Pascal et Rouault, un même sens de l'humain

Présentée par Marie-Françoise Tinel

S'abonner à l'émission

Dialogue

vendredi 7 avril à 16h00

Durée émission : 25 min

Pascal et Rouault, un même sens de l'humain

© Wikimédia Commons - Georges Rouault (autoportrait) ; Blaise Pascal, par François II Quesnel

"Une même soif d'absolu, un même sens de l'être humain." Bernard Grasset puise dans la pensée de Pascal pour interpréter l'œuvre du peintre Georges Rouault.

00:00

00:00

Quand un écrivain du XVIIè siècle rencontre un peintre du XXè. Bernard Grasset réunit en un même ouvrage Blaise Pascal (1623-1662) et Georges Rouault (1871-1958). Il publie "Pascal et Rouault" (éd. Ovadia). Un essai où il explique que le peintre était fortement imprégné de la pensée du philosophe - de manière plus intuitive qu'intellectuelle.
 

"Une même soif d'absolu, un même sens de l'être humain"

 

D'un côté la grande bourgeoisie très cultivée - Blaise Pascal a été éduqué par son propre père. De l'autre, un milieu d'artisans et de petits fonctionnaires - le père de Rouault était ébéniste. Malgré tout ce qui les écarte, Bernard Grasset a identifié chez Pascal et Rouault, deux personnalités "soucieuses de solitude", qui partagent un goût de la simplicité.

"Une même soif d'absolu, un même sens de l'être humain." Le penseur et le peintre ont tous deux centré leur pensée, leur existence et leur art sur l'homme et sur le Christ.

Invités

  • Bernard Grasset , philosophe, poète et traducteur

Les dernières émissions

L'émission

Tous les vendredis à 16h00

Mieux comprendre le monde, dans lequel nous sommes invités à vivre en chrétiens, grâce aux travaux des historiens, des sociologues et des artistes ainsi qu’à travers la réflexion philosophique. C'est ce que vous proposent Marie-Françoise Tinel et Monserrata Vidal.  

Le présentateur

Marie-Françoise Tinel

Marie-Françoise est bénévole au service de l'émission  Dialogue   depuis 2000. Après avoir été professeur de philosophie dans l'enseignement public, c’est pour elle « une façon passionnante de continuer à être « passeur » des travaux des chercheurs, au carrefour du culturel et du religieux ».