Oser la confiance dans une société individualiste

Présentée par UAA-79729

S'abonner à l'émission

Repères

jeudi 27 août à 10h30

Durée émission : 25 min

Oser la confiance dans une société individualiste

© Joshua Rawson-Harris / Unsplash

La difficulté que l'on a à faire confiance en l'autre est "l'un des problèmes les plus importants face auxquels on se trouve aujourd'hui", selon la philosophe Michela Marzano.

00:00

00:00

Quand on parle de la confiance aujourd'hui, c'est souvent pour dire que nos contemporains l'ont perdue ! Combien sont ceux en effet qui disent n'avoir plus confiance en leur banquier, ne plus croire aux promesses des politiques ou douter de leur patron... Pourtant, croire en la parole de l'autre constitue un pilier de notre civilisation. Certes, faire confiance est un pari, un risque, mais sans celui-ci aucune relation vraie ne pourrait voir le jour. Pour Michela Marzano il est urgent de redonner à la confiance ses lettres de noblesse. La philosophe signe l'essai "Le contrat de défiance" (éd. Grasset), où elle décortique subtilement ce qu'est cette confiance humanisante.

 

"Sans confiance, pas de société"

La défiance, qui nous conduit à nous renfermer sur nous-mêmes, est "l'un des problèmes les plus importants face auxquels on se trouve aujourd'hui", constate la philosophe. Or, à force de se méfier de l'autre, on en vient petit à petit "à ne plus croire au futur, à ne plus pouvoir construire un lien avec l'autre et bâtir une société où chacun puisse s'épanouir". "Sans confiance, il n'y a pas de société." Impossible en effet de sortir de chez soi, d'emprunter les transports en commun, de déjeuner au restaurant...

 

société du contrat

Dans nos sociétés individualistes modernes, le contrat a remplacé la parole donnée. Michela Marzano explique qu'autrefois dans les sociétés traditionnelles, "la confiance pouvait se bâtir à partir du fait que, quand j'ai donné ma propre parole, il y avait un garant de ma parole, par exemple Dieu. Dieu était le garant de la parole donnée et les représentants de Dieu sur terre étaient là pour faire en sorte que cette parole soit respectée aussi". Aujourd'hui, "toute la difficulté" est de "redonner de l'importance à la confiance".

Dans un monde où on a du mal à accepter l'inconnu, les risques sont évalués sur le plan économique mais aussi politique. On en vient à "contractualiser toute sorte de relation", comme le rapport entre le patient et le médecin, ou encore le contrat de mariage, etc. Pour Michela Marzano il y a là "un piège". "À chaque fois que l'on passe par un contrat c'est bien la preuve que l'on ne fait pas confiance."

 

Qu'est-ce que la confiance ?

La philosophe décrit "un concept à mi-chemin entre la confiance aveugle, voire même la foi, et d'autre part le contrat". Au sein d'une relation entre deux personnes, l'autre doit pouvoir faire preuve d'une forme de fiabilité mais la fiablité ne suffit pas à expliquer la confiance. Ainsi, on dit que l'amour a besoin de preuves mais "que serait un amour s'il n'était qu'une somme de preuves ?" "Il faut qu'il y ait quelque chose de non contrôlable, de non maîtrisable, parce que c'est ça qui fait la richesse de la rencontre humaine."

 

Émission d'archive diffusée en 2010

 

Invités

  • Michela Marzano, philosophe, écrivaine, députée au Parlement italien

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 10h30

Béatrice Soltner propose des jalons pour accompagner les hommes et les femmes qui cherchent à développer des relations harmonieuses avec leur entourage.

Le présentateur

Béatrice Soltner

Formée aux arts plastiques et à l'histoire de l'art Béatrice rejoint RCF en 1994. Elle aime faire émerger la parole et l'offrir en partage. La vie intérieure est son domaine de prédilection. Passionnée par la spiritualité et la psychologie, elle s'intéresse aussi au dialogue entre les églises chrétiennes.