Comment guérir notre démocratie?

Présentée par

S'abonner à l'émission

Sur le rebord du monde

vendredi 3 août 2018 à 13h30

Durée émission : 25 min

Comment guérir notre démocratie?

© Béatrice SOLTNER / RCF - Frédéric Worms

Dire que l'on est en démocratie c'est s'avouer déçu de notre système politique. Pour Frédéric Worms mieux vaut dire que l'on est dans un état de tension vers les principes démocratiques.

Notre démocratie serait en fin de vie, à bout de souffle. Pour beaucoup de penseurs notre système politique traverse en tout cas un passage critique. Certains commentateurs regrettent que le beau rêve porté par ceux qui l’ont soutenu ne puisse jamais aboutir. D’autres remettent en cause sa raison d’être et plaident pour un changement radical de système. Pour Frédéric Worms, auteur des "Maladies chroniques de la démocratie" (éd. Desclée de Brouwer), la démocratie n’est pas morte, puisqu'elle est un processus, une sorte de travail permanent.
 

 Si l'on croit que c'était mieux avant, n'est-ce pas parce que notre système démocratique permet de dire ce qui ne va pas ?

 

ne pas confondre le principe et la réalité

Sommes-nous en démocratie ou dans un état de tension vers les principes démocratiques ? Distinguer le principe et la réalité permet d'espérer encore, avertit Frédéric Worms. À l'inverse, croire que notre modèle actuel est "la" démocratie "comme si c'était réalisé, comme c'est faux on va en désespérer."

 



 

La démocratie, faire apparaître ce qui est injuste

"L'un des paradoxes du progrès de la démocratie, c'est qu'il consiste à faire apparaître plus de problèmes." Si l'on croit que c'était mieux avant, n'est-ce pas parce que notre système démocratique permet de dire ce qui ne va pas ? Le progrès de la démocratie, explique Frédéric Worms, c'est de "faire rencontrer comme injustes de nouvelles situations qui n'étaient pas perçues comme injustes auparavant".
 

La démocratie n'est pas le régime des bisounours

Réguler la violence n'est pas la nier. Parce qu'elle est "le seul régime politique à affronter les violences intérieures aux êtres humains", la démocratie n'a rien d'un régime de Bisounours. Pour la philosophe, si la fraternité est une exigence morale et politique au cœur de la démocratie, c'est bien qu'elle porte en elle la conscience de la pulsion fratricide universelle.

 

Émission enregistrée en février 2017

 

Invités

  • Frédéric Worms, philosophe, professeur à l'Ecole normale supérieure (ENS), membre du Comité consultatif national d'éthique

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 13h30 et 02h30

Le monde vit des transformations majeures qui touchent tous les secteurs de la vie de l’homme: travail, éducation, écologie, religions, médias, économie…Béatrice Soltner et son invité donnent des clés pour mieux penser ce monde mouvant et les défis d’humanisation à relever. Cette émission propose aussi des repères concrets pour construire du sens, là où l’homme serait tenté de ne voir que du chaos.

Le présentateur

Béatrice Soltner

Formée aux arts plastiques et à l'histoire de l'art Béatrice rejoint RCF en 1994. Elle aime faire émerger la parole et l'offrir en partage. La vie intérieure est son domaine de prédilection. Passionnée par la spiritualité et la psychologie, elle s'intéresse aussi au dialogue entre les églises chrétiennes.