France, et si on construisait la non-violence?

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Temps de le dire

lundi 27 juin 2016 à 9h03

Durée émission : 55 min

Le Temps de le dire

© Alain PINOGES/CIRIC - Janvier 2011 : dessin de l'établissement scolaire catholique Saint-Vincent La Providence (Rennes)

A l'heure du Brexit, faut-il rappeler que l'Europe s'est bâtie sur la non-violence? Projet collectif et choix individuel, la non-violence est une forme de résistance. Par Stéphanie Gallet.

Alors que les Britanniques ont fait le choix de sortir de l'Europe, faut-il rappeler que, grâce aux pères de l'Europe, nous avons vécu dans une forme de non-violence? Faudra-t-il un jour rappeler aux générations nouvelles cette chance d'avoir connu une Europe paisible et à qui on la doit? Les jeunes d'aujourd'hui naissent et grandissent dans la peur. Parce que la globalisation poussée notamment par Internet diffuse toutes les violences possibles accompagnées des peurs qu'elles suscitent et entretiennent.

A l'heure du Brexit, faudra-t-il un jour rappeler
aux jeunes générations que l'on a connu
une Europe paisible et à qui on la doit?

 

Si Stéphanie Gallet a choisi de parler de non-violence en cette fin d'année scolaire, à l'heure où l'on s'apprête à tourner la page d'une année souvent douloureuse, c'est que l'on peut être tenté justement de se détourner du monde, des médias et de leur flot de mauvaises nouvelles. Comment réagir? Quelle est la bonne attitude? Heureusement il existe des endroits comme la communauté Sant'Egidio pour ensemble affronter les peurs - communauté que le pape François a identifiée ainsi: les 3P, pour "la prière, les pauvres et la paix."

 

> ECOUTEZ | Le combat non-violent, un esprit de vie

 

La non-violence, c'est exactement le contraire de la passivité. C'est un projet collectif qui se décide ensemble mais qui se déploie à l'intérieur de notre être. S'il faut choisir d'être non-violent, car oui, selon Valérie Régnier, cela se décide et n'est pas toujours facile, c'est en faisant face à sa propre violence que l'on y arrive. "On a tous un travail à faire sur soi, sur sa violence intérieure", dit-elle. La non-violence, pour Pascal Tozzi, c'est même une preuve de "réalisme, de pragmatisme" et une "recherche d'efficacité". Pour le politologue, il y a dans la non-violence la "préservation de notre humanité". La non-violence échappe à l'injonction morale, elle doit être un choix libre car elle prend le contrepied de la violence, passion aveugle qui nie la liberté de l'individu et spirale qui déshumanise.

 

Invités

  • Pascal Tozzi , maître de conférences en science politique

  • Valérie Régnier , responsable de la communauté de Sant'Egidio

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours du lundi au vendredi, à partir du lundi 4 septembre 2017

La grande émission interactive pour aborder tous les sujets de société, qui font l'actualité. Antoine Bellier reçoit ses invités pour réfléchir, approfondir, apprendre et donner du sens à tous les sujets du moment. Posez vos questions ou témoignez en direct pendant l’émission 04 72 38 20 23 ou par mail à l'adresse letempsdeledire[arobase]rcf.fr.

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.