Hervé Kempf, le pire n'est pas forcément ce qui nous attend (suite)

Présentée par Béatrice Soltner

S'abonner à l'émission

Sur le rebord du monde

lundi 20 mars à 13h30

Durée émission : 25 min

Hervé Kempf, le pire n'est pas forcément ce qui nous attend (suite)

© Hervé Kempf

Pour Hervé Kempf, si l'on veut s'attaquer aux causes profondes du terrorisme ou de la crise écologique, il faut remettre en question la répartition des richesses. Est-on prêt à cela?

Comment en est-on arrivés là? Menace terroriste, crise économique, désastre écologique... Tous les indicateurs sont au rouge et pourtant, la politique néo-libérale initiée dans les années 80 se poursuit, créant de plus en plus d'inégalités. Dans son dernier livre, "Tout est prêt pour que tout empire" (éd. Seuil), Hervé Kempf donne des clés pour penser les défis à relever dès aujourd'hui.

Selon lui, il faut penser ensemble le terrorisme, l'économie néo-libérale et la crise écologique. Il dénonce "une oligarchie qui ne veut pas considérer sérieusement la question de l'écologie, ni s'attaquer à une partie des causes profondes du terrorisme: car si on veut agir sur ces terrains il faut remettre en question la répartition des richesses et réduire les inégalités."
 

1978-1981, un tournant décisif

- Tournant néo-libéral. Entre 1978 et 1981, il y a eu l'arrivée au pouvoir de Margaret Thatcher (1979-1990) puis de Ronald Reagan aux Etats-Unis (1981-1989). Tous deux porteurs d'une vision économique "en totale rupture avec ce qui prévalait" auparavant.

- "Prémices du réveil islamiste." En 1979, en pleine guerre froide, l'URSS entreprend d'envahir l'Afghanistan. Lors de ce qui sera l'un de ses premiers grands échecs, la Russie soviétique se heurte à une résistance "inattendue" de la part de la société afghane: "Les Afghans ont trouvé dans la religion la force de s'opposer à l'invasion." Ce, alors qu'en Iran l'ayatollah Khomeiny renverse la dictature du Shah d'Iran au nom de l'islam.

- Première prise de conscience écologique. En 1979 paraît le livre de Hans Jonas, "Le Principe responsabilité", où le philosophe allemand considère la puissance technologique à laquelle est arrivée l'humanité, et sa capacité à s'auto-détruire. La même année, se tient à Genève la première Conférence mondiale sur le climat.
 

Pourquoi c'est lié

Pour Hervé Kempf, après la fin de la guerre froide on aurait pu en rester là. "On aurait pu se dire que le monde est en paix, et que l'on va pouvoir mener de vraies politiques de développement." Or, on a préféré "une libéralisation du marché". Ainsi, dans les années 80, on a vu une montée des inégalités, et une dépendance de plus en plus forte vis-à-vis du pétrole - "facteur d'agitation, selon le journaliste, et de stimulation de l'intégrisme musulman." Aux conséquences climatiques évidentes.

 

Journaliste, Hervé Kempf est le rédacteur en chef de Reporterre. Il est l'auteur de plusieurs essais dont "Comment les riches détruisent la planète" (2007) et "Fin de l'Occident, naissance du monde" (2014).

 

Invités

  • Hervé Kempf , rédacteur en chef du site Reporterre

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 12h30 et 02h30

Le monde vit des transformations majeures qui touchent tous les secteurs de la vie de l’homme: travail, éducation, écologie, religions, médias, économie…Béatrice Soltner et son invité donnent des clés pour mieux penser ce monde mouvant et les défis d’humanisation à relever. Cette émission propose aussi des repères concrets pour construire du sens, là où l’homme serait tenté de ne voir que du chaos.

Le présentateur

Béatrice Soltner

Formée aux arts plastiques et à l'histoire de l'art Béatrice rejoint RCF en 1994. Elle aime faire émerger la parole et l'offrir en partage. La vie intérieure est son domaine de prédilection. Passionnée par la spiritualité et la psychologie, elle s'intéresse aussi au dialogue entre les églises chrétiennes.