Crise de l'école ou crise de la société?

Présentée par Béatrice Soltner

S'abonner à l'émission

Sur le rebord du monde

vendredi 1 septembre à 12h30

Durée émission : 25 min

Crise de l'école ou crise de la société?

© Robert Redeker

Et si l'école souffrait d'une vraie crise de transmission? Pour le philosophe Robert Redeker nous traversons une crise de la vie humaine qui se répercute sur la façon d'enseigner.

La rentrée scolaire nous y habitue désormais: la parution en masse d'ouvrages alarmants sur l'école, ses dysfonctionnements, ses classes surchargées, son manque de professeurs et de moyens, sa légèreté des programmes. Bref, l'école est en crise, c'est aussi le propos de Robert Redeker. Mais ce qui nous intéresse surtout dans "L'Ecole fantôme" (éd. DDB) c'est son analyse de la transmission et sa vision des maux de l'école comme symptômes d'une autre crise, beaucoup plus vaste puisqu'il la nomme "crise de la vie humaine". Crise d'une société post-moderne qui vit dans l'illusion de la toute-puissance ; mal-être d'une société qui instrumentalise le langage pour ne pas voir que la langue est ce qui ouvre sur l'indicible ; oubli de ce qu'est l'homme, un être qui ne sait pas si on ne lui apprend pas.
 

"On dit que l'école doit socialiser: c'est la vie qui socialise, la famille, la société ; l'école doit attacher à l'histoire, aux œuvres, à la culture du pays."

 

l'histoire pour apprendre la finitude

Si l’école est un haut lieu d’humanisation alors le problème est en amont. Le philosophe, qui nous explique que face au traumatisme de la Seconde Guerre mondiale, les Européens n'ont trouvé d'autre moyen que de "sortir de l'histoire". Le post-modernisme c'est l'homme exsangue, "sans passé, sans futur, arc-bouté sur le présent" car on l'a coupé de "ses racines".

"La crise de l'école a quelque chose à voir avec l'avancée du transhumanisme." Parallèlement, Robert Redeker diagnostique une "éducation qui refuse de donner aux jeunes générations ce que à quoi on peut estimer qu'elles ont droit": leur passé. Au temps du tabou de la mort, le passé est ce qui vient dire à l'homme qu'il est mortel. Exit l'homme fragile, l'homme tragique, l'instant est au "transhumanisme", à la toute-puissance qui n'a que faire du legs des générations précédentes. Nos ancêtres nous rappellent les limites et la finitude.

 



 

la littérature pour savoir que l'on a une âme

"Que serait la France sans la littérature? Rien du tout!" Pour Robert Redeker, si la littérature "doit avoir la place centrale dans l'école, avec l'histoire", c'est que la langue "permet de nous rendre compte que nous avons une âme". Aujourd'hui, selon lui, on apprend à communiquer "sous l'influence de la linguistique et des théories du langage". L alangue est envisagée comme un instrument de communication. "Or la langue donne la poésie, l'au-delà de la communication."

Certes l'école n'est pas le lieu où "socialiser" l'enfant, "l'école doit attacher à l'histoire, aux œuvres, à la culture du pays", pour le philosophe, mais elle y contribue car l'enseignement de la littérature encourage "la construction et le développement de l'intériorité". "Si nous ne savons plus que la langue est l'instrument de l'âme, nous ne pouvons enseigner d'une façon qui permette à chaque enfant de cultiver un monde intérieur, de s'humaniser."

 



 

l'assymétrie maître / élève pour redire ce qu'est la pédagogie

Depuis une trentaine d'années on demande à nos enseignants d'être au nom du "vivre ensemble", "des animateurs socioculturels". Oubliée, l'assymétrie entre celui qui détient et transmet le savoir et celui qui le reçoit. Or, pour faire entrer les élèves dans "le pays de la pensée", selon l'expression d'Hannah Arendt, il faut autre chose que "bienveillance et sympathie". Contre un autoritarisme benêt, il doit y avoir un juste milieu à trouver. Seulement voilà, on est dans "l'idéologie du cool, du liquide, du gélatineux". Comme le dit le sociologue Zygmunt Bauman, notre société est "liquide", elle n'aime pas la limite.
 

 

Émission diffusée en septembre 2016

 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Tous les lundis à 13h30

Le monde vit des transformations majeures qui touchent tous les secteurs de la vie de l’homme: travail, éducation, écologie, religions, médias, économie…Béatrice Soltner et son invité donnent des clés pour mieux penser ce monde mouvant et les défis d’humanisation à relever. Cette émission propose aussi des repères concrets pour construire du sens, là où l’homme serait tenté de ne voir que du chaos.

Le présentateur

Béatrice Soltner

Formée aux arts plastiques et à l'histoire de l'art Béatrice rejoint RCF en 1994. Elle aime faire émerger la parole et l'offrir en partage. La vie intérieure est son domaine de prédilection. Passionnée par la spiritualité et la psychologie, elle s'intéresse aussi au dialogue entre les églises chrétiennes.