La révolution des Lumières en question, par Bertrand Vergely

Présentée par

S'abonner à l'émission

Sur le rebord du monde

lundi 2 avril à 13h30

Durée émission : 25 min

La révolution des Lumières en question, par Bertrand Vergely

© Wikimédia Commons - "La Liberté guidant le peuple", d'Eugène Delacroix

Il est difficile de toucher à la révolution des Lumières, d’en faire une critique. Bertrand Vergely relie cette période clé de l'histoire de France et analyse ce qui s'y est joué...

00:00

00:00

Les lumières ont-elles été totalement lumineuses ? Quand on parle du "siècle des Lumières", on pense aux philosophes, à la raison, à l'Encyclopédie, à la sortie de l’obscurantisme, aux droits de l’Homme, à notre devise, "Liberté, égalité, fraternité". Reste qu'il est difficile de toucher aux Lumières sans être taxé de rétrograde. C'est pourtant ce à quoi s'attelle le philosophe Bertrand Vergely, auteur de l'essai "Obscures lumières - La révolution interdite" (éd. Cerf).
 

"Si nous sommes aujourd'hui un monde à la fois déchristianisé et déspiritualisé, la cause en est directement la Révolution française et l'apparition du droit"

 

Le XVIIIè siècle, siècles des Lumières

Initiées par les philosophes, les Lumières déboucheront sur la Révolution française, instaurant un nouvel ordre du monde. Ce mouvement bouleversera chez l’homme sa manière même d’être, avec des répercutions anthropologiques, politiques, économiques et sociales dont nous sommes encore les héritiers.

Les Lumières sont sans doute nées d'une exaspération à l'égard de la religion et de l'Église. "La vérité, dit le philosophe, c'est qu'ils ne veulent pas tant sortir de la religion que refaire une autre religion, c'est qu'ils ne veulent pas tant éliminer l'Ancien régime que refaire une nouvelle aristocratie." Ainsi Bertrand Vergely incite-t-il à sortir de l'alternative sous-entendue par les philosophes des Lumières, entre raison et obscurantisme. Il prévient, les choses sont plus "complexes" qu'il paraît.
 

Des Lumières aux Totalitarismes...

Il y a Albert Camus, dans "L'homme révolté" (1951) qui "fait une analyse au vitriol dans la Révolution française et explique que le nihilisme moderne vient de là". Mais il y a aussi Hegel, Adorno ou Hannah Arendt, parmi ceux qui ont fait lien entre l'humanisme des Lumières, les droits de l'homme et le totalitarisme. "La Révolution française chargée des meilleures intentions du monde donne la Terreur, l'Empire, la matrice de la religion positiviste du XIXè siècle qui est la religion de l'homme et de la science et qui débouche sur la religion de l'humanité, qui élimine la religion qui existait auparavant."
 

... en passant par le contrat social

Avec Rousseau, Hobbes ou Locke, la conception du contrat social suppose la prééminence du droit, explique Bertrand Vergely. "L'homme est créé par le droit." Et se trouve par conséquent, "totalement coupé" de la transcendance. "La conséquence de cela est absolument dévastatrice sur le plan métaphysique et spirituel : si nous sommes aujourd'hui un monde à la fois déchristianisé et déspiritualisé, la cause en est directement la Révolution française et l'apparition du droit."

 

 

Invités

  • Bertrand Vergely , philosophe, enseignant en khâgne, à l'Institut d'études politiques de Paris et à l'Institut de Théologie Orthodoxe Saint-Serge

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Tous les lundis à 13h30

Le monde vit des transformations majeures qui touchent tous les secteurs de la vie de l’homme: travail, éducation, écologie, religions, médias, économie…Béatrice Soltner et son invité donnent des clés pour mieux penser ce monde mouvant et les défis d’humanisation à relever. Cette émission propose aussi des repères concrets pour construire du sens, là où l’homme serait tenté de ne voir que du chaos.

Le présentateur

Béatrice Soltner

Formée aux arts plastiques et à l'histoire de l'art Béatrice rejoint RCF en 1994. Elle aime faire émerger la parole et l'offrir en partage. La vie intérieure est son domaine de prédilection. Passionnée par la spiritualité et la psychologie, elle s'intéresse aussi au dialogue entre les églises chrétiennes.