kurkdjian, musicien, directeur artistique de nombreux festivals de musique, co-fondateur du Festival de Fès des musiques sacrées du monde

  • Pascal Bonafoux, historien de l'art, écrivain, enseignant

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 09h03

La grande émission interactive pour aborder tous les sujets de société, qui font l'actualité. Antoine Bellier reçoit ses invités pour réfléchir, approfondir, apprendre et donner du sens à tous les sujets du moment. Posez vos questions ou témoignez en direct pendant l’émission 04 72 38 20 23 ou par mail à l'adresse letempsdeledire[arobase]rcf.fr.

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.