En finir avec le bonheur sur mesure

Présentée par

S'abonner à l'émission

Sur le rebord du monde

vendredi 20 juillet à 13h30

Durée émission : 25 min

En finir avec le bonheur sur mesure

© Photo Artem Beliaikin / Unsplash - "L'érosion permanente" du petit bonheur de l'économie domestique, "entre le chat, l'armoire, le lit et le pot de fleurs"

Serions nous devenus les forçats d'un bonheur à construire en 10 leçons ?
La philosophe Laurence Devillairs s'insurge contre l'idéologie de ce bonheur obligatoire.
Pour retrouver sa liberté

"Que du bonheur !" La formule était très à la mode il y a quelques années. On la répétait souvant quand on ne savait plus quoi dire, comme des points de suspensionà la fin une phrase... "Que du bonheur !" Pour Laurence Devillairs, la formule pose question : le bonheur est-il sans mélange ? "Existe-t-il des moments où il n'y a pas autre chose à vivre qu'un bonheur absolu, total ?" Comme si le bonheur n'était qu'une "bulle enchantée" une couche de "Tipp-Ex" sur le réel. La philosophe propose une réflexion passionnante sur cette injonction au bonheur, dans "Un bonheur sans mesure" (éd. Albin Michel).
 

Finies les grandes espérances politiques, collectives, bonjour le petit bonheur de l'économie domestique, "un bonheur entre le chat, l'armoire, le lit et le pot de fleurs"

 

Le bonheur, la valeur des valeurs

"Vivez dans le présent" ; "Respirez" ; "Prenez conscience que vous marchez" ; "Positivez" ; "Devenez l'auto-entrepreneur de votre épanouissement"... Autant de refrains qui signent l’air du temps. Le bonheur, valeur refuge à une époque incertaine. Pour Laurence Devillairs nous serions devenus les forçats d’un bonheur obligatoire avec ses injonctions, ses livres et ses gourous. Dans son livre, elle explique pourquoi le bonheur ne peut se réduire aux recettes de la psychologie positive.

Le bonheur, c'est même devenu l'unité de mesure avec laquelle jauger les instants de notre vie, remarque la philosophe. Prenez n'importe quel moment de votre journée : s'il ne vous rend pas heureux, peut-on le considérer comme important ? On dirait que la valeur bonheur a effacé toutes les autres, liberté, joie, vérité, pensée, action... "Si ça rend pas heureux ce n'est pas la peine qu'on y intéresse." Seulement voilà, "quand quelque chose se passe et que c'est bien, est-ce forcément parce qu'on est heureux ?"

 



 

Un petit bonheur domestique

Dès les années 50 / 60, la philosophe Hannah Arendt (1906-1975) l'avait pressenti. Elle déplorait déjà qu'un pays comme la France, celui des grandes passions politiques et des grandes espérances, se contente des petites choses et des petits riens. Et surtout qu'il ne soit plus capable d'inventer son avenir. Comme le raconte Laurence Devillairs, Hannah Arendt évoquait "un bonheur entre le chat, l'armoire, le lit et le pot de fleurs". Quand on voit aujourd'hui quel engouement remporte les livres ou émissions de télévision sur la cuisine, la décoration, la méditation, on se dit qu'Hannah Arendt, était "prophétique" ! Finies les grandes espérances politiques, collectives, bonjour le petit bonheur de l'économie domestique. Celui que l'on s'offre pour soi, entre soi.

Arrêt sur image. Il n'y a qu'à parcourir Facebook ou Instagram pour voir que le bonheur, on l'esthétise continuellement. "Nous sommes des empaillés du bonheur, dit la philosophe, on l'affiche parce que oui c'est beau." On le montre par des photos (que l'on retouche) comme on montre le succès de "sa petite auto-entreprise de bonheur". Et très curieusement, "en même temps on sent le besoin de spiritualiser tout ce qui peut l'être : les objets sont spiritualisés, les photos montrent un enchantement permanent, une spiritualisation de tout et n'importe quoi".

 



 

Le bonheur molasson, "Le petit danger" de la démocratie

Si l'on fait un lien entre ce qu'Alexis de Tocqueville (1805-1859) disait de la démocratie en Amérique et l'analyse qu'en faisait Hannah Arendt, on peut considérer que le risque de la démocratie, c'est qu'elle endort doucement les gens dans le matérialisme. S'il y a tout lieu de préférer la démocratie à n'importe quel autre régime, on ne peut nier qu'elle comporte un danger : "l'assoupissement des volontés, des pensées, des désirs, des aspirations..."

Pour Laurence Devillairs, avec la démocratie "on remplace le bien-être par le bonheur et l'espérance par le confort". Rien de très grave, mais "un petit danger" tout de même, observe la philosophe, danger "dont il faut se méfier car c'est une érosion permanente et continuelle". Une molesse démocratique où rien n'est vraiment grave mais rien n'est très grand non plus.

 

Invités

  • Laurence Devillairs , philosophe, enseignante au Centre Sèvres et à l'Institut catholique de Paris (ICP)

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 13h30 et 02h30

Le monde vit des transformations majeures qui touchent tous les secteurs de la vie de l’homme: travail, éducation, écologie, religions, médias, économie…Béatrice Soltner et son invité donnent des clés pour mieux penser ce monde mouvant et les défis d’humanisation à relever. Cette émission propose aussi des repères concrets pour construire du sens, là où l’homme serait tenté de ne voir que du chaos.

Le présentateur

Béatrice Soltner

Formée aux arts plastiques et à l'histoire de l'art Béatrice rejoint RCF en 1994. Elle aime faire émerger la parole et l'offrir en partage. La vie intérieure est son domaine de prédilection. Passionnée par la spiritualité et la psychologie, elle s'intéresse aussi au dialogue entre les églises chrétiennes.