Vincent van Gogh : "Autoportrait à l’oreille bandée" ou "l’Homme à la pipe"

Présentée par UA-135020

S'abonner à l'émission

L'oreille de l'art

lundi 31 août à 8h52

Durée émission : 3 min

Vincent van Gogh : "Autoportrait à l’oreille bandée" ou "l’Homme à la pipe"

© Vincent van Gogh, Autoportrait à l’oreille bandée ou l’Homme à la pipe, coll. privée exposé à la fondation Louis Vuitton.

Dans sa toute nouvelle chronique, chaque lundi, Noémie Marijon nous aide à nous immerger dans une oeuvre d'art, peinture ou sculpture, nous en faisant apprécier les détails et la beauté.

ENTRE DÉTRESSE ET SÉRÉNITÉ

Quand je le regarde j’ai l’impression de retrouver un ami. Un proche qui ne va pas très bien. C’est un autoportrait. L’artiste a été prolixe  : sur plus de 2000 toiles et dessins il a fait au moins 40 autoportraits. Ce fils de pasteur qui a eu une brève carrière de pasteur méthodiste fait tant partie de la culture visuelle qu’on le reconnait au premier coup d’œil. Mais on ne peut pas dire qu’il a eu beaucoup de succès à son époque. Dans cet autoportrait on ressent à fois la profonde détresse du peintre, qui se relève d’un épisode de folie mais aussi sa résignation, voir son calme.  La pipe qu’il tient à la bouche et au filet de fumée qui s’en échappe témoigne de sa sérénité retrouvée. Ce tableau est une déclaration du peintre à ses proches, il veut leur dire qu’il va mieux, qu’il a recommencé à travailler. De nouveau il est capable de peindre.

 

LES TRACES D'UNE DISPUTE

Sur ce tableau, on voit la tête d’un homme de ¾ en plan très serré. Il porte une vareuse verte avec un bouton, une barbe naissante et un gros bonnet noir enfoncé sur sa tête avec une visière en fourrure. Ce bonnet fourré est un indice pour deviner à quel moment de l’année l’œuvre a été peinte c’est-à-dire au cœur de l’hiver 1889. Et puis sous le bonnet noir il y a l’élément principal du tableau qui le zèbre comme un éclair blanc. Le bandeau qui entoure la tête de l’homme. Ce pansement est la séquelle d’une querelle entre peintres. On ne connait pas vraiment la raison de cette dispute qui a mis une fin sanglante à leur amitié. D’aucuns racontent que c’est parce que notre peintre n’a pas partagé les taches ménagères avec Gauguin ou aurait abuser de la bourse commune. D’autres historiens de l’art considèrent que la querelle serait d’ordre artistique Gauguin préférant peintre d’après son imagination.

 

LA VIVACITÉ DES COULEURS

Dans ce tableau ce sont les couleurs qui nous frappent. Le fond se sépare entre jaune en haut et un rouge orangé presque terreux en bas. C’est amusant de voir que les yeux bleus du peintre sont sur cette même ligne. La palette est restreinte à 6 couleurs, franches, qu’on imagine sorties du tube. Les couleurs primaires répondent au secondaire. Les duos de couleurs sont côte à côte.  Le jaune domine et rayonne. Ce qui est drôle c’est qu’il existe une autre version de ce tableau. Qui porte le même titre mais qui est dans les tons de vert.  Même dans ces tableaux le peintre joue sur l’harmonie.

"Autoportrait à l’oreille bandée" ou "l’homme à la pipe" a été peint par Vincent van Gogh à Arles le 7 janvier 1889. Vous pouvez lui rendre visite à la fondation Louis Vuitton au sein du bois de Boulogne. A la semaine prochaine et n’oubliez pas d’ouvrir grand vos oreilles à l’art.

 

Les dernières émissions

Le présentateur

Noémie Marijon

Noémie Marijon est responsable de bibliothèque et doctorante en histoire médiévale (Université de Clermont Auvergne).