Croire ou ne pas croire, une question obsolète ?

Présentée par

S'abonner à l'émission

Les mardis des Bernardins

mardi 13 novembre à 21h00

Durée émission : 55 min

Les mardis des Bernardins

© Wikimédia Commons / Stéphane OUZOUNOFF/CIRIC - François Jullien (à gauche) et Rémi Brague

Notre société est sortie du christianisme mais en conserve les structures. Peut-on garder le christianisme sans la foi? Croire ou ne pas croire, ne peut-on pas dépasser la question?

00:00

00:00

Croire ou ne pas croire, est-ce une question obsolète ? Dans cette société sécularisée qui est la nôtre, l'homme post-moderne y reste un animal religieux, sans pour autant faire profession de foi, et de foi chrétienne. La vie apportée par le christianisme peut-elle être reçue sans avoir recours à la foi ? La foi est-elle indispensable pour rendre compte de la nouveauté chrétienne ? L'opération d'un retour au christianisme doit-elle être menée de façon privilégiée par des croyants ? Ou bien par des hommes ne faisant pas profession de foi chrétienne mais capables de montrer que le christianisme, en nous sortant de nous-mêmes peut nous révéler qu'un commun est possible ?

"Il me semble que nous sommes embarrassés aujourd'hui par la question du christianisme et que cet embarras a des conséquences sociales mais aussi politiques"

 

RCF PARTENAIRE DES MARDIS DES BERNARDINS - La saison 2018 des Mardis des Bernardins a pour thème "Des raisons de croire ? Déraison de croire ? Ouvrir l'horizon de nos quêtes de sens". Un cycle de sept rencontres qui s'est ouvert avec le débat "Foi et science ont-elles la raison en commun ?" et que vous pouvez suivre chaque mois sur RCF.

 

Le christianisme comme "ressource"

À la suite de la lecture que François Jullien propose du christianisme, ne pourrions-nous pas y trouver des "ressources" pour l’homme ? "Il me semble que nous sommes embarrassés aujourd'hui par la question du christianisme et que cet embarras a des conséquences sociales mais aussi politiques", observe François Jullien. Le philosophe suggère l'idée que l'on peut "passer à côté" de la question "clivante" de croire ou de ne pas croire pour entrer dans le christianisme. Dans son ouvrage "Ressources du christianisme" (éd. L'Herne), il aborde l'Évangile de Jean "comme n'importe quel autre texte", et comme "une ressource".
 

S'intéresser au christianisme... ou au Christ ?

Faut-il s'intéresser au christianisme en tant que ressource ? "Étant moi-même chrétien, répond-il, je ne m'intéresse pas au christianisme, je m'intéresse au Christ !" Réagissant aux propos de François Jullien, Rémi Brague considère que s'intéresser au christianisme est "le fait de ceux qui lui restent extérieurs". Il ajoute : "Le Christ lui-même ne s'intéressait pas tellement à lui, il s'intéressait au Père."

Que ce soit dans une tonalité négative ou positive, porter intérêt au christianisme est à la monde, admet rémi Brague. Il nomme "christianiste" celui qui s'intéresse à cette religion mais qui la considère "pas assez bonne" pour lui. 

 


VOIR LE DÉBAT EN VIDÉO

 

 

Débat enregistré le 25 septembre 2018 au Collège des Bernardins (Paris)

 

Invités

  • Rémi Brague , philosophe, spécialiste des philosophies grecque romaine et arabe, professeur émérite de l'université Paris I-Panthéon-Sorbonne et de la Ludwig-Maximilian Universität (Munich), membre de l'Académie des sciences morales et politiques

  • François Jullien , philosophe, helléniste, sinologue, professeur des universités, titulaire de la chaire Altérité du Collège d'études mondiales du de la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH)

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Tous les 2èmes mardis du mois à 21h

RCF diffuse les débats du Collège des Bernardins, à Paris.  

Le présentateur

Antoine Bellier

Journaliste à RCF depuis 2009, Antoine est passé par Le Mans et La Roche-sur-Yon, avant de rejoindre la rédaction nationale en septembre 2013. Curieux de l’actualité sous toutes ses formes, amateur de cinéma et de littérature, il lui arrive de passer du micro à la plume.