Regard sur le christianisme par François Jullien

Présentée par

S'abonner à l'émission

Dialogue

dimanche 1 septembre à 6h00

Durée émission : 25 min

Regard sur le christianisme par François Jullien

© Wikimédia Commons / CHUN-YI CHANG - François Jullien en 2014

François Jullien est un intellectuel à part. Helléniste, il est devenu sinologue pour comprendre les fondements de la civilisation européenne. Sa philosophie aider à penser l'autre.

En mars 2018, les éditions de L'Herne consacrent un de leurs fameux Cahiers à François Jullien, le philosophe français actuellement le plus traduit dans le monde. Dans "Chemin faisant" (éd. Seuil, 2007), il écrit : "Parce qu'il n'y a de philosophie possible que par un arrachement continu, tel est le prix à payer en restant nomade." Le philosophe a fait le choix de devenir sinologue pour s'écarter de la pensée et de la langue grecques et ensuite mieux comprendre notre civilisation européenne et sur quoi elle se constuit. Une philosophie de l'écart qui fait de la rencontre avec l'autre une aventure intime.
 

"Comment peut-on penser sans ces deux grands absolus que sont l'être d'un côté Dieu de l'autre ?"

 

philosophe, helléniste et... sinologue

Dans le parcours de François Jullien, il a y eu d'abord la philosophie, "son entrée dans la pensée", suivie comme par nécessité de l'étude de la pensée et de la langue gecques. Quant à la sinologie : "On dit que nous sommes héritiers des Grecs mais que sait-on de cet héritage tant qu'on n'en est pas sortis ?" François Jullien a donc choisi la Chine comme "une extériorité". Il a fait un détour par la pensée chinoise d'abord pour sortir de la pensée européenne pour ensuite mieux la comprendre.

La civilisation chinoise, aussi riche qu'ancienne, s'est constituée autour d'une langue qui n'est pas de la famille indo-européenne et qui est idéographique et non phonétique comme la nôtre. Comme le dit Pascal David, la langue n'est pas "qu'une enveloppe superficielle extérieure qui viendrait recouvrir une pensée spontanée, c'est dans la langue que nous pensons". Par conséquent apprendre la langue chinoise pour un Européen, c'est nécessairement se poser des questions que l'on ne se pose pas ou que l'on aborde autrement.
 

La notion d'écart, centrale dans la pensée de François Jullien

C'est à la fin de la Révolution culturelle que François Jullien se rend en Chine pour la première fois. Dans les années 70, la Chine telle qu'elle est envisagée en France, divise les pro et les anti maoïstes. Le philosophe, qui est "tout sauf un idéologue", se trouve assez seul dans sa démarche à la fois philologique et philosophique, qui est de considérer la Chine comme un moyen de développer sa notion d'écart.

"Philosopher c'est s'écarter, explique François Jullien, Parménide, au fond, quand nous lisons les philosophes aujorud'hui, ce que nous lisons en eux et entre eux c'est les écarts qu'ils produisent, chaque écart ouvrant un nouvel accès à la pensée." ​L'œuvre du philosophe "n'est pas un système de pensée constitué qui chercherait à se défendre livre après livre". Au contraire, il propose une philosophie qui avance "de question en question", comme l'observe Pascal David.

Sortir de notre système de pensée, c'était pour François Jullien, sortir de la pensée juive et de la pensée grecque. "Sortir aussi de la métaphysique, de la langue de l'être mais aussi de la pensée de Dieu : comment peut-on penser sans ces deux grands absolus que sont l'être d'un côté Dieu de l'autre ?" C'est une démarche assez radicale de "dénudement" et de "désarçonnement" qu'a entrepris le philosophe. Dans le but de découvrir quels sont les choix, les partis-pris de notre civilisation européenne.

 

Invités

  • François Jullien, philosophe, helléniste, sinologue, professeur des universités

  • Pascal David, dominicain, philosophe, enseignant à la Faculté de philosophie de l'Université catholique de Lyon (UCLy)

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le mardi à 13h30 et le samedi à 15h

Mieux comprendre le monde, dans lequel nous sommes invités à vivre en chrétiens, grâce aux travaux des historiens, des sociologues et des artistes ainsi qu’à travers la réflexion philosophique. C'est ce que vous proposent Monserrata Vidal et Sarah Brunel.  

Le présentateur

Monserrata Vidal

Professeure agrégée de Lettres, Monserrata a longtemps œuvré auprès de lycéens qui  croyaient parfois la culture ennuyeuse. Aujourd’hui sur RCF, elle partage avec les auditeurs histoire, sciences humaines, spiritualité, littérature, dans un questionnement avec les auteurs et les œuvres, de manière sérieuse, mais aussi joyeuse.