Bartabas: "Ce que je dois aux chevaux"

Présentée par UA-115579

S'abonner à l'émission

Visages

mercredi 1 avril à 17h03

Durée émission : 55 min

Bartabas: "Ce que je dois aux chevaux"

© Éditions Gallimard / Francesca Mantovani

Pourquoi il aime tant les chevaux, Bartabas ne l'explique pas vraiment. Dans son premier livre, cet homme pudique se raconte à travers les chevaux qu'il a connus. Rencontre.

Son nom est intimement lié à celui du théâtre équestre qu'il a fondée en 1984, Zingaro. Si ses spectacles ont rendu Bartabas célèbre dans le monde entier, c'est bien le cheval plus encore que le cavalier qui y est à chaque fois célébré. Les chevaux, il les aime passionnément et il leur rend hommage dans son premier ouvrage, "D'un cheval l'autre" (éd. Gallimard). Rencontre.

"Les chevaux m'ont construit et permis d'exister"

 

"je suis fait des chevaux"

Dans son livre, Bartabas, pourtant d'un naturel pudique, se livre à travers ce que ses chevaux lui "ont laissé". "Je pense que je suis fait des chevaux, explique-t-il, ce sont eux qui m'ont fabriqué pratiquemment." Chapparo, Zingaro, Le Caravage ou Horizonte... Dans ce récit autobiographique, Bartabas évoque certains des 150 chevaux qu'il a connus. Au fil de ses souvenirs, il raconte ce "lien charnel" qu'il a eu avec eux. "Et en quoi ils m'ont construit et permis d'exister."

Ce sont les chevaux qui lui ont permis d'apprivoiser les humains. Sur RCF, il y a une dizaine d'années, il a dit un jour : "Les chevaux m'ont aidé à vivre parmi les humains." Dans son ouvrage il écrit : "À Zingaro, je me sens parfois entouré de trop d'humains... Trop de besoin d'amour. Les chevaux, eux, n'exigent rien de moi."

 

 

De clément MArty à Bartabas

Fils d'un architecte et d'une médecin, né en 1957 en région parisienne, Clément Marty a toujours été fasciné par les chevaux. "Je ne me l'explique pas trop ma passion des chevaux, je suis né à Courbevoie, ce n'est pas une région qui pullule de chevaux !" Il n'y avait pas non plus d'éleveur ou de champion d'équitation dans sa famille. Ce dont il se souvient, c'est qu'à l'âge de cinq ans, il a appris à "vaincre sa peur" et à monter sur un cheval. Car l'enfant qu'il était en faisait déjà l'expérience, "la fascination c'est un mélange d'admiration et de crainte".

Vers l'âge de 17 ans, peu après un accident de mobylette - sans doute y a-t-il un lien - il a un déclic : le jeune Clément Marty ne suivra pas d'études mais suivra son "envie de vivre une aventure et d'apprendre en faisant". C'est donc en tant qu'acteur qu'il se produit - directement dans la rue. Puis, assez vite, il achète son premier cheval, Hidalgo"C'est assez drôle parce qu'il y a évidemment un grand parallèle entre l'aventure donquichottesque et l'aventure zingaresque, j'ai toujours été un peu poursuivi par ce personnage de Don Quichotte."

 


©Éditions Gallimard / Francesca Mantovani - Bartabas : "Il y a une grande similitude entre l'écriture et le dressage du cheval."

 

Une poésie coécrite par le cheval et l'homme

Enfant, il voulait être entraîneur pour jockeys, jusqu'à ce qu'il préfère entraîner les chevaux que les humains, comme il le dit en souriant ! "Ce qui m'intéresse vraiment c'est la relation, pour moi dresser un cheval c'est créer un vocabulaire commun déjà entre l'homme et l'animal, ensuite une grammaire pour pouvoir dire des choses et commencer à faire des enchaînements, et ensuite dire des poèmes ensemble."

Des poèmes qui sont faits "de silences et de soupirs". Au fil de sa carrière d'artiste, en approfondissant ce lien de l'homme à l'animal, Bartabas a exploré le sens des mots et la force de l'écriture. "Il y a une grande similitude entre l'écriture et le dressage du cheval."

 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 9h03 et 23h

Car chaque visage est unique, le podcast Visages accueille des hommes et des femmes d'une grande diversité : philosophes, aventuriers, personnes engagées dans le développement et dans l'action humanitaire, artistes, religieux, entrepreneurs ... Tous partagent au moins un point commun : l'ouverture et le respect de l'autre dans sa différence. Thierry Lyonnet leur donne la parole pour une rencontre en profondeur.

Le présentateur

Thierry Lyonnet

Rédacteur en chef du Service « Foi et Culture », Thierry met son insatiable curiosité au service de RCF depuis 1990. Spiritualité, art, voyages, solidarité et surtout rencontres, qu’il aime partager avec les auditeurs. Depuis l’enfance, il est fasciné par la richesse de la différence…et cette fascination ne cesse de croître!